Séries éliminatoires de la Coupe Stanley 1960

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Séries éliminatoires 1960

Ligue nationale de hockey
Vainqueur Canadiens de Montréal
Finaliste Maple Leafs de Toronto
Nombre d'équipes 4
Nombre de tours 2

Les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 1960 font suite à la saison 1959-1960 de la Ligue nationale de hockey. Les Canadiens de Montréal remportent la Coupe Stanley après avoir battu en demi-finale les Black Hawks de Chicago quatre matchs à zéro puis les Maple Leafs de Toronto sur le même score en finale. Les Canadiens remportent ainsi leur cinquième finale en autant de saisons ; c'est la première fois de l'histoire de la coupe Stanley qu'une équipe parvient à remporter cinq coupes consécutives et la deuxième fois qu'une équipe la remporte sans concéder la moindre défaite en finale.

Contexte et déroulement des séries[modifier | modifier le code]

Les Canadiens de Montréal finissent la saison régulière avec 13 points d'avance sur les Maple Leafs de Toronto. Les deux autres équipes qualifiées pour les séries sont les Black Hawks de Chicago et les Red Wings de Détroit[1].

Les quatre équipes participent à un premier tour de séries éliminatoires afin de déterminer les deux équipes jouant la série finale de la Coupe Stanley. Pour remporter une série, une équipe doit gagner au moins quatre rencontres ; ainsi, une série compte au maximum sept rencontres. L'équipe la mieux classée à la fin de la saison régulière à l'avantage de sa série : les deux premiers matchs sont joués sur sa patinoire alors que les deux suivants sont joués sur la patinoire de l'équipe la moins bien classée. Si des matchs supplémentaires sont nécessaires, les cinquième et septième matchs ont lieu sur la patinoire de l'équipe la mieux classée et le sixième sur l'autre patinoire.

La série entre les Maple Leafs et les Red Wings débute le 23 mars dans la patinoire du Maple Leaf Gardens alors que la série entre Canadiens et Black Hawks commence le 24 mars au Forum de Montréal[2].

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Demi-finales Finale
         
 Canadiens de Montréal  4
 Black Hawks de Chicago  0  
 Canadiens de Montréal  4
  
   Maple Leafs de Toronto  0
 Maple Leafs de Toronto  4
 Red Wings de Détroit  2  

Détails des séries[modifier | modifier le code]

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Montréal contre Chicago[modifier | modifier le code]

Photographie de Jacques Plante avec le maillot des Citadelles de Québec
Jacques Plante, gardien des Canadiens de Montréal, ici en photographie en 1948, réalise deux blanchissages au cours de la série contre Chicago.

Cette série oppose d'un côté les Canadiens de Montréal, quadruple champions en titre de la Coupe Stanley, et de l'autre les Black Hawks menés par Bobby Hull, vedette montante de la LNH et meilleur pointeur de la saison régulière[3]. La première rencontre tourne à l'avantage des Canadiens sur le score de 4-3. Malgré cette victoire, le match est disputé et à la fin du match, Toe Blake, entraîneur de Montréal, reproche à ses joueurs leur manque de réalisme devant les buts alors que de l'autre côté, Rudy Pilous est plutôt satisfait du visage montré par ses joueurs[4]. Lors de cette première rencontre, deux joueurs vedettes de Chicago sont absents : Hull et Stan Mikita, tandis que les vedettes habituelles des Canadiens sont présents : Jean Béliveau inscrit un but et une aide alors que Bernard Geoffrion compte le but de la victoire en plus de deux passes décisives[5].

La deuxième partie est encore plus disputée puisque les Canadiens ne parviennent à remporter le match que lors des prolongations : après 60 minutes de jeu, les deux formations sont à égalité trois buts partout. Dickie Moore inscrit le premier but des Canadiens mais Chicago revient au score deux minutes plus tard ; le scénario se répète ensuite : Montréal prend de l'avance mais Chicago égalise grâce à Bill Hay qui marque à moins de deux minutes de la fin du match, il parvient à voler le palet au défenseur vedette de Montréal, Doug Harvey et à tromper Jacques Plante pour relancer les visiteurs. Le défenseur des Canadiens est finalement le héros de son équipe en battant le portier de Chicago, Glenn Hall, après huit minutes de prolongation[6].

