Sébastien Marnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sébastien Marnier
Description de l'image Portrait Sébastien Marnier.jpg.
Naissance (39 ans)
Nationalité France
Profession Réalisateur, scénariste et romancier
Films notables L'Heure de la sortie, Irréprochable

Sébastien Marnier est un réalisateur et scénariste français né le aux Lilas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 22 septembre 1979 aux Lilas, Sébastien Marnier grandit à La Courneuve puis à Stains en Seine-Saint-Denis. Il commence ses études d’Art Appliqué à Montreuil puis se spécialise dans l’illustration et la peinture à Amiens.

Il intègre en 1998 l’Université Paris-VIII où obtient une licence en cinéma. C’est à la fin de son cursus qu’il tourne son premier court métrage « Camille, encore quelques minutes » avec Sophie Guillemin.

Dans le cadre de son travail universitaire autour du film de genre et notamment de la pornographie, Sébastien est contacté par le Forum des images pour composer un programme de films X du début du XXe siècle alors projetés dans les salons d'attente des bordels huppés. La soirée fait salle comble et donne l’idée à Michel Reilhac – alors directeur du Forum des images – de poursuivre l’expérience avec une sortie en salles. Avec Sébastien, ils partent à la recherche de nouvelles pépites et proposent un nouveau programme produit par Mélange Production, intitulé Polissons et Galipettes. Le film est diffusé lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes le [1] et sort en salles le 24 juillet 2002, frappé d’une interdiction aux moins de 18 ans.

Parallèlement, avec Élise Griffon, Sébastien réalise deux courts métrages : Le Grand Avoir[2] (2002) et Le Beau Jacques[3] (2003).

Ensemble ils écrivent plusieurs scénarios de long métrage mais aucun ne trouve de financements. Sébastien Marnier enchaîne alors les petits boulots[4] (agent d’accueil dans un cinéma, vendeur, barman, caissier, cuistot…), des expériences variées et parfois surréalistes qui lui ont inspiré avec Elise Griffon, leur blogue « Salaire net et monde de brutes » hébergé par Libé.fr[5]. Le succès grandissant du blog (plus d'un million de vues[6]) permet à ses deux auteurs de publier leurs chroniques pathétiquement drôles chez Delcourt (album Salaire net et Monde de brutes[7] (2013). L’aventure ne se termine pas là puisque Arte leur propose d’adapter leur bande dessinée en animation. La série Salaire net et Monde de brutes[8] produite par Slow Productions est composée de 30 épisodes de 3 minutes, elle est diffusée à partir de janvier 2016. Les voix sont assurées par Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm – respectivement Élise et Seb. Marianne James et Marina Foïs donnent également leurs voix à des personnages récurrents.

Sébastien, qui est entre temps devenu journaliste mode pour l’émission La Mode la Mode la Mode présentée par Alexandra Golovanoff et diffusée sur Paris Première, publie son premier roman Mimi[9] chez Fayard en septembre 2011. L’accueil de la presse est dithyrambique : Le Figaro évoque « un premier roman au souffle sidérant[10] », Augustin Trapenard sur France Inter parle d’un premier opus « impressionnant, sidérant, mené d’une main de maitre de la première à la dernière page[11] ». Christophe Honoré publie une critique élogieuse dans Le Nouvel Observateur ; pour le cinéaste « c’est un roman haletant, poisseux et excitant comme un journal érotique ; Sébastien Marner possède la grâce des écrivains du désastre[12] ». Quelques mois plus tard, Mimi obtient le prix du roman gay[13].

Sébastien sillonne la France des salons littéraire et enchaîne les rencontres avec le public. C’est à cette occasion qu’il rencontre Caroline Lunoir, Fanny Saintenoy et Anne-Sophie Stefanini, trois jeunes auteures avec qui il noue une réelle amitié qui donnera naissance à un roman écrit à huit mains, sobrement intitulé Qu4tre[14] (2013), une nouvelle fois édité chez Fayard. Pour Alain Nicolas, dans L'Humanité, « ce livre attachant et brillant s'achemine en douceur vers l'unisson[15] », pour Le Figaro, « Qu4tre est une réussite, une expérience littéraire unique qui laisse entendre la voix d'une génération ».

En octobre 2013, Sébastien publie un troisième et court roman, Une vie de petits fours[16], chez Lattès. Le Figaro évoque « une écriture tendue et un style nerveux[17] », Trois couleurs « retrouve le talent satirique et incisif du romancier », pour Télérama, c’est « une fiction cinglante qui s’élève pour dénoncer le politiquement et littérairement correct[18] ».

