Sœurs du Très Saint Sauveur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sœurs du Très Saint Sauveur
Image illustrative de l’article Sœurs du Très Saint Sauveur
Les sœurs photographiées par Rothier au début du XXe siècle.
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 7 mai 1863
par Pie IX
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
But soins des malades, personnes âgées ou handicapées
Structure et histoire
Fondation 28 août 1849
Niederbronn-les-Bains
Fondateur Élisabeth Eppinger
Autres noms Sœurs de Niederbronn
Patron Joseph, Alphonse de Liguori, Thérèse d'Avila[1]
Branche(s) sœurs du Rédempteur
sœurs du Divin Rédempteur
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs du Très Saint Sauveur (en latin : Congregationis Sororum a Ss.mo Salvatore) sont une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical.

Historique[modifier | modifier le code]

La congrégation est fondée sous le nom de filles du Divin Rédempteur le à Niederbronn-les-Bains par Élisabeth Eppinger (1814-1867) pour venir en aide aux malades. Elle reçoit l'aide du curé Jean-David Reichard (1796-1867) et l'approbation de l'archevêque de Strasbourg, André Raess. Un décret impérial du reconnaît civilement la congrégation.

L'institut reçoit le decretum laudis le et change le nom de filles du Divin Rédempteur pour l'actuel, il est définitivement approuvé par le Saint-Siège le . Deux scissions donnent naissance aux sœurs du Rédempteur (1866) et aux sœurs du Divin Rédempteur (1868).

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Les sœurs se vouent aux soins des personnes âgées, des personnes handicapées et des malades, à domicile, en maison de retraite et les hôpitaux dirigés par les sœurs elles-mêmes. À partir des années 40 l'institut s'ouvre à l'apostolat en territoire missionnaire.

Elles sont présentes en[2]:

La maison mère est située à Oberbronn dans le Bas-Rhin.

En 2017, la congrégation comptait 1195 sœurs dans 151 maisons[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Lucien Pfleger, La Congrégation des Sœurs du Très-Saint-Sauveur dites Sœurs de Niederbronn. Contribution à l'histoire de la Charité chrétienne à l'époque contemporaine, Lille, Desclée de Brouwer 1925, 623 p.
  • A. Ponsin. La Congrégation des Sœurs du T.-S.-Sauveur dites Sœurs de Niederbronn. Les Ordres religieux. Editions Letouzey et Ané, Paris, 1926. 161 p.
  • Collectif, Lettres de Monsieur le Chanoine Jacques-Ignace Simonis, Supérieur des Sœurs du Très-Saint-Sauveur dites Sœurs de Niederbronn, Colmar Imprimerie Alsatia, 1945.
  • Chanoine Schaeffer, Les sœurs du très saint sauveur, Niederbronn. Lyon, Lescuyer et Fils), 1949.
  • Anonyme, Vie de Mère Alphonse-Marie. Elizabeth Eppinger. 1814 - 1867, Colmar, Imprimerie Alsatia, 1949, 293 p.
  • Mgr L. Cristiani, L'extatique De Niederbronn Elisabeth Eppinger Ou Mère Alphonse-Marie Fondatrice Des Sœurs Du Très-Saint-Sauveur 1814-1867, Bibliothèque Ecclesia, 1958

Notes et références[modifier | modifier le code]