Le troisième match de la série a lieu dans le Chicago Stadium et aucune des deux équipes ne parvient à inscrire de but lors du premier tiers-temps. Bill Hicke inscrit le premier but du match à la moitié du match avec des assistances de Ralph Backstrom et de Don Marshall. Backstrom et Marshall sont également auteurs des passes décisives pour le deuxième but de Montréal quatre minutes avant la fin du tiers-temps, but inscrit par Jean-Guy Talbot. Backstrom décroche sa troisième mention d'assistance de la soirée à 49e minute sur un but de Marshall. Geoffrion vient celer le sort de Chicago, deux minutes avant la fin du match. Plante, assisté de ses défenseurs Harvey et Tom Johnson, réalise son premier blanchissage[Note 1] de la saison à l'extérieur[7].

Il décroche le deuxième deux jours plus tard avec une victoire 2-0. Le gardien de Montréal débute pourtant mal la soirée puisqu'il reçoit deux mises en échec lors du premier tiers-temps et il doit se faire soigner pendant 30 minutes. Claude Provost inscrit le premier but des siens sur un lancer lointain qui parvient tout de même à tromper Hall. Dickie Moore marque le deuxième but quelques minutes plus tard. Les Canadiens sont donc qualifiés de la plus courte des manières pour la finale de la Coupe et ils doivent attendre la fin de l'autre série pour savoir quelle équipe ils y affronteront[8].

24 mars Canadiens de Montréal 4-3
(2-1, 1-1, 1-1)
Black Hawks de Chicago Forum de Montréal
14 913 spectateurs


26 mars Canadiens de Montréal 4-3 (Pr)
(1-1, 1-0, 1-2, 1-0)
Black Hawks de Chicago Forum de Montréal
14 595 spectateurs


29 mars Black Hawks de Chicago 0-4
(0-0, 0-2, 0-2)
Canadiens de Montréal Chicago Stadium
13 396 spectateurs


31 mars Black Hawks de Chicago 0-2
(0-0, 0-2, 0-0)
Canadiens de Montréal Chicago Stadium
13 719 spectateurs


Toronto contre Détroit[modifier | modifier le code]

Le premier match de la série voit la victoire des Red Wings sur la patinoire de Toronto sur le score de 2-1 avec une nette domination des visiteurs pour le nombre de lancers sur les buts adverses : 30 à 19. Gordie Howe, récipiendaire du trophée Hart en tant que meilleur joueur de la saison, inscrit le premier but de la série en prenant de vitesse Johnny Bower, le gardien de but de Toronto. Avant la fin du premier tiers-temps, Len Haley vient doubler la mise pour Détroit. Le dernier but du match est inscrit par Carl Brewer de Toronto : à la fin du dernier tiers-temps, il récupère le palet au milieu de la patinoire, dribble trois joueurs adverses pour tromper Terry Sawchuk d'un lancer dans la lucarne droite du but[9].

Trois prolongations sont nécessaires lors du troisième match pour départager les deux formations. Détroit prend le large lors du premier tiers-temps en inscrivant deux buts par Norm Ullman et par Marcel Pronovost. La physionomie du match change totalement au deuxième tiers-temps puisque les visiteurs inscrivent quatre buts, dont trois consécutifs, contre un seul pour les locaux ; deux des buts de Toronto sont marqués par l'ancien joueur de Détroit : Red Kelly. Détroit débute donc le troisième tiers-temps avec un but de retard et il faut attendre la 52e minute pour voir Gerry Melnyk égaliser sur un rebond laissé par Sawchuk et offrir une prolongation à son équipe[10]. Malgré ce retour, la victoire est donnée à Toronto au bout de 103 minutes : Red Kelly réalise un lancer depuis la ligne bleue et le palet est dévié juste devant Sawchuk par Frank Mahovlich

