Sénateurs d'Ottawa (1893-1934)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sénateurs d'Ottawa (homonymie).
Sénateurs d'Ottawa
Description de l'image Sénateurs d'Ottawa 1917.gif.
Fondation 1893
Disparition 1934
Siège Ottawa (Ontario, Canada)
Patinoire (aréna) Dey's Arena
(7 000 places)
Ottawa Arena[Note 1]
(10 000 places)
Couleurs Rouge, blanc et noir
Ligue AHAC, LCHA, ANH, et LNH

Les Sénateurs d'Ottawa, également connus sous le nom de Silver Seven d'Ottawa , sont une franchise professionnelle de hockey sur glace en Amérique du Nord qui a existé de 1893 à 1934. L'équipe est basée à Ottawa dans la province de l'Ontario au Canada et est une des équipes fondatrices de la Ligue nationale de hockey en 1917. En 1934, elle est déménagée à Saint-Louis dans le Missouri et devient les Eagles de Saint-Louis et ce pour une saison. Il faut une expansion de la ligue près de 60 ans plus tard pour voir une nouvelle équipe de hockey évoluer à Ottawa et reprendre le même nom.

L'équipe remporte le plus haut trophée du hockey, la Coupe Stanley, à de multiples reprises. Tout d'abord à la suite de défis en 1903, 1904, 1905, 1906, 1909 et 1911 puis au terme des séries éliminatoires des saisons de la LNH en 1920, 1921, 1923 et 1927.

Historique[modifier | modifier le code]

La création du club (1883-1885)[modifier | modifier le code]

une équipe de hockey sur glace sur 3 rangs.
Premier photo du club de hockey d'Ottawa en 1883-1884.

En 1883, la ville de Montréal organise son premier Carnaval d'hiver avec quatre équipes dont l'Association des athlètes amateurs de Montréal ainsi que l'Université McGill. Halder Kirby, John Kerr et Frank Jenkins, tous les trois originaires d'Ottawa, s'y retrouvent et un mois plus tard décident de fonder à leur tour une équipe de hockey dans leur ville, l’Ottawa Hockey Club[1]. Sans opposition dans toute la province, l'équipe passe son hiver 1883 à s'entraîner sur la glace du Royal Rink[2].

Le club de hockey d'Ottawa participe à la deuxième édition du Carnaval d'hiver de Montréal[3] l'année suivante ; quatre autres équipes sont inscrites au tournoi, toutes de la ville de Montréal : les Wanderers, les Crystals, les Victorias ainsi que l'Université McGill[4]. Cependant, les équipes des Crystals et de Wanderers ne se présentant pas, elles sont éliminés de la compétition[5]. L'équipe d'Ottawa joue en rouge et noir et est opposé à McGill pour son premier match, une défaite 1-0[6]. Nelson Davis Porter, futur maire d'Ottawa, est le premier buteur du club lors de la victoire 1-0 contre les Victorias le 8 février 1884[7]. Le troisième match tourne également à l'avantage d'Ottawa avec une victoire 3-0 contre McGill, 2 buts étant inscrits par Jenkins[8]. Jouant pour le titre, l'équipe est battue sur le score de 1-0 par Victoria après 14 minutes de prolongation le 11 février[7].

En 1885, Ottawa participe à la troisième édition de la compétition du Carnaval d'Hiver, tournoi joué dans le Palais de Cristal. Les joueurs d'Ottawa battent les Victorias 2-1 le 28 janvier[9]. Le deuxième match se solde sur un score de deux buts partout contre l'Association des athlètes amateurs de Montréal, au bout de 2 prolongations[10]. Il faut un troisième match pour voir la victoire de Montréal 1-0[11]. En raison d'une épidémie de variole, le Carnaval d'hiver de Montréal est annulé en 1886 et les joueurs d'Ottawa ne jouent pas de match cette année là[12].

Dans l'Association de hockey amateur du Canada (1886-1903)[modifier | modifier le code]

photographie en noir et blanc d'une équipe de joueurs de hockey sur glace en train de poser pour la photographie
L'équipe en 1891 ; au premier rang R. Bradley et J. Kerr
Derrière : H. Kirby, A. Morel, C. Kirby, H.Y. Russell, F.M.S. Jenkins, W.C. Young, ?, ?

