SIPA S.200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SIPA S.200 Minijet
Image illustrative de l'article SIPA S.200

Constructeur aéronautique Drapeau : France Société industrielle pour l'aéronautique
Type Biplace à réaction
Premier vol 14 janvier 1952
Motorisation
Moteur Turbomeca Palas de 150 kgp[1]
Dimensions
Envergure 8,00[1] m
Longueur 5,12[1] m
Hauteur 1,78[1] m
Surface alaire 9,57[1] m2
Nombre de places 2
Réservoirs 210[2] l
Masses
Masse à vide 450[1] kg
Masse maximum 779[1] kg
Performances
Décollage 300[2] m
Vitesse de croisière 360[1] km/h
Vitesse maximale (VNE) 400[1] km/h
Vitesse de décrochage 148[2] km/h
Plafond 8 000[3] m
Vitesse ascensionnelle 5,75[4] m/s
Distance franchissable 550[1] km

Le SIPA S.200 Minijet est un biplace d'entraînement doté d'un turboréacteur construit par la Société industrielle pour l'aéronautique. C'est le plus petit biplace à réaction au monde[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'appareil a été conçu par Yves Gardan dans le cadre d'un appel d'offre émis par le service de l'aviation légère et sportive (SALS), visant à relancer l'aviation générale au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Il était destiné à l'entraînement, à la voltige et aux liaisons. En juin 1951, il fut présenté au sol au salon aéronautique du Bourget[4]. Il effectua son premier vol le 14 janvier 1952[1] sur l'aérodrome de Villacoublay aux mains de Roger Launay. Lors de ce vol, le pilote échappa de peu à un drame : en effet, alors qu'il effectuait un passage à vitesse élevée l'avion devint incontrôlable, effectuant une sorte de sinusoïde dans le ciel. Ce n'est qu'en coupant le réacteur alors qu'il était proche du sol qu'il parvint à se poser, brutalement mais sans dommage. Les analyses démontrèrent que les poutres reliant l'empennage étaient entrées en vibration, rendant impossible le contrôle de l'appareil. Par la suite celles-ci furent renforcées et l'appareil put continuer ses vols d'essais[5]. Cependant, les premiers essais en vol révélèrent que l'avion était largement sous-motorisé et il fut incapable de concurrencer les autres jets de l'époque, tel le Fouga Magister. Seuls 7 exemplaires furent construits[3].

Description[modifier | modifier le code]

Le SIPA S.200 est caractérisé par son empennage bi-poutre et son fuselage court accueillant le turboréacteur et un train d'atterrissage tricycle rétractable. Ses ailes en position médiane ont un dièdre de 3°[2] et sont équipées de volets de courbure[2]. Les sièges sont placées côte à côte.

L'appareil est propulsé par un turboréacteur à compresseur centrifuge Turbomeca Palas de 150 kgp fonctionnant au kérosène. Celui-ci est réparti en cinq réservoirs dont quatre dans les ailes[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Luc van Bavel, « SIPA S - 200 »,‎ 2006 (consulté le 04/11/2008)
  2. a, b, c, d, e et f (en) [PDF] « SIPA 200 : Flight manual » (consulté le 04/11/2008)
  3. a et b (en) « SIPA S.200 Minijet », aviastar.org (consulté le 04/11/2008)
  4. a et b (ru) « S.200 Minijet », airwar.ru (consulté le 04/11/2008)
  5. a et b Jacques Nœtinger, Drames et frayeurs aux essais en vol et autres..., Nouvelles Éditions Latines,‎ 2008, 13-14 p. (ISBN 978-2-7233-2073-3)

Page du SIPA 200 sur le site Minijets