23 mars Maple Leafs de Toronto 1-2
(0-2, 0-0, 1-0)
Red Wings de Détroit Maple Leaf Gardens
12 853 spectateurs


26 mars Maple Leafs de Toronto 4-2
(1-1, 1-0, 2-1)
Red Wings de Détroit Maple Leaf Gardens
13 759 spectateurs


27 mars Red Wings de Détroit 4-5 (Pr)
(2-0, 1-4, 1-0, 0-0, 0-0, 0-1)
Maple Leafs de Toronto Olympia Stadium
13 337 spectateurs


29 mars Red Wings de Détroit 2-1 (Pr)
(1-0, 0-1, 0-0, 1-0)
Maple Leafs de Toronto Olympia Stadium


2 avril Maple Leafs de Toronto 5-4
(2-0, 1-2, 2-2)
Red Wings de Détroit Maple Leaf Gardens
14 003 spectateurs


3 avril Red Wings de Détroit 2-4
(1-1, 1-0, 0-3)
Maple Leafs de Toronto Olympia Stadium
13 696 spectateurs


Finale de la Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

7 avril Canadiens de Montréal 4-2
(3-0, 0-2, 1-0)
Maple Leafs de Toronto Forum de Montréal
14 301 spectateurs


9 avril Canadiens de Montréal 2-1
(2-1, 0-0, 0-0)
Maple Leafs de Toronto Forum de Montréal
14 520 spectateurs


12 avril Maple Leafs de Toronto 2-5
(0-1, 1-2, 1-2)
Canadiens de Montréal Maple Leaf Gardens
13 307 spectateurs


14 avril Maple Leafs de Toronto 0-4
(0-2, 0-1, 0-1)
Canadiens de Montréal Maple Leaf Gardens
13 327 spectateurs


Meilleur joueur des séries[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc de Johnny Bower dans les buts avec le maillot de Toronto sur lui
Johnny Bower, gardien de Toronto au cours des séries.

Avec trois buts et neuf mentions d'assistance, Henri Richard des Canadiens de Montréal est le meilleur pointeur des séries ; il a autant de points que son coéquipier, Geoffrion qui compte un but de moins mais est le meilleur passeur des séries. Le meilleur pointeur de Toronto est le défenseur Red Kelly, auteur de trois buts et huit passes, celui de Détroit est Delvecchio (deux buts, six aides) et celui de Chicago est Bill Hay (un but et deux assistances). Avec six buts inscrits en huit rencontres, Dickie Moore est le meilleur de la ligue pour les séries éliminatoires[19]. Dans les buts, Jacques Plante est le meilleur gardien des séries en ne concédant que 11 buts pour aucune défaite et trois blanchissages[20].

Classement des meilleurs pointeurs
Joueur Équipe Poste PJ B A Pts
Richard, HenriHenri Richard Montréal Centre 8 3 9 12
Geoffrion, BernardBernard Geoffrion Montréal Ailier 8 2 10 12
Kelly, RedRed Kelly Toronto Défenseur 10 3 8 11
Moore, DickieDickie Moore Montréal Ailier 8 6 4 10
Delvecchio, AlexAlex Delvecchio Détroit Centre 6 2 6 8
Béliveau, JeanJean Béliveau Montréal Centre 8 5 2 7
Olmstead, BertBert Olmstead Toronto Ailier 10 3 4 7
Regan, LarryLarry Regan Toronto Ailier 10 3 3 6
Duff, DickDick Duff Toronto Ailier 10 2 4 6
Howe, GordieGordie Howe Détroit Ailier 6 1 5 6
Classement des gardiens de but
Gardien Équipe PJ Min V D BC BL Moy
Plante, JacquesJacques Plante Montréal 8 489 min 8 0 11 3 1,35
Bower, JohnnyJohnny Bower Toronto 10 645 min 4 6 31 0 2,88
Sawchuk, TerryTerry Sawchuk Détroit 6 405 min 2 4 20 0 2,96
Hall, GlennGlenn Hall Chicago 4 249 min 0 4 14 0 3,37

