Sœurs de la Providence de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sœurs de la Providence de Montréal
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 2 février 1858
par Mgr Bourget
Approbation pontificale 25 avril 1860
par Pie IX
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Structure et histoire
Fondation 29 mars 1844
Montréal
Fondateur Émilie Gamelin
Abréviation S.P
Liste des ordres religieux

Les sœurs de la Providence de Montréal sont une congrégation religieuse féminine de droit pontifical.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1828, Émilie Gamelin (1800-1851) devenue veuve, s'occupe des malades à domicile puis ouvre à ses frais un hospice pour les nécessiteux de la ville. Pour assurer la continuité de son œuvre, l'évêque de Montréal, Ignace Bourget veut confier l'hospice aux filles de la Charité puis décide de fonder une nouvelle congrégation avec Émilie.

C'est le chanoine Jean-Charles Prince qui se charge de la fondation de l'institut. La congrégation est érigée canoniquement le sous le nom de filles de la Charité, Émilie Tavernier et neuf compagnes prennent l'habit religieux le jour même. Le , les constitutions religieuses, inspirées de celles des filles de la Charité, sont approuvées.

L'institut obtient le décret de louange le , il est définitivement approuvé le et ses constitutions sont reconnues par le Saint-Siège le .

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Les sœurs de la Providence se consacrent à différentes activités en fonction des besoins où elle se trouvent.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est située à Montréal.

En 2017, la congrégation comptait 525 sœurs dans 68 maisons[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Suore della Provvidenza (Montréal) » (voir la liste des auteurs).
  1. (it) Annuaire pontifical, Vatican, Librairie éditrice vaticane, , 2329 p. (ISBN 978-88-209-9975-9 et 88-209-9975-7), p. 1595-1596