Impressionnée par son premier roman, l’actrice et chanteuse Marianne James lui demande d’écrire son nouveau spectacle pour succéder à L’ultima Recital. Ensemble, ils imaginent Miss Carpenter[19], un show à la fois kitch et monstrueux, où Marianne James incarne une vieille actrice hollywoodienne qui doit pointer au Pôle Emploi pour ne pas être expulsée de son 640 m² de l’avenue Foch. Programmé pendant 5 mois au théâtre Rive Gauche, le spectacle connaît une deuxième vie au théâtre du Gymnase où il reste à l’affiche pendant plus de 9 mois. Le show est joué pendant 5 ans à travers la France et finit sa carrière en juin 2018. Il est nommé aux Trophées de la comédie musicale en 2018, dans les catégories « Meilleure reprise[20] » et « Prix du public[21] ».

En juin 2015, Sébastien Marnier commence le tournage de son premier long métrage Irréprochable[22], avec Marina Foïs, Benjamin Biolay, Joséphine Japy et Jérémie Elkaïm. Produit par Caroline Bonmarchand chez Avenue B Productions et distribué par Memento films, Irréprochable sort le 6 juillet 2016[23] et devient le succès surprise de l’été. Avec plus de 170 000 entrées, ce thriller se fait remarquer par la presse et le public. Tous louent la puissance de l’interprétation de Marina Foïs, « extraordinaire de justesse, de froideur et de crédibilité[24] » pour Le Parisien. La comédienne obtient d’ailleurs une nomination pour la meilleure actrice[25] aux Césars 2017. Pour Positif, « Il est indéniable que Sébastien Marnier fait déjà preuve d'une maitrise formelle plutôt rare dans le paysage du jeune cinéma français ».

En juin 2017, Sébastien entame le tournage de son deuxième long métrage intitulé L'Heure de la sortie[26], une nouvelle fois produit par Avenue B Productions[27]. Le casting réunit Laurent Lafitte, Emmanuelle Bercot, Gringe, Pascal Greggory, Thomas Scimeca, Véronique Ruggia Saura (déjà dans Irréprochable) ainsi qu’une douzaine d’adolescents. Ce nouveau thriller librement adapté du roman de Christophe Dufossé et distribué par Haut et Court sort en salle le 9 janvier 2019[28].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur et auteur[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur télévision[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Salaire net et Monde de brut, co-écrit avec Élise Griffon - série de 30x3' pour Arte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AlloCine, « Polissons et galipettes », sur Allociné (consulté le 2 juillet 2018)
  2. « Le Grand Avoir (2002) », sur www.unifrance.org (consulté le 2 juillet 2018)
  3. « Le Beau Jacques (2003) », sur www.unifrance.org (consulté le 2 juillet 2018)
  4. « Fantômes du passé & petits boulots en série avec Séverine Werba et Sébastien Marnier », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  5. Travail temporaire, journalistes-stagiaires-en-tem, Vos photos, Trithérapie accidentelle, Cédric Gentil, « Salaire net et monde de brutes - Derniers articles - Libération.fr », sur salaire.blogs.liberation.fr (consulté le 2 juillet 2018)
  6. « Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire », Images du travail,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  7. « Salaire net et monde de brutes, chroniques ordinaires du travail temporaire », sur Salaire net et monde de brutes, chroniques ordinaires du travail temporaire (consulté le 2 juillet 2018)
  8. « Salaire net et monde de brutes - Séries et fictions | ARTE », sur ARTE (consulté le 2 juillet 2018)
  9. « Mimi, Sébastien Marnier | Fayard », sur www.fayard.fr (consulté le 2 juillet 2018)
  10. « Les espoirs des lettres », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  11. « Sébastien Marnier, romancier, 33 ans du 19 juillet 2011 - France Inter », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  12. « Christophe Honoré a lu «Mimi» », Bibliobs,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  13. « Prix du roman gay : le palmarès 2013 - Les Éditions du Frigo », Editions du frigo,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  14. « Qu4tre, Sébastien Marnier, Anne-Sophie Stefanini, Caroline Lunoir, Fanny Saintenoy | Fayard », sur www.fayard.fr (consulté le 2 juillet 2018)
  15. « Le quatuor de la place du Châtelet », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  16. « Une vie de petits fours », JC Lattès, Le Masque,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  17. « Revue de presse du livre "Une vie de petits fours" », JC Lattès, Le Masque,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  18. Une vie de petits-fours, Sébastien Marnier (lire en ligne)
  19. « Miss Carpenter, le spectacle de et avec Marianne James », sur www.filprod.fr (consulté le 2 juillet 2018)
  20. « Les Nommés », Trophées de la comédie musicale,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  21. « Les Nommés », Trophées de la comédie musicale,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  22. « Avenue B Productions - Société de production cinématographique », Avenue B,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  23. AlloCine, « Irréprochable » (consulté le 2 juillet 2018)
  24. « « Irréprochable ». Inquiétant **** », leparisien.fr,‎ 2016-07-06cest07:00:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  25. « César 2017 : découvrez la liste complète des nominations », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  26. AlloCine, « L'Heure de la sortie » (consulté le 2 juillet 2018)
  27. « Avenue B Productions - Société de production cinématographique », Avenue B,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  28. AlloCine, « L'Heure de la sortie » (consulté le 2 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]