Sœurs de Saint-Paul de Chartres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sœurs de Saint-Paul de Chartres
Image illustrative de l'article Sœurs de Saint-Paul de Chartres
Régularité Simplicité Travail
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 1861
par Pie IX
Institut Congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité École française de spiritualité
But Enseignement, soins des malades, assistance aux pauvres
Structure et histoire
Fondation 1696
Levesville-la-Chenard
Fondateur Louis Chauvet et Marie-Anne de Tilly
Abréviation S.P.C
Autres noms Hospitalières de Saint Paul dites de Saint Maurice de Chartres
Patron saint Paul
Site web http://www.stpaulrome.com/
Liste des ordres religieux

Les sœurs de Saint-Paul de Chartres (en latin Congregatio Sororum Carnutensium a S. Paulo) sont une congrégation religieuse féminine de droit pontifical et le plus ancien institut missionnaire de femmes.

Historique[modifier | modifier le code]

La congrégation est fondée sous le titre de filles de l'école en 1696 par le père Louis Chauvet (1664 - 1710) curé de la paroisse de Levesville-la-Chenard. La première communauté est confiée à Marie-Anne de Tilly, cofondatrice de la communauté qui prépare ses jeunes compagnes pour leur mission : instruire les enfants, soigner les malades et visiter les personnes âgées grâce à de petites communautés de deux ou trois sœurs[1].

En 1708, l'abbé Chauvet confie la communauté croissante des sœurs à Mgr Paul Godet des Marais, évêque de Chartres qui leur attribue une habitation à Saint-Maurice dans les faubourgs de Chartres et leur donne le nom de filles de saint Paul. Après leur transfert, les sœurs étendent leur rayon d'action à de nombreuses petites écoles rurales et se répandent dans d'autres diocèses[2]. En 1727, à la demande Jean-Frédéric Phélypeaux de Maurepas,secrétaire d'État à la Marine, les sœurs se rendent en Guyane et aux Antilles où elles apportent une aide aux déportés et exilés[3].

Avec la Révolution française, les religieuses sont dispersées et les maisons supprimées, l'institut est réorganisé par Marie Josseaume en 1794. En 1818, elles prennent pied à la Martinique et en 1820, à la Guadeloupe, à la demande du gouvernement de fournir des infirmières dans les hôpitaux militaires. L'époque marque le début d'un grand élan missionnaire dans le monde entier qui a surtout lieu de la moitié du XIXe siècle à la moitié du XXe siècle. Après de nouvelles fondations françaises dans le reste de l'Europe (en Allemagne surtout, par la supérieure de Strasbourg ; en Angleterre à Birmingham, directement de Chartres en 1847), les sœurs s'ouvrent aux missions de l'Extrême-Orient devenant le plus ancien ordre missionnaire de femmes[4]: Thaïlande, Hong Kong (1848), Corée, Chine, Indochine où se distingue Mère Benjamin, Cochinchine occidentale en 1860 (1821-1884), Japon, etc. Les sœurs reçoivent le décret de louange en 1861 et leurs constitutions sont définitivement approuvées par le Saint-Siège en 1949[3].

Fusion[modifier | modifier le code]

Trois congrégations ont fusionné avec les sœurs de Saint-Paul[5].

  • Sœurs de l'Instruction chrétienne de Dourdan fondées par Mme Servin en octobre 1693[6].
  • Filles de la Réparation de Gallardon fondées par l'abbé Martin[7].
  • Sœurs de Sainte Marie de la Famille.

Activité et diffusion[modifier | modifier le code]

Les sœurs de Saint-Paul de Chartres se consacrent à l'éducation, aux soins des malades et à l'assistance aux pauvres .

Elles sont présentes en[8] :

Europe: France, Irlande, Italie, Royaume-Uni, Suisse, Ukraine.

Afrique : Cameroun, Centrafrique, Madagascar.

Amérique : Antilles françaises, Brésil, Canada, Colombie, États-Unis, Guyane, Haïti, Pérou.

Asie : Chine, Corée du Sud, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Laos, Mongolie, Népal, Philippines, Russie, Taiwan, Thaïlande, Timor oriental, Turquie, Vietnam.

Océanie : Australie.

Le maison généralice est à Rome.

Au 31 décembre 2005, la congrégation comptait 3 962 religieuses dans 554 maisons[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ancien hospice des religieuses de Saint-Paul de Chartres à Culaogieng au Viêt Nam, aujourd'hui maison de retraite pour religieuses âgées
Le couvent de la Sainte-Enfance, à Saigon, un des établissements hospitaliers parmi les plus importants de l'Indochine.
  • Chanoine Jean Vaudon, Histoire générale de la Communauté des Filles de Saint-Paul de Chartres, enseignantes, hospitalières, missionnaires, Paris, éd. Téqui, édition en trois tomes, 1927.
  • Chanoine Jean Vaudon, Les Filles de Saint-Paul en Corée, éd. procure des Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Chartres, 1931
  • Chanoine Jean Vaudon, Les Filles de Saint-Paul au bagne, éd. Michel Tremblay, Québec, Montréal, 1931
  • Chanoine Jean Vaudon, Les Filles de Saint-Paul en Indo-Chine, éd. procure des Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Chartres, 1931
  • Chanoine Jean Vaudon, Les Filles de Saint-Paul au Japon, éd. procure des Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Chartres, 1931
  • René Gobillot, Les Sœurs de Saint-Paul de Chartres, Grasset, Paris, 1938.
  • Élisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu, Perrin, Paris, 2de édition, 2009

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nos origines », sur http://spc-chartres.com/ (consulté le 1er avril 2016)
  2. Encyclopédie théologique, t. XXIII, , 1628 p., p. 1055
  3. a et b (it) Dizionario degli istituti di perfezione, vol. VI, edizioni paoline,
  4. « S'offrir à Dieu pour le bien de l'Église et l'intérêt du prochain », sur http://belleindochine.free.fr (consulté le 1er avril 2016)
  5. « Annuaire des services d'archives » (consulté le 1er avril 2016)
  6. « Historique », sur http://institutsaintpauldourdan.com/ (consulté le 1er avril 2016)
  7. L'ami de la religion, De Soye et Bouchet, , 784 p., p. 229
  8. « Image de monde », sur http://www.stpaulrome.com (consulté le 1er avril 2016)
  9. (it) Annuario Pontificio per l'anno 2007, Libreria Editrice Vaticana, Città del Vaticano (ISBN 978-88-209-7908-9)