Sœurs de Sainte Marie-Madeleine Postel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sœurs de Sainte Marie-Madeleine Postel
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 29 août 1859
par Pie IX
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
But enseignement, soins des malades
Structure et histoire
Fondation 8 septembre 1807
Cherbourg
Fondateur Marie-Madeleine Postel
Abréviation S.M.M.P
Autres noms auparavant sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs de Sainte Marie-Madeleine Postel (en latin : Sorores Mariae Magdalenae Postel) est une congrégation religieuse féminine enseignante et hospitalière de droit pontifical.

Fondation[modifier | modifier le code]

L'institut est fondé en 1807 à Cherbourg par Julie Postel, en religion sœur Marie-Madeleine (1756-1846) avec l'approbation de Claude-Louis Rousseau, évêque de Coutances. Lors de leur fondation, les sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde (en latin : Institutum Sororum Scholarum Christianorum a Misericordia) adoptent les règles et les constitutions religieuses mises en œuvre par saint Jean-Baptiste de La Salle dans son institut des frères des Écoles chrétiennes. En 1832, la Mère Postel achète l'ancienne abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte où elle déménage sa maison mère.

L'institut reçoit le décret de louange le 29 août 1859 et ses constitutions religieuses sont approuvées par le Saint-Siège en 1901. En 1920, en raison de l'éclatement de la Première Guerre mondiale, les maisons allemandes de la congrégation se séparent de la française donnant naissance à une branche canoniquement autonome de l'institut.

Fusion[modifier | modifier le code]

  • En 1958, les franciscaines de saint Vincent de Paul fondées à Voiron en 1832 par Marie-Julie Point fusionnent avec elles[1].

Bienheureuses[modifier | modifier le code]

Activités et diffusion[modifier | modifier le code]

Le but de l'institut est l'enseignement, le soin des malades (hôpitaux, cliniques, domicile) et les œuvres sociales (maisons de retraite, foyers), missions.

  • Des sœurs de la branche française (sœurs de Sainte Marie-Madeleine Postel) sont présentes en :

La maison généralice est à Saint-Sauveur-le-Vicomte.

En 2005, les sœurs étaient 358 dans 57 maisons.


  • Des sœurs de la branche allemande (schwestern der Maria Maria Magdalena Postel) sont présentes en :

La maison généralice est à Heilbad Heiligenstadt.

En 2005, les sœurs étaient 422 dans 69 maisons.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]