Les dirigeants de différentes équipes du Canada se réunissent dans le Victoria Skating Rink afin de faire durer la saison plus longtemps que le week-end du Carnaval de Montréal le 8 décembre 1886[4]. Le premier règlement de cette compétition, nommée The Dominion Association paraît 15 jours plus tard[13] et Thomas D. Green en devient son premier président[14]. L'équipe ne joue cependant qu'une seule partie au cours de cette saison. Au cours de l'hiver 1888, l'équipe de Ottawa ne participe pas car ils n'ont plus de patinoire pour jouer. Il leur faut attendre l'ouverture du Rideau Skating Rink en février 1889 pour que l'équipe puisse s'entraîner à nouveau et jouer un match à Montréal contre l'équipe réserve de l'Association des athlètes amateurs de Montréal (AAA de Montréal)[15]. L'équipe de hockey devient affiliée à l'Ottawa Amateur Athletic Club en 1890 et joue deux matchs au cours de cette hiver dont un contre l'équipe de hockey de l'Université d'Ottawa[16]. C'est en 1890 que l'équipe gagne son premier surnom de Generals[17].

Cette même année, le club de hockey d'Ottawa est à la base de la création de deux organisations du hockey : l'Association de hockey de l'Ontario ainsi que la ligue de hockey de la ville d'Ottawa. L'équipe joue ainsi plusieurs championnats en même temps et ne perd qu'un seul match en 14 rencontres jouées remportant ainsi la première Coupe Cosby en battant l'équipe des Toronto St. George's en finale[18],[19]. L'équipe de hockey d'Ottawa remporte les deux éditions suivantes de l'AHO en battant Toronto Osgoode Hall 10 à 4 en 1892[20] puis en gagnant le titre par forfait en raison de l'absence des Granites de Toronto en 1893[21]. Au cours de ces trois saisons, le club de hockey d'Ottawa joue également des matchs de l'AHAC : 1 en 1891, 7 en 1892[22] et 8 en 1893[23]. Le championnat de l'époque est alors un championnat de défi, l'équipe sacrée championne étant celle qui gagne le dernier match de la saison. Au cours de la saison 1892, Ottawa remporte les 6 premiers matchs mais perd la dernière rencontre contre le Montréal AAA qui est alors sacré champion avec une seule victoire au cours de la saison[24]. L'AHAC décide alors de changer son règlement avec un classement général afin de déterminer la meilleure équipe[25]. L'équipe d'Ottawa se classe deuxième de la saison 1893 juste derrière l'AAA de Montréal qui remporte le titre[23] et par la même occasion la première Coupe Stanley[26].

En février 1894, le club de hockey d'Ottawa quitte l'AHO : cette dernière leur annonce en effet que sa finale se jouera à Toronto alors que l'équipe demande à ce que, suite au forfait de l'année passée, elle soit jouée dans leur patinoire. L'AHO refusant la requête, Ottawa claque la porte[27]. À la fin de la saison de l'AHAC, quatre des cinq équipes finissent à égalité avec cinq victoires et trois défaites chacune : le Club de hockey de Québec, les AAA de Montréal, les Victorias de Montréal et le club de hockey d'Ottawa. Après de nombreuses discussions sur les modalités d'un tournoi à quatre équipes, Québec se retire de la compétition, le tournoi devant impérativement être joué à Montréal[28]. IL ne reste donc plius que trois équipes et puisqu'Ottawa est la seule équipe jouant à l'extérieur, elle reçoit un laissez-passer pour la finale. La première finale de la Coupe Stanley se joue entre Ottawa et les AAA de Montréal, ces derniers s'imposant sur la marque de 3-1, le but d'Ottawa étant inscrit par Thomas Kirby[29],[30].

Le 23 février 1895, un match entre Ottawa et Québec dégénère : menés 3-1, les joueurs locaux de Québec parviennent à inscrire un deuxième but. Il ne reste que 5 secondes de jeu quand le juge de ligne J. A. Findlay lève son bras afin de signaler un troisième but pour Québec. L'arbitre principal, George Hamilton, ne voit pas le signal du juge de ligne et siffle la fin du match sur une victoire 3-2 d'Ottawa. La foule de Québec s'en prend vertement à l'arbitre qui se voit secouru par la police de la ville. L'AHAC décide quatre jours plus tard de disqualifier Québec pour la fin de la saison[31]. Ottawa se classe troisième de l'association en 1895 avec 5 victoires et 3 défaites puis deuxième en 1896, les deux années derrière les Victorias[32].

