Séverine Lepape

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Séverine Lepape
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directrice
Musée national du Moyen Âge
depuis le
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Séverine Lepape, née le est une bibliothécaire, conservatrice et historienne de l'art française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Séverine Lepape possède un double cursus en histoire et histoire médiévale. Elle consacre sa thèse de l’École nationale des chartes à « l’étude iconographique de l’arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du XIIIe au XVIIe siècle ». Elle poursuit sa recherche à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Jean-Claude Schmitt. En 2007, elle soutient une thèse intitulée Représenter la parenté du Christ et de la Vierge : l'iconographie de l'arbre de Jessé en France du Nord et en Angleterre, du XIIIe siècle au XVIe siècle[1]. Elle approfondit ce thème par un post-doctorat à l’Université Laval de Québec, en 2009, avec Didier Méhu[2].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 2005, elle est nommée conservatrice la Bibliothèque nationale de France. Elle y est chargée de la collection des estampes des XVe et XVIe siècles. De 2010 à 2014, elle est chef du service de l’estampe ancienne et de la réserve du département des estampes et de la photographie. En , elle rejoint le musée du Louvre en tant que conservatrice chargée de la collection Edmond de Rothschild au département des arts graphiques[2].

En parallèle, elle est chargée de cours à l’École des chartes, à l’École du Louvre et à l’Institut national du patrimoine[3].

Spécialiste d’iconographie médiévale et des arts graphiques nordiques et français des XVe et XVIe siècles, elle poursuit ses recherches au sein du Groupe d’anthropologie de l’Occident médiéval (GAHOM) de l’EHESS, et également au sein du Groupe de recherche sur les pouvoirs et les sociétés dans l’Occident médiéval et moderne (GREPSOMM) de l’université de Laval (Québec). Elle s’intéresse plus particulièrement aux questions de dévotions mariales mais également au rôle que celles-ci ont joué dans la société de la fin du Moyen Âge[2].

Autrice d'ouvrages et d'articles, elle est aussi commissaire de plusieurs expositions. Avec Michel Huynh et Caroline Vrand, elle est associée au commissariat de l'exposition Mystérieux coffrets qui se tient au musée de Cluny du au [4].

Le , Séverine Lepape est nommée directrice du musée national du Moyen Âge - Thermes et hôtel de Cluny, où elle succède à Élisabeth Taburet-Delahaye[5].

Décoration[modifier | modifier le code]

Ordre des Arts et des Lettres Chevalier ribbon.svg Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres (2021)[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les origines de l'estampe en Europe du Nord (1400-1470), Paris, Éditions du Louvre/Éditions Le Passage, 2013 (avec Kathryn M. Rudy).
  • Gravures de la rue Montorgueil, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015.
  • Les Heures de Charles d'Angoulême, Barcelone, M. Moleiro éditions, 2016 (avec Maxence Hermant).

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L’Immaculée Conception de la Vierge : histoire et représentations figurées du Moyen Âge à la Contre Réforme, Actes du colloque, Paris, 1er et , Institut national d’Histoire de l’Art, dir. Eléonore Fournié et Séverine Lepape-Berlier, numéro spécial de L’Atelier du Centre de recherches historiques, 10, 2012[7].
  • L’estampe au Grand Siècle : Études offertes à Maxime Préaud, dir. Peter Fuhring, Barbara Brejon de Lavergnée, Marianne Grivel, Séverine Lepape et Véronique Meyer, Paris, École nationale des chartes, 2010, 612 pages. (coll. « Matériaux pour l’histoire » publiés par l’École nationale des chartes, 9).

Chapitres d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • « Un exemple de constitution de corpus et de traitement par les analyses factorielles : l’arbre de Jessé », dans Mélanges pour Jean-Claude Schmitt, dir. Jérôme Baschet, Jacques Berlioz et Pierre-Olivier Dittmar, Turnhout, Brepols, 2013.
  • « Jean Cousin graveur, Jean Cousin gravé », dans Jean Cousin père et fils : une famille de peintres au XVIe siècle, dir. Cécile Scailliérez, Paris, Somogy, 2013.
  • « Un bois du style d’Ypres », dans Album Amicorum : œuvres choisies pour Arnauld Brejon de Lavergnée, dir. Valérie Lavergne-Durey et Christian Volle, Paris, Éditions Librairie des Musées, 2012.
  • « Estampes, comment identifier les techniques », dans Apprendre et gérer des collections patrimoniales en bibliothèque, dir. Dominique Coq, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2012.
  • « L’Arbre de Jessé normand et la question de l’Immaculée Conception », dans Marie et la « Fête aux normands ». Dévotion, images et poésie, dir. Françoise Thélamon, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2011.

Catalogues d’exposition[modifier | modifier le code]

  • Gravure en clair-obscur : Cranach, Raphaël, Rubens, Paris, Musée du Louvre, -, Paris, Louvre éditions, 2018.
  • Lise Follier-Morales : Jaune citron-noir gravure, Paris, Galerie L'Echiquier, -, Paris, L’Echiquier, 2016 (avec Murielle Antonello-Terzago, Céline Chicha-Castex).
  • En passant par la Bourgogne : dessins d'Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et de Louis XIII, Dijon, Musée Magnin, -], Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2013 (avec Claude Mignot, Adriana Sénard).
  • Jeux dans l’art. De Babylone à l’Occident médiéval, Paris, Musée de Cluny, -, Paris, RMN Éditions, 2012.
  • (en) Kings, Queens and Courtiers. Art in Early Renaissance France, exposition, Art Institute of Chicago, -, Chicago-New Haven, Art Institute of Chicago/Yale University Press, 2011 (avec Elisabeth Taburet-Delahaye).
  • France 1500. Entre Moyen Âge et Renaissance, exposition, Paris, Galeries nationales, Grand Palais, - , Paris, RMN, 2010.
  • La Médecine ancienne, du corps aux étoiles, Fondation Martin Bodmer, Cologny, du au , Fondation Martin Bodmer/Presses universitaires de France, 2010 (sous la direction de Gérald d’Andiran).

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]