Séisme de Vrancea de 1977

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Séisme de 1977 à Vrancea)
Aller à : navigation, rechercher
Séisme de Vrancea de 1977
Image illustrative de l'article Séisme de Vrancea de 1977
Aire de manifestation des séismes de Vrancea : l'exemple de 1997

Date à 21h22, heure locale
Magnitude 7.2
Intensité maximale
Épicentre 45° 46′ nord, 26° 46′ est
Régions affectées Bucarest, Drapeau de la Roumanie Roumanie
Victimes Environ 1 570 morts et 11 000 blessés

Le Séisme de Vrancea de 1977 (en roumain: Cutremurul din Vrancea din 1977) est un séisme d'une magnitude de 7.2 sur l'échelle de Richter qui frappe une partie de la Roumanie, de la Moldavie et de la Bulgarie au soir du . Le bilan apparaît comme très élevé, tant d'un point de vue humain (1570 morts et 11 000 blessés[1]) que matériel (nombreux dommages à Bucarest et dans plusieurs villes et villages de la région).

Contexte tectonique[modifier | modifier le code]

Démolition de l'église Enei de Bucarest après le séisme de 1977, qui ne l'avait que légèrement endommagée. Mais à l'époque, la religion était, officiellement, l'« opium du peuple ».

Le massif de Vrancea, dans les « Carpates de courbure » (Carpații de curbură) est l'épicentre de nombreux séismes car il se trouve à la jonction de plusieurs micro-plaques tectoniquement actives (micro-plaques scythique, anatolique, mœsique et transylvaine) : la plaque transylvaine avance en direction du sud-est et chevauche les plaques mœsique et scythique à la vitesse d'environ 12mm par an[2]. Cette configuration est propice à des phénomènes sismiques fréquents (tremblements de terre mineurs en 1986, 1990[3], 1996, 2004, 2009 et 2017[4]), mais également à de violents séismes (tremblement de terre de 1940[5]).

Contexte technique[modifier | modifier le code]

De nombreux bâtiments et des infrastructures n'étaient pas aux normes antisismiques, encore balbutiantes à l'époque, qu'ils fussent construits en briques (souvent anciennes et ayant déjà subi des séismes) ou en béton (souvent de qualité très moyenne et en éléments préfabriqués) ; les petites maisons à armature en bois du milieu rural ont mieux résisté en raison de la souplesse des matériaux[6]. La majorité des victimes sont donc des citadins.

Séisme et conséquences[modifier | modifier le code]

Le à 20h22 UTC (21h22 heure locale)[7],[1] le séisme dure une minute et douze secondes[7]. À l'issue de cet important train de secousses, une partie du centre historique de Bucarest est ravagée. L'état de catastrophe naturelle est proclamé et le président Nicolae Ceaușescu, alors en visite officielle au Nigeria, rentre précipitamment dans son pays[1].

La plupart des bâtiments anciens étaient fissurés mais toujours debout, tandis que des immeubles en béton armé préfabriqué plus récents s'étaient effondrés en entier « comme des châteaux de cartes »[8]. C'était un mauvais symbole pour un régime politique qui se considérait comme très supérieur à tous ses prédécesseurs : les immeubles anciens, considérés comme trop fragiles, ne sont pas restaurés mais sont purement et simplement rasés pour être remplacés par des immeubles modernes (et cette fois selon des normes antisismiques... plus ou moins respectées). Au centre de la capitale, une vaste esplanade est dégagée : elle abritera quelques années plus tard le Palais du Parlement, édifice emblématique du Bucarest communiste.

Des localités moins importantes sont également durement éprouvées : 80 % des immeubles du centre-ville de Zimnicea, construits dans les années 1960 en préfabriqués sur des alluvions danubiennes meubles, doivent être rasés. En Moldavie alors soviétique, les villes de Leova et Cahul subissent également d'importants dégâts ; en Bulgarie, la ville de Svishtov subit de sérieux dommages et dénombre 120 morts. Les estimations sont de 35 000 bâtiments rayés de la carte, la grande majorité en Roumanie[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c 7,2 grade Richter (en roumain)
  2. Les particularités des séismes de Vrancea, par Alexandru Mureșan
  3. En 1990 trois séismes de 6,4 et 6,6 degrés se succèdent les 30 et 31 mai 1990: Ziar Online "Lista cutremurelor importante din România"
  4. Séisme de 4,4 degrés du 1er août 2017: [1]
  5. Cutremurul vrâncean din 1940 sur [2].
  6. Article commémoratif de Libertatea du 4 mars 2007, „Blocurile cădeau ca un castel de cărți” consulté le 9 juin 2013.
  7. a et b Les 30 ans du tremblement de terre du 4 mars 1977
  8. Article de Libertatea du 4 mars 2007, déjà cité.
  9. Saturday Quake Brings Grim Memories of 1977 Vrancea Shocks