SIPA S.200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un aéronef
Cet article est une ébauche concernant un aéronef.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

SIPA S.200 Minijet
Image illustrative de l'article SIPA S.200

Constructeur aéronautique Drapeau : France Société industrielle pour l'aéronautique
Type Biplace à réaction
Premier vol
Motorisation
Moteur Turbomeca Palas de 150 kgp[1]
Dimensions
Envergure 8,00[1] m
Longueur 5,12[1] m
Hauteur 1,78[1] m
Surface alaire 9,57[1] m2
Nombre de places 2
Réservoirs 210[2] l
Masses
Masse à vide 450[1] kg
Masse maximum 779[1] kg
Performances
Décollage 300[2] m
Vitesse de croisière 360[1] km/h
Vitesse maximale (VNE) 400[1] km/h
Vitesse de décrochage 148[2] km/h
Plafond 8 000[3] m
Vitesse ascensionnelle 5,75[4] m/s
Distance franchissable 550[1] km

Le SIPA S.200 Minijet est un biplace d'entraînement doté d'un turboréacteur construit par la Société industrielle pour l'aéronautique. C'est le plus petit biplace à réaction au monde[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'appareil a été conçu par Yves Gardan dans le cadre d'un appel d'offre émis par le service de l'aviation légère et sportive (SALS), visant à relancer l'aviation générale au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il était destiné à l'entraînement, à la voltige et aux liaisons. En juin 1951, il fut présenté au sol au salon aéronautique du Bourget[4]. Il effectua son premier vol le [1] sur l'aérodrome de Villacoublay aux mains de Roger Launay. Lors de ce vol, le pilote échappa de peu à un drame : en effet, alors qu'il effectuait un passage à vitesse élevée l'avion devint incontrôlable, effectuant une sorte de sinusoïde dans le ciel. Ce n'est qu'en coupant le réacteur alors qu'il était proche du sol qu'il parvint à se poser, brutalement mais sans dommage. Les analyses démontrèrent que les poutres reliant l'empennage étaient entrées en vibration, rendant impossible le contrôle de l'appareil. Par la suite celles-ci furent renforcées et l'appareil put continuer ses vols d'essais[5]. Cependant, les premiers essais en vol révélèrent que l'avion était largement sous-motorisé et il fut incapable de concurrencer les autres jets de l'époque, tel le Fouga Magister. Seuls 7 exemplaires furent construits[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le SIPA S.200 est caractérisé par son empennage bi-poutre et son fuselage court accueillant le turboréacteur et un train d'atterrissage tricycle rétractable. Ses ailes en position médiane ont un dièdre de 3°[2] et sont équipées de volets de courbure[2]. Les sièges sont placées côte à côte.

L'appareil est propulsé par un turboréacteur à compresseur centrifuge Turbomeca Palas de 150 kgp fonctionnant au kérosène. Celui-ci est réparti en cinq réservoirs dont quatre dans les ailes[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Luc van Bavel, « SIPA S - 200 »,‎ (consulté le 4 novembre 2008)
  2. a, b, c, d, e et f (en) [PDF] « SIPA 200 : Flight manual » (consulté le 4 novembre 2008)
  3. a et b (en) « SIPA S.200 Minijet », aviastar.org (consulté le 4 novembre 2008)
  4. a et b (ru) « S.200 Minijet », airwar.ru (consulté le 4 novembre 2008)
  5. a et b Jacques Noetinger, Drames et frayeurs aux essais en vol : et autres, Paris, Nouvelles Editions Latines, , 191 p. (ISBN 978-2-723-32073-3, OCLC 637117651)

Page du SIPA 200 sur le site Minijets