La saison 1896-1897 est une saison de changements pour le club de hockey d'Ottawa : Herbert Russell et Thomas Kirby quittent l'équipe et la nouvelle patinoire du Dey's Arena est inaugurée le 19 décembre 1896[33]. L'équipe joue son premier match dans sa nouvelle salle le 9 janvier 1897 devant 1 500 personnes dont le Gouverneur général du Canada, le Marquis d'Abderdeen John Hamilton-Gordon et son épouse[34]. Les Victorias sont une nouvelle fois champions de la saison avec une seule défaite[35], défaite contre Ottawa le 13 février[36]. Le club de hockey compte quant à lui 5 victoires pour la deuxième place du classement[35].

Les années de gloire (1903-1927)[modifier | modifier le code]

Les Silver Seven en 1905 avec la Coupe Stanley.

La saison 1903 de la CAHL se finit en mars alors que deux équipes sont à égalité en tête : le club de hockey d'Ottawa et les Victorias de Montréal. Pour déterminer le champion, une série de deux matchs est alors jouée dont Ottawa sort vainqueur après un match nul 1-1 puis une victoire 8-0, trois buts étant marqués par Frank McGee[37]. Deux jours plus tard, les nouveaux champions sont défiés par les Thistles de Rat Portage de la Manitoba & Northwestern Hockey Association mais les deux matchs tournent facilement à l'avantage des joueurs de l'Ontario avec des victoires 6-2 et 4-2, deux buts étant inscrits à chaque fois par McGee. La direction du club d'Ottawa offre alors à chaque joueur de l'équipe une pépite d'argent comme récompense ; l'équipe est ensuite surnommée les Silver Seven d'Ottawa[38].

La saison 1904 est une saison mouvementée pour le hockey sur glace au Canada. Tout d'abord, la Ligue fédérale amateur de hockey (LFAH) voit le jour sous l'impulsion de James Strachan, propriétaire des Wanderers de Montréal, qui se voit refuser l'accès à la CAHL[39]. De plus, fin janvier, les équipes d'Ottawa et des Victorias arrivent en retard lors de plusieurs matchs. Les deux clubs sont sanctionnés par le président de la CAHL, Trihey, qui demande également qu'un match entre les deux équipes soit rejoué. Ottawa accepte mais uniquement en fin de saison, si le classement final de la CAHL peut dépendre de cette rencontre. Les autres équipes refusent la réponse d'Ottawa qui décide en conséquence de quitter la CAHL pour rejoindre la LFAH[40].

Québec finissant premier de la saison de cette ligue compte recevoir la Coupe Stanley mais les trustees décident que même si l'équipe d'Ottawa a quitté la CAHL, elle est toujours en possession du trophée[41]. Sans ligue officielle, les champions de la Coupe Stanley relèvent tout de même un défi contre les Marlboros de Toronto de l'AHO avec deux victoires 6-3 et 11-2 en février 1904[42],[43]. À la fin de la saison régulière, les Wanderers de Montréal sont la meilleure formation de la LFAH et un match est organisé entre Wanderers et Silver Seven le 2 mars. La partie se conclue sur le score de 5-5 après les 60 minutes de jeu[44]. Mécontents de l'arbitrage, les joueurs des Wanderers refusent de jouer la prolongation. Les trustees imposent deux nouvelles rencontres jouées à Ottawa pour décider de la série mais Montréal refuse de participer si une des deux rencontres n'a pas lieu dans leur patinoire. Après de nombreuses discussions, la série est finalement annulée et Ottawa sacré champion de la Coupe Stanley[45],[46]. La saison d'Ottawa n'est pas pour autant finie puisqu'ils jouent une dernière série contre l'équipe des Wheat Cities de Brandon où évolue Lester Patrick. Avec deux victoires 6-3 et 9-3, Ottawa conserve son trophée[47] alors qu'au cours du premier match, Patrick prend momentanément la place de son gardien de but quand Dugald Morrison reçoit une pénalité[48].

Les Silver Seven jouent officiellement dans la Ligue fédérale amateur de hockey pour la saison 1905. Dès janvier, l'équipe doit défendre son titre contre les Nuggets de Dawson City qui traversent l'ensemble du Canada d'Ouest en Est. Le premier match est joué après environ un mois de voyage pour les Nuggets, le lendemain de leur arrivée dans la capitale canadienne[49]. Ottawa s'impose 9-2 alors qu'à la fin du match, un attaquant de Dawson City critique Frank McGee annoncé comme un joueur vedette malgré son unique œil valide, mais n'ayant marqué qu'un seul but[50]. Vexé, ce dernier inscrit 14 buts lors du deuxième match, une victoire 23-2 d'Ottawa dont quatre buts en 140 secondes[51]. En mars, Ottawa remporte la saison 1905 de la LFAH avec une victoire d'avance sur les Wanderers[52] et peut donc défendre sa Coupe Stanley quelques jours plus tard contre les Thistles de Rat Portage. McGee manque le premier match de la série, une défaite d'Ottawa 9-3 mais est de retour pour les matchs suivants, deux nouvelles victoires d'Ottawa 4-2 et 5-4, et marque le dernier but du club de hockey d'Ottawa[53].