Effectif champion[modifier | modifier le code]

La Ligue nationale de hockey autorise chaque équipe championne de la Coupe Stanley à inscrire des noms de personnes ayant participé au succès de l'équipe. Les 27 noms inscrits sur la coupe sont les suivants[21] :

  • Gardiens de buts : Jacques Plante et Charlie Hodge
  • Défenseur : Doug Harvey (A), Bill Hicke, Tom Johnson (A), Bob Turner, Jean-Guy Talbot et Albert Langlois
  • Centre : Jean Béliveau, Ralph Backstrom, Henri Richard et Phil Goyette
  • Ailiers : Bernard Geoffrion (A) , Maurice Richard (C), Dickie Moore, Claude Provost, Ab McDonald, Marcel Bonin, Don Marshall et André Pronovost
  • Encadrement : Hartland Molson (président et propriétaire), Frank J. Selke (gérant), Ken Reardon (vice-président), Sam Pollock (directeur du personnel), Toe Blake (entraîneur en chef), Hector Dubois (entraîneur) et Larry Aubut (entraîneur-assistant)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bruneau et Normand 2003, p. 270
  2. (en) « Hockey », The Montreal Gazette,‎ , p. 26 (lire en ligne)
  3. Bruneau et Normand 2003, p. 268
  4. a et b (en) « Habs not happy, missed on many chances — Blake », The Montreal Gazette,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  5. (en) « Habs defeat Hawks in opener 4-3 », The Montreal Gazette,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  6. a et b (en) Dink Carroll, « Habs defeat Hawks 4-3 in overtime », The Montreal Gazette,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  7. a et b (en) Dink Carroll, « Canadiens beat Black Hawks 4-0 », The Montreal Gazette,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  8. a et b (en) Dink Carroll, « Habs sweep series, blank Hawks 2-0 », The Montreal Gazette,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  9. a et b (en) « Howe leads Red Wings to 2-1 victory over Maple Leafs in playoff opener », The Montreal Gazette,‎ , p. 27 (lire en ligne)
  10. a et b (en) « Toronto scores 5-4 », The Montreal Gazette,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  11. (en) « 26-Mar-60 Detroit Red Wings 2 @ Toronto Maple Leafs 4 », sur www.flyershistory.com (consulté le 30 décembre 2013)
  12. (en) « Melnik's overtime goal sinks Leafs 2-1, Series all square », The Montreal Gazette,‎ , p. 25 (lire en ligne)
  13. (en) « 03-Apr-60 Toronto Maple Leafs 4 @ Detroit Red Wings 2 », sur www.flyershistory.com (consulté le 30 décembre 2013)
  14. (en) « Leafs in Final, beat Wings 5-4, 4-2 », The Montreal Gazette,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  15. (en) P. Anson, « Toronto Maple Leafs 2 @ Montreal Canadiens 4 », sur Hockey summary project
  16. (en) P. Anson, « Toronto Maple Leafs 1 @ Montreal Canadiens 2 », sur Hockey summary project
  17. (en) P. Anson, « Montreal Canadiens 5 @ Toronto Maple Leafs 2 », sur Hockey summary project
  18. (en) P. Anson, « Montreal Canadiens 4 @ Toronto Maple Leafs 0 », sur Hockey summary project
  19. (en) « 1959-1960 - Playoffs - All Skaters - Skater Season Stats Leaders - Points », sur www.nhl.com (consulté le 26 décembre 2013)
  20. (en) « 1959-1960 - Playoffs - Goalie - Goalie Season Stats Leaders - Wins », sur www.nhl.com (consulté le 26 décembre 2013)
  21. Official Guide & Record Book 2010, p. 251

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bruneau et Léandre Normand, La glorieuse histoire des Canadiens, Montréal, Éditions de l'Homme, , 823 p. (ISBN 2-7619-1860-6)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book, Triumph books, , 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)