Sébastien Rongier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sébastien Rongier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Sébastien Rongier est un écrivain français[1], philosophe[2], théoricien du cinéma[3], professeur de Culture Audiovisuelle et Artistique en région parisienne.

Sa réflexion porte principalement sur les formes de duplication (entre même et différence) allant de l'ironie, à la figure du fantôme en passant par le remake au cinéma, les questions de relation entre les arts (le cinéma dans l’art contemporain ou la littérature), ou encore la question du readymade chez Duchamp.[4]

Biographie[modifier | modifier le code]

Il signe plusieurs romans, dont Ce Matin (Flammarion) en 2009 et 78 (Fayard)[5]. Il y retrace avec un caractère autobiographique la France de 1978, dans ses aspects sociaux, politiques, mais avec cette douceur de l'enfance qui le caractérisait à l'époque[6],[7].

Par ailleurs, il publie régulièrement, via Remue.net[8] ou des journaux papier de cinéma des analyses et des essais, et intervient fréquemment lors de conférences et colloques sur des thèmes littéraires, philosophiques et cinématographiques[9].

Il a été président de l'association de la revue Remue.net de 2010 à 2014, et directeur de la collection Art, pensée & Cie chez Publie.net jusqu'en 2015[10].

Il a également publié en chez Pauvert-Fayard Les désordres du monde. Walter Benjamin à Port-Bou, récit qui retrace les dernières années d’exil en France du philosophe allemand et la relation de l’auteur avec ce philosophe[11].

Il participe régulièrement à la programmation et à l’animation des rencontres remue.net proposées à la Maison de la poésie à Paris[12].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

  • Je ne déserterai pas ma vie. - Bordeaux : Finitude, 2022. - 157 p. - (ISBN 9782363391629). Roman inspiré par la vie de Mary Reynolds et Marcel Duchamp.
  • Les Désordres du monde. Walter Benjamin à Port-Bou, récit, Pauvert-Fayard, 2017
  • 78, Fayard, 2015
  • Ce matin, Flammarion, 2009

Essais[modifier | modifier le code]

  • Alma a adoré - Psychose en héritage[13], Marest éditeur, 2019
  • Duchamp et le cinéma, Les Nouvelles éditions Place, 2018
  • Théorie des fantômes, Les Belles-Lettres, 2016
  • Cinématière, éditions Klincksieck, 2015
  • De l’ironie, éditions Klincksieck, 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rongier, Sébastien. Page auteur », sur remue.net, (consulté le )
  2. « L’image-fantôme », sur diacritik.net, (consulté le )
  3. « Comment l'art contemporain s'est emparé du cinéma », sur slate.fr, (consulté le )
  4. Équipe de recherche Fabula, « S. Rongier, Théorie des fantômes. Pour une archéologie des images », sur www.fabula.org (consulté le )
  5. Fabienne Pascaud, « 78 », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. librairie mollat, « Sébastien Rongier - 78 » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le )
  7. Xavier Houssin, « Quand les jouets se taisent », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  8. « remue.net : Rongier Sébastien », sur remue.net (consulté le )
  9. la Maison des écrivains et de la littérature, Ligne 13 Communication, Gersende Hurpy, « Sébastien Rongier / Maison des écrivains et de la littérature », sur www.m-e-l.fr (consulté le )
  10. Xavier de la Porte, « Comment l'art est travaillé par le numérique », sur France Culture, Place de la Toile,
  11. « Walter Benjamin, l'épuisé », Le site du journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Maison de la Poésie », sur www.maisondelapoesieparis.com (consulté le )
  13. « Transfuge - Actu Livre : Hitchcock aurait adoré », sur www.transfuge.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]