Sévigny-la-Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sévigny-la-Forêt
Sévigny-la-Forêt
Façade de l'église.
Blason de Sévigny-la-Forêt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Canton Rocroi
Intercommunalité Communauté de communes Portes de France
Maire
Mandat
Maryse Coucke
2014-2020
Code postal 08230
Code commune 08417
Démographie
Population
municipale
272 hab. (2016 en augmentation de 4,62 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 15″ nord, 4° 29′ 39″ est
Superficie 26,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sévigny-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Sévigny-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sévigny-la-Forêt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sévigny-la-Forêt

Sévigny-la-Forêt est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est situé au centre du Plateau de Rocroi, à 4 ou 5 km de Rocroi et 26 kms de Charleville-Mézières[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Taillette Rocroi Rose des vents
Maubert-Fontaine N Bourg-Fidèle
O    Sévigny-la-Forêt    E
S
Étalle Tremblois-lès-Rocroi

Histoire[modifier | modifier le code]

Sévigny-la-Forêt est un village construit au début du 13e siècle par le chapitre de la cathédrale de Reims dans son domaine des Potées (ou Pothées) — qui tient son nom de « de Potestatibus » ou propriétés. C’est donc un des 17 villages édifiés dans la forêt du même nom, avec Aubigny, Blombay, Cernion, Chilly, Ecle (sous Marby), Étalles, Flaignes-les-Oliviers, Justine, Laval-Morency, Lépron, Logny Marby, Marlemont, Maubert-Fontaine, Prez, Sévigny-la-Forêt et Vaux-Villaines[2],[3].

Nicolas V de Rumigny — et par la suite ses successeurs — en devient l’avoué à qui le chapitre accorde dès 1215 douze deniers blancs et une poule ou un chapon à recevoir annuellement de chaque famille des villages nouveaux. De son côté, l’avoué promet aux chanoines aide et assistance pour les constructions projetées et aux habitants son appui et protection[4].

En 1643, la bataille de Rocroi se déroule en partie sur son territoire. Le village est abandonné pendant quelques années[1]. Le village est occupé de 1815 à 1818, puis de 1871 à 1875, puis de 1914 à 1918, et enfin de 1940 à 1944[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 272 habitants[Note 1], en augmentation de 4,62 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
291288306358408408414415413
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
338326330311305268258244256
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
243317241229243176212189176
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016 -
139147191200229233262272-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1876 après 1877 Alisse[9]    
2008 En cours Mme Maryse Coucke[10] SE  
1989 2008 M. Raymond Denys SE  
1971 1989 Mme Andrée Dapremont SE  
    M. Raymond Denys SE  
    M. Elie Lebas SE  

Sévigny-la-Forêt a adhéré à la charte du parc naturel régional des Ardennes, à sa création en décembre 2011[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joachim Delmarche, né à Philippeville en 1786, soldat de Napoléon — décoré de la Légion d'honneur à Esling en 1809, pour avoir pris un canon aux Autrichiens — venu habiter dans la commune, a écrit ses mémoires intitulées "Les soirées du Grenadier" [12].
  • Paulin Lebas, historien et écrivain. A écrit une monographie du village et a mené de nombreuses recherches historiques[1],[13],[14].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Sévigny-la-Forêt

Les armes de Sévigny-la-Forêt se blasonnent ainsi :

écartelé au 1) de gueules à la croix d’argent, au 2) d’argent à la hure de sanglier arrachée de sable allumé et défendue du champ, au 3) d’argent aux trois arbres arrachés de sinople, au 4) de gueules aux deux épées d’argent passées en sautoir [15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d M. D. de La Barre de Raillicourt, « Sévigny-la-Forêt », Revue Historique Ardennaise, no XVIII,‎ , p. 197-208
  2. Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Librairie Émile Nourry, , 410 p., p. 153
  3. Patrick Demouy, Genèse d’une cathédrale. Les archevêques de Reims et leur église aux XIe et XIIe siècles, ed. Dominique Guéniot, , p. 227, 267, 639
  4. Chanoine C-G. Roland, Histoire généalogique de la maison de Rumigny-Florennes, Annales de la Sté Archéologique de Namur, 1891, réédition de 1982, pp 61, 206, 207.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1877, p238.
  10. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin 2008 (fichier au format PDF)
  11. Création du PNR des Ardennes
  12. Joachim Delmarche, Les soirées du grenadier ou Mémoires de Joachim Delmarche, de Philippeville, Chevalier de la Légion d'Honneur, Cahier du Musée de Cerfontaine (Belgique) n° 413, , 60 p.
  13. Paul Laurent, Revue historique ardennaise, 1905, p.110.
  14. Geneviève Nival, André Bernard et Marie-France Barbe, La vie quotifdienne sur le Plateau de Rocroy, , p. 39
  15. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=2602

Liens externes[modifier | modifier le code]