L'Association nationale de hockey (1910-1917)[modifier | modifier le code]

Selon le livre, Champions: The Illustrated History of Hockey's Greatest Dynasties, les Sénateurs virent leur effectif décimé par la Première Guerre mondiale et si l'Association Nationale de Hockey l'avait permis, ils auraient suspendu leurs opérations.

La Ligue nationale de hockey (1917-1934)[modifier | modifier le code]

Au cours de l'automne 1917, le propriétaire des Canadiens de Montréal, George Kennedy prête à Tommy Gorman 2 500 $ pour qu'il rachète l'équipe. À l'époque, Kennedy fait tout ce qui est en son pouvoir pour se débarrasser du propriétaire des Blueshirts de Toronto, Eddie Livingstone, et pense qu'avec l'appui de Gorman cela serait d'autant plus aisé. Finalement, Gorman et les présidents des Canadiens, des Wanderers de Montréal et des Bulldogs de Québec décident de l'arrêt de l'Association nationale de hockey et la création de la Ligue nationale de hockey. Au bout d'une saison, Gorman a fini de rembourser sa dette envers Kennedy.

Les Sénateurs remportent quatre Coupe Stanley de plus, la dernière édition qu'ils remportent correspondant à la première année où seules les équipes de la LNH pouvaient la gagner. Jusqu'à la fin de la saison de leur dernière Coupe Stanley, les Sénateurs sont l'équipe la plus titrée et comprenant le plus d'anciens joueurs Membres du temple de la renommée du hockey.

Bannières commémoratives des premières Coupes Stanley dans le Centre Canadian Tire des Sénateurs d'Ottawa.

Selon Champions, la LNH est vite devenue trop grande pour les Sénateurs et l'expansion de la LNH vers les États-Unis n'a fait qu'empirer les choses. En effet, les fans ne voyaient pas l'intérêt de venir voir jouer des équipes de Boston ou encore de Détroit. Frank Finnigan, une des dernières vedettes de l'équipe a déclaré qu'à l'époque, l'équipe ne jouait que devant, au maximum, 2 500 personnes. Ottawa a, de tout temps, été une des villes les moins attirées par le hockey et cela même avant que les franchises américaines ne se créent.

À la fin de la saison 1926-1927, ils sont obligés de vendre leur vedette, Hooley Smith aux Maroons de Montréal en échange de 22 500 dollars et de Punch Broadbent afin de pouvoir rembourser leur dette. En 1929-1930, l'équipe programme même un match à Atlantic City en raison de la baisse de fréquentation à Ottawa. De plus, les retombées de la Grande Dépression pèse sur la franchise qui doit vendre petit à petit toutes ses vedettes (comme King Clancy qui rejoint les Maple Leafs de Toronto pour 35 000 dollars). L'équipe interrompt même ses activités au cours de la saison 1931-1932 de la LNH. Les deux saisons suivantes, les Sénateurs finissent derniers de leur conférence. La ligue qui ne souhaite pas perdre une autre équipe (après l'arrêt des Quakers de Philadelphie) persuade la direction des Sens de déménager à Saint-Louis dans le Missouri et d'être renommé les Eagles de Saint-Louis. Malheureusement pour les fans, l'équipe ne jouera qu'une seule saison de plus avant de mettre la clé sous la porte.

Les derniers joueurs des Sénateurs à quitter la LNH furent Syd Howe et William Hollett, qui mirent fin à leur carrière à la fin de la 1946[54].

Même si les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas beaucoup de lien avec la première franchise, des bannières commémoratives des premières Coupes Stanley sont affichées dans leur patinoire, le Centre Canadian Tire.

