Séisme du 16 septembre 2015 au Chili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Séisme du 16 septembre 2015 au Chili
Image illustrative de l'article Séisme du 16 septembre 2015 au Chili
Carte et relevés sismiques.

Date
Magnitude 8,3[1]
Intensité maximale
Épicentre 31° 38′ 13″ sud, 71° 44′ 28″ ouest
Régions affectées Chili, Argentine[2]
Victimes 14 morts et 34 blessés au Chili, un mort et quelques blessés en Argentine[3],[4]

Le séisme du 16 septembre 2015 au Chili désigne un séisme de magnitude 8,3 ayant frappé le centre du Chili le 16 septembre 2015, aux environs de 23 h UTC[5],[6],[7]. Un fort risque de tsunami a aussi été déclaré. Son épicentre se situe à environ 46 kilomètres au large de la localité côtière d'Illapel. Le séisme est également ressenti autant dans la ville de Santiago que dans la ville de Buenos Aires soit 1 400 km de distance[7],[8]. Au moins trente-huit répliques de magnitude supérieure à 5 ont été ressenties depuis dans la même région[9] : 1 de magnitude 7,0, 7 de magnitude comprise entre 6,0 (inclus) et 7,0 (exclu), 30 de magnitude comprise entre 5,0 (inclus) et 6,0 (exclu).

À la date du , cinq décès ont été déclarés et environ un million de personnes ont été évacuées[8].

Il semble s'agir ici d'un exemple relativement classique de grand séisme de subduction, avec un mouvement inverse chevauchant. Le Chili est, en effet, situé dans une des grandes zones de subduction du monde. C'est donc l'un des pays les plus touchés par les tremblements de terre de forte magnitude: cinq autres séismes de magnitude supérieure à 8 l'ont touché depuis le début du XXe siècle.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Immédiatement après le séisme, Illapel, une ville chilienne de 30 000 résidents, manque d'électricité et d'eau potable[10]. Deux jours plus tard, environ 90 000 personnes sont toujours sans électricité[11]. Quelques bâtiments sont touchés et des alarmes de voitures ont retenti à Buenos Aires, à 1 110 km du Chili[3],[12] et le séisme a été ressenti jusqu'à São Paulo[13], ville située à plus de 2 600 km[14]. Les provinces argentines de Mendoza, San Juan, Córdoba, Tucumán, La Rioja, San Luis et Santa Fe sont également touchées[15].

Tsunami[modifier | modifier le code]

Embarcations renversées à Coquimbo, après le tsunami.

Des alertes au tsunami sont émises en Équateur, au Pérou, en Nouvelle-Zélande, aux Îles Fiji, aux Îles Salomon, à Hawaï, en Californie, et au Japon[16]. Le premier tsunami frappe les côtes chiliennes quelques minutes après le séisme[17]. Une vague de 4,5 m de haut est observée au large de Coquimbo, et les villes de Coquimbo, Tongoy et Concón souffrent d'inondations[3] ; des bateaux de pêche s'échouent dans les rues de Coquimbo, causant de sérieux dégâts[18]. Dans la région, 500 bâtiments ont été détruits[11]. L'état d'urgence est déclaré à Coquimbo au lendemain du tsunami, et des troupes sont dépêchées sur place[11]. Le , aux alentours de 21 h UTC, un peu moins d'une journée après le séisme, une première vague d'environ 10 cm atteint la côte est du Japon[19].

Évacuations[modifier | modifier le code]

Les autorités chiliennes ordonnent l'évacuation immédiate des habitants sur les côtes à cause de risques de tsunami[13], et plusieurs habitants reçoivent l'ordre de quitter leur maison par téléphone juste après le séisme[20],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « M8.3 – 46km W of Illapel, Chile », United States Geological Survey (consulté le 16 septembre 2015).
  2. (en) Raziye Akkoc et Harriet Alexander, « Tsunami warnings from California to New Zealand after 8.3 quake hits Chile », The Telegraph, .
  3. a, b, c et d (en) Michael Safi, « Chile earthquake: massive 8.3 magnitude tremor strikes Santiago », The Guardian, (consulté le 17 septembre 2015).
  4. (es) « Gobierno confirma que cifra de fallecidos por terremoto aumenta a 10 », Ahora Noticias, (consulté le 17 septembre 2015).
  5. earthquake.usgs.gov
  6. « Violent séisme au Chili, un million de personnes évacuées », sur Le Figaro.
  7. a et b « Séisme au Chili : un million de personnes déplacées par crainte d’un tsunami », sur Le Monde.
  8. a et b « Un séisme fait cinq morts et un million d'évacués au Chili », sur Libération.
  9. Carte sur le site de l'USGS.
  10. (en) « Tsunami warning after powerful earthquake hits Chile », Collie Mail, (consulté le 17 septembre 2015).
  11. a, b et c (en) « Chile quake: State of emergency declared for Coquimbo », BBC News Online, (consulté le 18 septembre 2015).
  12. (en) « Strong Chile earthquake sets off tsunami waves – BBC News » (consulté le 17 septembre 2015).
  13. a et b (en) Pascale Bonnefoy et Simon Romero, « Chile Earthquake Strikes Coast, Forcing Residents to Evacuate », (ISSN 0362-4331, consulté le 17 septembre 2015).
  14. (en) « Illapel to São Paulo: 2620 km », Wolfram Alpha (consulté le 17 septembre 2015).
  15. (es) (en) Gabriela Origlia and Pablo Mannino, « El sismo se sintió con fuerza en distintas provincias: los vecinos se autoevacuaron », La Nación, (consulté le 16 septembre 2015).
  16. (ja) (en) « 〔チリ中部沖M8.3〕津波注意報発表中 太平洋沿岸で最大0.8mの津波観測(18日13時30分現在)(レスキューナウニュース) - Yahoo!ニュース » (consulté le 18 septembre 2015).
  17. (en) Eric Holthaus, « Small Tsunami Reaches Hawaii and California, Widespread Damage Reported in Chile », Slate, (consulté le 18 septembre 2015).
  18. (en) Felipe Iturrieta, « Chileans pick through debris after powerful quake; 10 dead », Reuters, (consulté le 17 septembre 2015).
  19. « Après le séisme du Chili, un petit tsunami frappe le Japon », sur Europe 1.
  20. (en) Luis Andres Henao et Eva Vergara, « Chile confronts major quake with fortified buildings, alerts », Associated Press, (consulté le 17 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :