SIGYCOP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le SIGYCOP est un profil médical permettant de déterminer l'aptitude d'un individu à exercer dans l'armée française, dans la police nationale française[1] ou chez les sapeurs-pompiers[2].

Description[modifier | modifier le code]

Il est composé de sept profils détaillés, nommés chacun par une lettre de l'acronyme SIGYCOP[3] :

Après une visite médicale, le médecin militaire attribue un score chiffré de 1 à 6 (sauf C : de 1 à 5 et P : de 0 à 5[4]) à chacune des sept composantes du SIGYCOP : l’ensemble des sept chiffres représentant le profil médical du candidat[3]. En fonction de celui-ci, ce dernier est déclaré ou non apte au service, le score requis variant suivant les unités. Par exemple, pour se présenter aux unités de nageurs de combats, il faut un score de 1112221. Pour être parachutiste, il faut un score de 2123321.

Une infection au VIH cause un score faible au SIGYCOP. Cela peut engendrer une inaptitude au travail ou au service, et constituer une forme de discrimination à l'embauche[5]. La séropositivité peut également empêcher l'accès à des écoles comme l'école nationale de la magistrature, l'école polytechnique ou Saint-Cyr[6].

Historique[modifier | modifier le code]

Le SIGYCOP remplace l'EVASIFX où chaque lettre correspondait[7] à :

  • E : état général
  • V : vue
  • A : audition
  • S : membres supérieurs
  • I : membres inférieurs
  • F : facultés intellectuelles
  • X : stabilité émotionnelle

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Au sein de la population française, parmi les réfractaires au service militaire, des appelés tentaient de se faire diagnostiquer P4 en jouant les simulateurs atteints de troubles psychiques ou mentaux[8]. Certaines célébrités se vantent d'avoir été réformées au titre de certains profils, dont notamment l'acteur Michaël Youn qui explique s'être fait passer pour un « fou », obsédé par la moto[9],[10].

Sigycop est un film de court-métrage du réalisateur français Ferdinand Canaud en 2014 [11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]