Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sœurs de Notre Dame de la Miséricorde
Image illustrative de l’article Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 10 décembre 1927
par Pie XI
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
Spiritualité ignatienne
Règle basée sur les constitutions de la Compagnie de Jésus
But réhabilitation et protection des jeunes
Structure et histoire
Fondation 1er novembre 1862
Varsovie
Fondateur Thérèse-Ève Potocka
Abréviation Z.M.B.M
Patron Notre Dame de la Miséricorde
Site web site officiel
Liste des ordres religieux

Les sœurs de Notre Dame de la Miséricorde (en latin : Institutum Sororum B. M. V. a Misericordia) sont une congrégation religieuse féminine de droit pontifical.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1861, Ève Potocka (1814-1881) ainsi que deux autres femmes se rendent chez les sœurs de Notre Dame de la Miséricorde de Laval, établit à Laval, rue du Paradis, en 1821 à l'initiative de Thérèse Rondeau, pour se familiariser avec les méthodes de travail des religieuses afin de mettre en place une œuvre similaire en Pologne. Après avoir maîtrisé l'esprit, les coutumes et les règles de la Miséricorde de Laval, les trois polonaises adoptent l'habit religieux et un nouveau nom puis retournent en Pologne.

Thérèse-Ève Potocka (1814 - 1881) fonde la congrégation le à Varsovie avec le soutien de Mgr Zygmunt Szczęsny Feliński , archevêque de Varsovie. La congrégation reçoit du pape Léon XIII le décret de louange le 7 septembre 1878 ; le pape Pie XI déclare le 2 mai 1922 la branche polonaise autonome de la congrégation française. L'institut est définitivement approuvé par le Saint-Siège le 10 décembre 1927.

Sainte Faustine Kowalska (1905 - 1938) était membre de cette congrégation.

Activité et diffusion[modifier | modifier le code]

L'apostolat des sœurs de la Miséricorde est la réhabilitation et la protection des jeunes moralement en danger, foyers pour les femmes enceintes et les mères célibataires en difficulté financière ou rejetées par leur famille.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est à Varsovie.

Au 31 décembre 2005, l'institut comptait 411 religieuses dans 27 maisons.

Notes et références[modifier | modifier le code]