Bilan des Sénateurs[modifier | modifier le code]

Listes des matchs joués pour la Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la victoire de 1903 des Sénateurs.
Listes des matchs joués pour la Coupe Stanley
Dates Champion Finaliste Résultat
22 mars 1894 AAA de Montréal (AHAC) Club de hockey d'Ottawa (AHA) 3 buts à 1
10 mars 1903 Club de hockey d'Ottawa (LCHA) Victorias de Montréal (LCHA) 9 buts à 1 sur deux matchs en finale de la saison
12 et 14 mars 1903 Club de hockey d'Ottawa (LCHA) Thistles de Rat Portage (MNWHA) 2 matchs à 0
30 décembre 1903
1er et 4 janvier 1904
Silver Seven d'Ottawa (LCHA) Winnipeg Rowing Club (MHA) 2 matchs à 1
23 et 25 février 1904 Silver Seven d'Ottawa (LCHA) Marlboros de Toronto (AHO) 2 matchs à 0
2 mars 1904 Silver Seven d'Ottawa (LCHA) Wanderers de Montréal (LFAH) Montréal est disqualifié par les administrateurs
9 et 11 mars 1904 Silver Seven d'Ottawa (LCHA) Club de hockey de Brandon (MNWHA) 2 matchs à 0
13 et 16 janvier 1905 Silver Seven d'Ottawa (LFAH) Nuggets de Dawson City 2 matchs à 0
3 mars 1905 Silver Seven d'Ottawa (LFAH) Champions de la saison
7, 9 et 11 mars 1905 Silver Seven d'Ottawa (LFAH) Thistles de Rat Portage 2 matchs à 1
27 et 28 février 1906 Silver Seven d'Ottawa (ECAHA) Université Queen's (AHO) 2 matchs à 0
6 et 8 mars 1906 Silver Seven d'Ottawa (ECAHA) Smiths Falls (LFAH) 2 matchs à 0
14 et 17 mars 1906 Wanderers de Montréal (ECAHA) Silver Seven d'Ottawa (ECAHA) 12 buts à 10 sur deux matchs
6 mars 1909 Sénateurs d'Ottawa (ECHA) Champions de la saison
5 et 7 janvier 1910 Sénateurs d'Ottawa (ACH) Professionnels de Galt (OPHL) 15 buts à 4 sur deux matchs
18 et 20 janvier 1910 Sénateurs d'Ottawa (ANH) Club de hockey d'Edmonton (AAHA) 21 buts à 11 sur deux matchs
10 mars 1911 Sénateurs d'Ottawa (ANH) Champions de la saison
13 mars 1911 Sénateurs d'Ottawa (ANH) Professionnels de Galt (OPHL) 7-4
16 mars 1911 Sénateurs d'Ottawa (ANH) Bearcats de Port Arthur (NOHA) 13-4
1915 Millionnaires de Vancouver (PCHA) Sénateurs d'Ottawa (ANH) 3-0
1920 Sénateurs d'Ottawa (LNH) Metropolitans de Seattle (PCHA) 3-2
1921 Sénateurs d'Ottawa (LNH) Millionnaires de Vancouver (PCHA) 3-2
1923 Sénateurs d'Ottawa (LNH) Eskimos d'Edmonton (WCHL) 2-0
1927 Sénateurs d'Ottawa Bruins de Boston 2-0-2[Note 2]

Saisons après saisons[modifier | modifier le code]

