SAS Manthatisi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

SAS Manthatisi
Type Sous-marin d'attaque conventionnel
Classe Classe Héroïne (type 209/1400)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of South Africa.svg Marine sud-africaine
Commanditaire Naval Ensign of South Africa.svg Marine sud-africaine
Constructeur Howaldtswerke-Deutsche Werft Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Chantier naval Kiel[1]
Lancement 15 juin 2004
Commission 3 novembre 2005
Statut en service actif
Équipage
Équipage 30
Caractéristiques techniques
Longueur 62 m
Maître-bau 7,6 m
Tirant d'eau 5,8 m
Déplacement 1454 tonnes en immersion
Propulsion Diesel-électrique, 4 moteurs diesel, 1 arbre d'hélice
Puissance 6100 ch (4 500 kW)
Vitesse 10 nœuds (19 km/h) en surface
21,5 nœuds (39,8 km/h) en immersion
Profondeur 500 m (1600 pieds)
Caractéristiques militaires
Armement 8 tubes lance-torpilles de 21 pouces (533 mm)
14 torpilles AEG SUT 264
intégration du missile UGM-84 Harpoon en option
Électronique
  • Capteurs et systèmes de traitement :
    Sonar STN Atlas CSU-90 ; réseaux montés sur la coque et les flancs
    Radar de Recherche de surface en bande I
  • Optique : Mât optronique Zeiss non pénétrant dans la coque étanche
  • Guerre électronique et leurres :
    ESM Grintek Avitronics, détecteur d’interception + alerte radar
    ELINT : Mesures de soutien électronique tactique Saab S/UME-100
Rayon d'action 11000 milles marins (20000 km) à 10 nœuds en surface
8000 milles (15000 km) à 10 nœuds au schnorchel
400 milles (740 km) à 4 nœuds (7,4 km/h) en immersion
Carrière
Port d'attache Simon's Town

Le SAS Manthatisi (numéro de coque S101), est un sous-marins de classe Héroïne actuellement en service dans la marine sud-africaine. Le SAS Manthatisi est nommé d’après la femme chef guerrière de la tribu Batlokwa, Mmanthatisi. Le maire exécutif de la municipalité locale de Naledi et la marraine du bâtiment, le Dr Ruth Segomotso Mompati, ont annoncé le nom du sous-marin en 2006 lors d’une cérémonie à Simon's Town[2].

Contexte[modifier | modifier le code]

En juillet 2000, l’Afrique du Sud a signé avec Howaldtswerke-Deutsche Werft (HDW) et Thyssen Nordseewerke un contrat pour la construction de trois sous-marins de type 209/1400. Ces sous-marins remplacent les sous-marins de classe Daphné construits en France (les SAS Spear, SAS Assegaai et SAS Umkhonto) qui ont été mis hors service en 2003. Certains observateurs considèrent que ces bateaux sont les premiers « vrais » sous-marins de la marine sud-africaine, conçus pour être plus à l’aise sous l’eau qu’en surface, contrairement aux submersibles de classe Daphné pour lesquels c’était l’inverse[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le SAS Manthatisi est arrivé à Simon's Town le 8 avril 2006, accompagné de la frégate de classe Valour SAS Amatola (F145)[4].

L’exercice Amazolo, le premier exercice multi-marines impliquant des navires de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) et de la marine sud-africaine, a eu lieu en septembre 2007. Les navires de l’OTAN comprenaient l’USS Normandy, le pétrolier allemand Spessart, le HNLMS Evertsen (F805), le NCSM Toronto (FFH 333), le HDMS Olfert Fischer (F355) et le NRP Álvares Cabral (F331). Le Manthatisi a réussi à pénétrer un écran anti-sous-marin formé de sept navires, dont les deux frégates sud-africaines de classe Valour SAS Amatola (F145) et SAS Isandlwana (F146) et l’USS Normandy. Après avoir « coulé » virtuellement la cible protégée par l’écran des navires de surface, le sous-marin a allumé les navires de guerre de surface et a « coulé » chacun d’eux[5].

Le Manthatisi a été retiré du service en 2007 et placé en réserve dans le cadre du plan de la marine sud-africaine visant à maintenir seulement deux de ses trois sous-marins en service. Il a commencé un carénage en 2010 et est revenu en service en octobre 2014[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.defenceweb.co.za/index2.php?option=com_content&do_pdf=1&id=460#_ftnref1
  2. (en) Lebohang Letaoana, « The arrival of our first submarine », SA Soldier,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  3. (en) Engelbrecht, Leon, « SA gets third submarine », ITweb, (consulté le ).
  4. (en) Michael Schmidt, « Warrior Queen Arrives in Simon's Town », sur IOL.
  5. (en) P&S, « SA sub causes red faces in Nato exercise », sur Ports & Ships, (consulté le ).
  6. (en) Helmoed-Römer Heitman, « South Africa's first Type 209 sub returns to service after seven years », IHS Jane's 360,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]