SMS Scharnhorst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scharnhorst.

Scharnhorst
Image illustrative de l’article SMS Scharnhorst
Le SMS Scharnhorst
Type Croiseur cuirassé
Classe Scharnhorst
Histoire
A servi dans War Ensign of Germany (1903-1918).svg Kaiserliche Marine
Chantier naval Blohm & Voss
Quille posée Décembre 1904
Janvier 1905
Armé
Statut Coulé le 8 décembre 1914
Équipage
Équipage 764 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 145 mètres
Maître-bau 21,6 m
Tirant d'eau 8,4 m
Déplacement 11 616 tonnes
12 985 tonnes à pleine charge
Propulsion 3 machines à triple expansion
Puissance 26 000 ch
Vitesse 22,5 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 80 à 150 mm
Pont : 41 à 61 mm
Tour : 150 mm
Armement 2 × 2 canons de 21 cm (en)
4 × 1 canons de 21 cm
06 canons de 15 cm (en)
18 canons de 8,8 cm
4 TLT de 450 mm
Rayon d'action 5 120 milles à 12 nœuds

Le SMS Scharnhorst est un croiseur cuirassé de la Marine impériale allemande. Il est baptisé en l'honneur du général prussien ayant réformé l'armée allemande.
Le Scharnhorst est le premier des deux croiseurs de la classe qui porte son nom, suivi par le SMS Gneisenau. Ils représentent la dernière classe de croiseurs cuirassés de la marine du Kaiser, car par la suite la marine impériale allemande suivra la Royal Navy sur la voie du croiseur de bataille.

Description[modifier | modifier le code]

Le SMS Scharnhorst, 1907
Canons de 210 mm d'une tourelle du Scharnhorst

Ces puissants croiseurs, qui formaient une version agrandie de la classe Roon, étaient armés de huit canons de 210 mm, répartis en deux tourelles doubles, une avant et une arrière et quatre autres en quatre casemates à chaque coin du réduit cuirassé central. L'armement secondaire était constitué par six pièces de 150 mm, elles aussi en casemates, pas moins de dix huit pièces de 88 mm étaient embarqués en affûts simples pour lutter contre les torpilleurs et quatre tubes lance-torpilles sous-marins de 450 mm, tirant par le travers, complétaient l'arsenal. La propulsion comprenait trois machines à vapeur à triple expansion, entraînant chacune son arbre et son hélice. Les chaudières étaient mixtes au charbon et au mazout et évacuaient leur fumées par quatre cheminées droites situées entre les deux mâts.

Historique[modifier | modifier le code]

Dégâts sur la ville de Papeete.

Dès sa mise en service il fut affecté à l'Escadre d'Extrême-Orient en compagnie de son sister-ship, où le Scharnhorst fut le navire amiral de l'amiral Maximilian von Spee. Après la déclaration de guerre, ils furent le cœur de cette unité, pendant la course à travers l'océan Pacifique, jusqu'à l'anéantissement de cette escadre à la bataille des Falklands, en passant par la victoire de Coronel.

Le groupe de combat en se dirigeant sur le Chili passe par le port de Papeete à la recherche de charbon pour son ravitaillement. Il est reçu le à coups de canons, et bombarde la ville et le port. Deux navires sont sabordés à l'entrée de la rade, dont la canonnière La Zélée, et le cargo allemand Walküre, précédemment capturé. Le groupe naval ne peut se ravitailler et continue son chemin.

Le Scharnhorst était commandé par le capitaine Schultz. Le , à 16 h 17, écrasé par les obus de 305 mm des croiseurs de bataille HMS Invincible et HMS Inflexible, entraînant dans la mort tout son équipage et l'amiral von Spee qui y était embarqué. Le Gneisenau sombra à 17 h 50 le même jour, il y eut cependant 190 survivants recueillis par les navires britanniques, mais son commandant, le capitaine Maerker, par contre y trouva la mort.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]