Résultats des saisons d'Ottawa avant l'ANH
Saison Ligue PJ V D N BP BC Classement
1891 ACHA 1 0 1 0 0 3 Deuxièmes sur 6[22]
1892 ACHA 7 6 1 0 23 9 Premiers sur 6[22]
1893 ACHA 8 6 2 0 49 22 Deuxièmes sur 5[23]
1894 ACHA 8 5 3 - 24 16 Deuxièmes sur 5[23]
1895 ACHA 8 4 4 - 25 24 Troisièmes sur 5[32]
1896 ACHA 8 6 2 - 22 16 Deuxièmes sur 5[32]
1897 ACHA 8 5 3 - 25 28 Deuxièmes sur 5[35]
1898 ACHA 8 2 6 - 28 44 Derniers sur 5[35]
1899 LCHA 8 4 4 0 21 43 Troisièmes sur 5[55]
1900 LCHA 8 4 4 0 28 19 Troisièmes sur 5[55]
1901 LCHA 8 7 0 1 33 20 Premiers sur 5[56]
1902 LCHA 8 5 3 0 35 15 Deuxièmes sur 5[56]
1903 LCHA 8 6 2 47 26 16 Premiers sur 5
Vainqueurs de la Coupe Stanley[57]
1904 LCHA 4 4 0 0 32 15 Derniers sur 5[57]
1905 LFHA 8 7 1 0 60 19 Premiers sur 5
Vainqueurs de la Coupe Stanley
1906 ECAHA 10 9 1 0 90 42 Premiers sur 6
Vainqueurs de la Coupe Stanley
1907 ECAHA 10 7 3 0 76 54 Deuxièmes sur 6
1908 ECAHA 10 7 3 0 86 51 Deuxièmes sur 6
1909 ECAHA 12 10 2 0 117 63 Premiers sur 4
Vainqueurs de la Coupe Stanley
Résultats des saisons d'Ottawa dans l'ANH[58],[59]
Saison PJ V D N BP BC Pts Classement
1910 12 9 3 0 89 66 18 Deuxièmes sur 7
1910-1911 16 13 3 0 122 69 26 Premiers sur 5
Trophée O'Brien
Coupe Stanley
1911-1912 18 9 9 0 99 83 18 Deuxièmes sur 4
1912-1913 20 9 11 0 87 84 18 Cinquièmes sur 6
1913-1914 20 11 9 0 65 71 22 Quatrièmes sur 6
1914-1915 20 14 6 0 74 65 28 Premiers sur 6
Trophée O'Brien
1915-1916 24 13 11 0 78 72 26 Deuxièmes sur 5
1916-1917 20 15 5 0 119 63 30 Deuxièmes sur 6
Résultats des Sénateurs d'Ottawa dans la LNH[60]
Saison V D N DP BP BC Pts Classement Série
1917-1918 9 13 0 0 102 114 18 3e de la LNH Non qualifiés
1918-1919 12 6 0 0 71 53 24 1er de la LNH Défaits en finale
1919-1920 18 5 0 0 121 64 38 1er de la LNH Vainqueurs de la Coupe Stanley
1920-1921 14 10 0 0 97 75 28 2e de la LNH Vainqueurs de la Coupe Stanley
1921-1922 14 8 2 0 106 85 30 1er de la LNH Défaits en finale
1922-1923 14 9 1 0 77 54 29 1er de la LNH Vainqueurs de la Coupe Stanley
1923-1924 16 8 0 0 54 32 32 1er de la LNH Défaits en finale
1924-1925 17 12 1 0 83 66 35 4e de la LNH Non qualifiés
1925-1926 24 8 4 0 77 42 52 1er de la LNH Défaits en finale
1926-1927 30 10 4 0 86 69 64 1er de la division canadienne Vainqueurs de la Coupe Stanley
1927-1928 20 14 10 0 78 57 50 3e de la division canadienne Défaits en quarts de finale
1928-1929 14 17 13 0 54 67 41 4e de la division canadienne Non qualifiés
1929-1930 21 15 8 0 138 118 50 3e de la division canadienne Défaits en quarts de finale
1930-1931 10 30 4 0 91 142 24 5e de la division canadienne Non qualifiés
1932-1933 11 27 10 0 88 131 32 5e de la division canadienne Non qualifiés
1933-1934 13 29 6 0 115 143 32 5e de la division canadienne Non qualifiés

Joueurs et dirigeants de la franchise[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Records de la franchise[modifier | modifier le code]

Capitaines de l'équipe[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous présent les capitaines des Sénateurs depuis leur création.

Membres du Temple de la renommée[modifier | modifier le code]

Cette section présente les joueurs importants dans l’histoire des Sénateurs qui ont acquis une des plus belles récompense dans la LNH, l’accès au Temple de la renommée du hockey. Pour être admis au Temple de la renommée, le dossier de chaque pétitionnaire devra passer devant dix-huit membres du comité et recevoir au moins les trois-quarts des votes (quinze membres)[61]. Chaque année, sont admis au maximum :

  • quatre joueurs,
  • deux bâtisseurs. Cette catégorie correspond aux personnes qui ne jouent pas directement au hockey mais ont un impact significatif sur le hockey. Il peut s’agir d’entraîneurs, de présidents, de propriétaires de franchises ou encore de personnalités des médias.
  • un arbitre ou juge de ligne.

Pour les joueurs, l’arbitre ou juge de ligne, la personne doit avoir pris sa retraite de sa carrière en glace depuis au moins trois ans. Dans le passé, il y a eu des exceptions pour les joueurs dotés d’un talent exceptionnel qui, selon le comité, méritaient d’être intronisés avant les trois années réglementaires. Cela a été le cas pour une dizaine de joueurs[62].

