Sédhiou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sédhiou
Administration
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Région Sédhiou
Département Sédhiou
Démographie
Gentilé Sédhiois
Population 20 141 hab. (2007)
Densité 2 722 hab./km2
Géographie
Coordonnées 12° 42′ 29″ nord, 15° 33′ 25″ ouest
Altitude 33 m
Superficie 740 ha = 7,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Sédhiou

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Sédhiou

Sédhiou (ou Seju), chef-lieu de l'une des 14 régions du Sénégal depuis 2008, est une ville de Casamance, située sur la rive droite du fleuve Casamance.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à 382 km au sud-est de Dakar, par la route le trajet inclut la traversée du fleuve Gambie par ferry[1]. Les localités les plus proches sont Badiandian, Bakoum, Bissary Diounkouya,Sandinier, Kerel, Malandiankounda, Badjimor, Banhar et Goudiabiya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sédhiou est, historiquement, un haut lieu de la culture mandingue, mais un brassage de populations s'est effectué dans l'intervalle. Au XIXe siècle, Sédhiou est instauré en 1861 comme l'un des sept chef-lieu d'arrondissement de la Colonie du Sénégal et dépendances[2] jusqu'à la réforme de 1863 qui inscrit le cercle de Sédhiou dans l'arrondissement de Gorée[3]. La localité devient chef-lieu de la circonscription de Casamance en 1883, Sédhiou est alors la capitale de la Casamance jusqu'au début du XXe siècle, le transfert de la capitale à Ziguinchor du fait de sa meilleure position géographique intervient en 1906. La commune de Sédhiou est créée en février 1960[4].

Administration[modifier | modifier le code]

C'est le chef-lieu du département de Sédhiou et de la région de Sédhiou. Elle est divisée en trois grands quartiers administratifs : Doumassou, Témassou et Santassou qui ont été en 1993 subdivisés en six quartiers : Santassou, Témassou, Escale, Moricounda, Sunucounda, Montagnes Rouges[5].

Maires de Sédhiou
Période Identité Parti Coalition
2002 - 2009 Balla Moussa Daffé PDS
2009 - 2014 Amadou Tidiane Bâ PDS
depuis 2014 Abdoulaye Diop APR

Population[modifier | modifier le code]

Lors des recensements de 1988 et 2002, la population était respectivement de 13 212 et 18 465 habitants. En 2007, selon les estimations officielles, Sédhiou compterait 20 141 personnes.

Économie[modifier | modifier le code]

L'enclavement et le manque d'infrastructures de Sédhiou nuisent à son expansion.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Sédhiou[modifier | modifier le code]

  • Idrissa Fall, général de corps d'armée, né à Sédhiou en 1932.
  • Almamy Tamba, Colonel (er), ancien Chef d'État- major de l'Armée de Terre né en 1930 à Sédhiou
  • Sadio Mané, Footballeur Sénégalais, né en 1992
  • Balla Moussa DAFFE, Ancien Maire, Ministre de la république
  • Amadou Tidiane Ba ,Ancien Maire (2009 à 2014) , Ex Ministre de la république sous le Regime Wade, 1er Recteur de l'Université Assane Seck de Ziguinchor
  • Papis Demba Cissé international sénégalais et joueur de Newcastle United
  • Abdoulaye Diop directeur COSEC Sénégal et maire de Sédhiou depuis 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Google maps, Itinéraire Dakar - Sédhiou, consulté en 2018
  2. Arrêté du 28 décembre 1861, divise la colonie du Sénégal et dépendances en sept arrondissements
  3. Arrêté du 16 juillet 1863 qui rétablit la division du Sénégal en trois arrondissements
  4. Loi 60.025 du 1er février 1960
  5. Agence Régionale de Développement de Sédhiou (ARDS), Commune de Sédhiou, (consulté en mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bertrand-Bocandé, « Carabane et Sedhiou. Des ressources que présentent dans leur état actuel les comptoirs français établis sur les bords de la Casamance », Revue coloniale, t. XVI, juillet-décembre 1856, p. 398
  • Aminata Rose Diallo, Le fort de Seju dans le Buje : sa fonction dans l’expansion coloniale en Moyenne Casamance au XIXe siècle, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1989, 254 p. (Mémoire de maîtrise)
  • Opa Diallo, Le comptoir de Seeju et le commerce de la Haute Casamance : 1837-1903, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1993, 36 p. (Mémoire de DEA)
  • Alphousseyni Diato Seydi, Le Kankourang, masque d'initiation des Mandingues de la Sénégambie, Master d'arts (École nationale des Arts du Sénégal)
  • Ousmane Ndiaye, Politique nationale de développement rural et transformation agraire en Moyenne Casamance (étude du projet rural de Sédhiou), thèse de 3e cycle en Sciences économiques, Université de Paris I, 1983.
  • Fossar Souané, Les Manding de la Moyenne Casamance. Organisation sociale et administrative de base et évolution politique de la création du poste de Sédhiou à la mise en place d’une administration coloniale locale (1837-1890), Dakar, Université de Dakar, 1988, 1+135 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • Adama sow , La vie politique à Sédhiou de 1960 à 2010 ( Mémoire)

Liens externes[modifier | modifier le code]