Séverine Vandenhende

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séverine Vandenhende
Image illustrative de l'article Séverine Vandenhende
Contexte général
Sport pratiqué Judo
Biographie
Naissance (43 ans)
Lieu de naissance Dechy
Taille 1,70 m
Catégorie moins de 61 kg
moins de 63 kg
Entraîneur Patrick Rosso
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 1 0 0
Championnats d'Europe 0 1 1

Séverine Vandenhende, née le à Dechy (Nord), est une judokate française. Elle remporte la médaille d'or dans la catégorie des moins de 63 kg lors des Jeux olympiques de 2000 à Sydney. Elle obtient aussi le titre de championne du monde trois ans plus tôt lors de l'édition 1997 disputée en France. Après sa carrière sportive, elle reste dans le monde du judo en devenant entraîneur au sein du système fédéral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Dechy, près de Douai, Séverine Vandenhende est la benjamine d'une famille de trois filles[1] dont le père est mineur[2]. C'est à Vieux-Condé, près de Valenciennes, où ses parents ont déménagés, qu'elle fait ses débuts de judokate à huit ans[1]. Deux ans plus tard, elle dispute ses premières compétitions. Après des championnats de France espoirs disputés à seize ans, elle rejoint le centre national d'entraînement des jeunes, à Châtenay-Malabry[1].

Elle remporte la médaille de bronze lors des championnats du monde junior de Nuenos Aires en [3]. Elle obtient ses premiers résultats important chez les séniors en terminant troisième du tournoi de Paris 1994 en moins de 61 kg[4]. La même année elle remporte le tournoi de Budapest. En elle termine troisième du tournoi de Paris[5] puis remporte le tournoi de Prague en mars. Elle est toutefois devancé en équipe de France par Cathy Fleury, championne olympique des Jeux de 1992, dont elle est la remplaçante lors de l'édition d'Atlanta[6].

En 1997, pour la troiisième fois de sa carrière, elle termine troisième du tournoi de Paris. elle termine ensuite troisième des Championnats d'Europe 1997 à Ostende[7]. À 23 ans, elle remporte le titre mondial lors des championnats du monde 1997 disputé au Palais Omnisports de Paris-Bercy. Elle bat en finale la Belge Gella Vandecaveye par ippon[8]. Toutefois, sollicitée, elle ne se remet pas régulièrement à l'entraînement. Elle participe aux championnats d'Europe 1998 à Oviedo. Elle perd lors de son quart de finale face à l'Espagnole Sara Álvarez. Elle s'incline ensuite en repêchage face à la Slovène Sraka[9]. Elle enchaine les blessures lors des périodes fortes activités, opération de l'épaule et ligament externe du genou gauche[10].

Revenue tardivement de ses blessures, elle participe aux Championnats du monde 1999 à Birmingham[11]. Totalement prise par le trac, elle concède « la pire honte » de sa vie en étant malade sur le tapis[11],[12]. L'encadrement de l'équipe de France lui conserve sa confiance et elle participe la saison suivante à l'obtention d'un quota pour la France dans cette catégorie, terminant deuxième du tournoi de Paris[13] et du grand prix de Rome[14]. Elle termine également deuxième des Championnats d'Europe de à Aalst, battue en finale par Gella Vandecaveye[15].

Lors des Jeux olympiques de 2000 à Sydney, l'encadrement de l'équipe de France demande à Sarah Nichilo-Rosso de l'accompagner toute la journée de compétition pour éviter tout problème de stess[10]. Son entraîneur Patrick Rosso n'intervient que le plan technique et quelques minutes seulement avant les combats[10]. Elle élimine d'abord la Coréenne Jung Sung-Sook, la Canadienne Sophie Roberge puis l'Américaine Celita Schutz en quart de finale et l'Allemande Anja von Rekowski en demi-finale. En finale, elle est opposée à la Chinoise Li Shufang. Menée d'un koka, elle égalise sur une pénalité infligée à son adversaire, et elle s'impose par un yuko sur deuxième pénalité subis par la Chinoise à one secondes de la fin[16],[17].

Elle termine une nouvelle fois à la troisième place du tournoi de Paris, en février 2001[18]. Une nouvelle blessure au genou lors des championnats d'Europe 2001 de la prive des mondiaux de la même année à Munich[19]. En , elle termine troisième du tournoi de Moscou[20]. Elle est ensuite victime d'une nouvelle rupture des ligaments croisés[2]. Elle décide alors d'arrêter sa carrière[2].

Pendant sa carrière sportive, elle passe son DEUG puis une licence STAPS. Fabien Canu, directeur technique national de la Fédération, assure alors qu'elle intègre le système fédéral auprès des jeunes[19]. Elle devient ensuite cadre national pour intégrer les jeunes féminines au sein de l'INSEP[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • Grade : Ceinture blanche et rouge 6e DAN le 9 décembre 2004[22].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif L'Équipe, Le livre de l'année 2000, L'Équipe, , 192 p. (ISBN 2951203136), « Vandenhende, si grande », p. 134

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « severine vandenhende », sur alecfandejudo.skyrock.com.
  2. a, b et c « Séverine Vandenhende décide d'ôter son kimono », sur liberation.fr, .
  3. « World Junior Championships Buenos Aires », sur judoinside.com.
  4. « Tournoi de Paris », sur judoinside.com.
  5. « Tournoi de Paris », sur judoinside.com.
  6. a et b Alexandre Martin, « Interview de Séverine Vandenhende (judo) », .
  7. « Résultats », sur humanite.fr, .
  8. Philippe Vande Weyer, « Vandecaveye perd la bataille des Flandres - programme du week-end », sur lesoir.be, .
  9. Viviane de Flers, « Gagliano et Vandenhende privés de médaille », sur leparisien.fr, .
  10. a, b et c Collectif L'Équipe 2000, Vandenhende, si grande..
  11. a et b Frédéric Augendre, « L'épatant retour de Séverine Vandenhende Sydney », sur leparisien.fr, .
  12. Le règlement prévoit de disqualifier tout compétiteur qui rend son petit déjeuner.
  13. « Tournoi de Paris », sur judoinside.com.
  14. « Grand Prix Città di Roma », sur judoinside.com.
  15. « European Championships Wroclaw », sur judoinside.com.
  16. « Médaille d'or pour la France en judo », sur rds.ca, .
  17. « Vandenhende montre la voie », sur ladepeche.fr, .
  18. « Tournoi de Paris », sur judoinside.com.
  19. a et b « Vandenhende arrête sa carrière », sur leparisien.fr, .
  20. « Super A-Tournament Moscow », sur judoinside.com.
  21. « JORF n°256 du 4 novembre 2000 page 17487 : Décret du 31 octobre 2000 portant nomination », sur legifrance.gouv.fr, .
  22. Liste des Haut gradés

Liens externes[modifier | modifier le code]