Entraîneurs-chefs[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Liste des entraîneurs des Sénateurs d'Ottawa dans l'ANH (1910-1917)
Nom Premier match Dernier match Saison régulière Séries éliminatoires Remarques
PJ V D N P % V
[Note 3]
PJ V D % V
1 Pete Green[Note 4] 66 40 26 0 80 60,6 4 4 0 100,0 Challenge de la Coupe Stanley 1910
Trophée O'Brien 1911 et trois fois vainqueurs de la Coupe Stanley 1911
2 Alf Smith 84 53 31 0 106 63,1 6 2 4 33,3 Trophée O'Brien 1915 et finale de la Coupe Stanley 1915
Finale du Trophée O'Brien 1917
Liste des entraîneurs des Sénateurs d'Ottawa dans la LNH
Nom Premier match Dernier match Saison régulière Séries éliminatoires Remarques
PJ V D N P % V
[Note 5]
PJ V D % V
1 Eddie Gerard 9 3 6 0 6 33,3 - - - -
2 Harry Hyland 13 6 7 0 12 46,2 - - - -
3 Alf Smith 18 12 6 0 24 66,7 5 1 4 20,0
4 Pete Green 150 94 52 4 192 64,0 13 6 6[Note 6] 50,0 Coupes Stanley 1920, 1921 et 1923
5 Alex Currie 36 24 8 4 52 72,2 2 0 1[Note 6] 25,0
6 Dave Gill 132 64 41 27 155 58,7 8 3 2[Note 6] 56,3 Coupe Stanley 1927
7 Édouard Lalonde 88 31 45 12 74 42,0 2 0 1[Note 6] 25,0
8 Cy Denneny [Note 7] 48 11 27 10 32 33,3 - - - -
9 George Boucher 48 13 29 6 32 33,3 - - - -

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Directeurs généraux des Sénateurs d'Ottawa dans la LNH
Nom Engagement Départ Remarques
1 Thomas Gorman Coupes Stanley 1920, 1921 et 1923
2 Dave Gill Coupe Stanley 1927

