S.C.A.N. 30

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scan.
image illustrant un aéronef
Cet article est une ébauche concernant un aéronef.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

S.C.A.N. 30
SCAN 30 (G-44A)
SCAN 30 (G-44A)

Rôle Hydravion de liaison
Constructeur Drapeau : France Société de construction aéronavale
Équipage 1 pilote
Dimensions
Longueur 9,44 m
Envergure 13,92 m
Hauteur 2,75 m
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 1,5 t
Max. au décollage 2,2 t
Passagers 4
Motorisation
Moteurs 2 moteurs Salmson As-10C
Puissance unitaire kW
(240 ch)
Performances
Vitesse maximale 230 km/h
Plafond 4 500 m

Le S.C.A.N. 30 est un hydravion bimoteur de liaison français réalisé par la société Société de construction aéronavale à La Rochelle (Charente-Maritime), créée par Léon Douzille. Il s'agit de la version produite sous licence du Grumman Widgeon (en) (États-Unis).

Histoire[modifier | modifier le code]

SCAN Type 30

Après la guerre, Grumman a modifié l'hydravion pour le rendre plus approprié pour des opérations civiles. La coque a été améliorée et son tirant d'eau a été revu. Il a été porté à six places. Un total de 76 nouveau G-44A a été construit par Grumman, le dernier étant livré le .

C'est a bord d'un prototype de cet appareil que Jacqueline Auriol fut victime en tant que co-pilote d'un grave accident lors d'un vol d'essai sur la Seine entre Meulan-en-Yvelines et Les Mureaux le . Des trois passagers qui se trouvaient à bord (outre Paul Mingam, le pilote de la société, il y avait aussi le PDG de S.C.A.N., Mr Guédon), elle fut la plus gravement blessée : elle a plusieurs fractures du crâne et est défigurée. Elle subit en deux ans une vingtaine d'interventions chirurgicales effectuées aux États-Unis[1].

Quarante-et-un exemplaires ont été produits, conformément à la licence, par la Société de construction aéronavale (SCAN) à La Rochelle. La plupart d'entre-eux ont fini aux États-Unis.

Spécifications[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales

  • Équipage : 1
  • Capacité : 4 passagers (comme les avions d'utilité)
  • Longueur : 9,47 m
  • Envergure : 12,19 m
  • Hauteur : 3,48 m
  • Surface de l'aile : 22,8 m²
  • Masse à vide : 1470 kg
  • Masse maximale : 2053 kg
  • Motorisation : 2 × Ranger L-440 - 5 moteurs de six cylindres en ligne et inversés refroidis par air, 200 ch (150 kW), chacun

Performance

  • Vitesse maximale :246 km/h
  • Vitesse de croisière : 222 km/h
  • Portée : 1481 km
  • Plafond de service : 4 450 m
  • Taux de montée : 3,6 m/s

Armement

  • 1 × bombe anti-sous-marine de 90 kg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Liron, « Jacqueline Auriol (1917 - 2000) - Une recordwoman de charme », sur aerostories.free.fr,‎ (consulté le 24 septembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Quartier de mémoire n° 9 décembre 2001 (p 77-79) - Éd. Paroles de Rochelais.
  • Mémoire en Image "La Rochelle et ses quartiers" (p. 114-115) de M M. Le Dret et Mahé - Éd. Alan Sutton.

Liens externes[modifier | modifier le code]