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Dey's Arena est utilisé de 1907 à 1920. Ensuite l’Ottawa Arena est utilisé jusqu'en 1934.
  2. Les Sénateurs gagnent deux matchs et les deux autres à égalité au bout de 20 minutes de prolongation ont été considérés comme nuls.
  3. Le pourcentage de victoires est calculé en prenant en compte le nombre de points gagnés par match : 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul ou une défaite en prolongation, 0 point pour une défaite en temps réglementaire.
  4. Comme entraîneur pour la saison 1910-1911 de l'ANH, d'autres sources mentionnent Bruce Stuart.
  5. Le pourcentage de victoires est calculé en prenant en compte le nombre de points gagnés par match : 2 points pour une victoire, 1 point pour un match nul ou une défaite en prolongation, 0 point pour une défaite en temps réglementaire.
  6. a, b, c et d Un/plusieurs autres match(s) s'est/se sont terminé(s) par un/des nul(s).
  7. Les Sénateurs ne disputent pas la saison 1931-1932.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ottawa Senators (original) » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Paul Kitchen, « It's true: Hockey players can be artistic: Alexei Yashin recently gave $1 million to the arts, while more than 100 years ago another Ottawa great also made a splash in the arts », Ottawa Citizen,‎ , C3
  2. (en) « Local News: Hockey », Ottawa Daily Citizen,‎ , p. 4
  3. McFarlane 1998, p. 223.
  4. a et b Diamond 1998, p. 11.
  5. Kitchen 2008, p. 27.
  6. (en) « The Hockey Match », The Gazette,‎ (lire en ligne)
  7. a et b (en) Doug Fischer, « When hockey came to the capital », Ottawa Citizen,‎ , D4–D5 (lire en ligne)
  8. (en) « The Hockey Match », The Gazette,‎ (lire en ligne)
  9. Kitchen 2008, p. 28-29.
  10. (en) « The Hockey Match », The Gazette,‎ (lire en ligne)
  11. Kitchen 2008, p. 29.
  12. Mario Robert, « Chronique Montréalité no 1 : Les carnavals d’hiver de Montréal, 1883-1889 », sur archivesdemontreal.com, (consulté le 28 juillet 2017)
  13. (en) « The Dominion Association », The Montreal Gazette,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Sports and Pastimes, hockey, Formation of a Dominion Hockey Association », The Montreal Gazette,‎
  15. Kitchen 2008, p. 40.
  16. Kitchen 2008, p. 44.
  17. Finnigan 1992, p. 76.
  18. (en) « The Ottawa Champions », The Ottawa Citizen,‎
  19. (en) « A Good Record At The Capital », The Globe,‎
  20. (en) « The Ottawas Are Champions », The Globe,‎
  21. Diamond 1992, p. 14.
  22. a, b et c Durand 2012, p. 145.
  23. a, b, c et d Durand 2012, p. 146.
  24. Durand 2012, p. 21.
  25. Durand 2012, p. 24.
  26. Diamond 1998, p. 13.
  27. (en) « Sports and Pastimes », Toronto Star,‎
  28. Durand 2012, p. 28.
  29. McKinley 2000, p. 27.
  30. (en) « Montreal, The Champions », The Montreal Gazette,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  31. Durand 2012, p. 33.
  32. a, b et c Durand 2012, p. 147.
  33. (en) «  Steady ther, Capitals-Cornwall Hockey Team are Laying in Wait for You », The Ottawa Journal,‎
  34. (en) « The Ottawas on top », The Ottawa Citizen,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  35. a, b, c et d Durand 2012, p. 148.
  36. (en) « Victorias defeated », The Ottawa Citizen,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  37. (en) « Ottawas won », The Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  38. McKinley 2000, p. 44-45.
  39. Brown 2006, p. 18.
  40. Durand 2012, p. 53.
  41. Durand 2012, p. 54.
  42. (en) « Stanley Cup Will Stay », The Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  43. (en) « It Stays in Ottawa », The Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  44. (en) « Game Was A Draw », The Montreal Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  45. Diamond 1998, p. 209.
  46. (en) « Ottawa Says No; Others Won't Go », The Montreal Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  47. (en) « The Cup remains », The Gazette,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  48. Zweig 2012, p. 247.
  49. McKinley 2000, p. 51.
  50. McKinley 2000, p. 52.
  51. Strachan 2000, p. 11 à 13.
  52. Diamond 1998, p. 384.
  53. Zweig 2012, p. 301.
  54. (en) « Syd Howe hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  55. a et b Durand 2012, p. 149.
  56. a et b Durand 2012, p. 150.
  57. a et b Durand 2012, p. 151.
  58. (en) « Ottawa Hockey Club Statistics and History », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 juillet 2015)
  59. (en) « Ottawa Senators Statistics and History [NHA] », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 juillet 2015)
  60. (en) « Ottawa Senators Statistics and History [1917-1931 NHL] », sur www.hockeydb.com (consulté le 6 juillet 2015)
  61. (en) Description du processus de sélection des candidatures pour le temple de la renommée
  62. (en) Chiffres et anecdotes des admissions du Temple de la renommée

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Coleman, The Trail of the Stanley Cup, vol. 1, 1893-1926 inc,
  • (en) Joan Finnigan, Old Scores, New Goals: The Story of the Ottawa Senators, Kingston, Quarry Press, (ISBN 1-55082-041-9)
  • (en) Dan Diamond, The Official National Hockey League Stanley Cup centennial book, Toronto, McClelland & Stewart, (ISBN 0-7710-2803-2)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports, , 1879 p. (ISBN 978-0836271140)
    • (en) Brian McFarlane, « Chapter 18 — Franchise Histories : Ottawa Senators 1917-18 to 1933-34 », dans Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, , p. 223-225
  • (en) Michael McKinley, Putting a Roof on Winter: Hockey's Rise from Sport to Spectacle, Vancouver, Greystone Books, , 320 p. (ISBN 1-55054-798-4)
  • Al Strachan, Cent ans de hockey, Montréal, Hurtubise HMH ltée, (ISBN 978-2-89428-439-1, OCLC 44154299)
  • (en) Michael McKinley, Hockey: A People's History, McClelland & Stewart, , 384 p. (ISBN 0-7710-5769-5)
  • (en) William Brown, The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions, Vehicule Press, (ISBN 978-1-55065-128-7)
  • (en) Paul Kitchen, Win, Tie or Wrangle, Manotick, Penumbra Press, (ISBN 978-1-897323-46-5)
  • Marc Durand, La Coupe à Québec - les Bulldogs et la Naissance du Hockey, Québec, Sylvain Harvey, , 160 p. (ISBN 978-2-923794-48-8)
  • (en) Eric Zweig, Stanley Cup:120 Years of Hockey Supremacy, Firefly Books Ltd, , 352 p. (ISBN 978-1-77085-497-0)