Sébastien Feller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sébastien Feller
Image dans Infobox.
Sébastien Feller en 2008.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Sport
Titres aux échecs
Classement Elo
2 552 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Sébastien Feller, né le à Thionville, est un joueur d'échecs français, grand maître international (GMI) depuis 2007.

Convaincu de tricherie lors de l'Olympiade d'échecs à Khanty-Mansiïsk en septembre et octobre 2010, la Fédération internationale des échecs (FIDE) l'a suspendu de toute compétition pendant une durée de 2 ans et 9 mois, à compter du [1]. Le , il est condamné par le tribunal correctionnel de Thionville à 6 mois d'emprisonnement avec sursis, faits qualifiés d'escroquerie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sébastien Feller commence à jouer aux échecs à l'âge de sept ans au club de Thionville[2]. À onze ans, le maître international (MI) Fred Berend prend en charge son entraînement, puis le GMI français Iossif Dorfman, ancien champion de France et ex-entraîneur de Garry Kasparov, lui succède[3]. Sébastien Feller progresse alors rapidement et devient Champion de France junior en 2007 ; l'année de la consécration puisqu'il enchaîne ensuite sur l'obtention des rangs de MI, puis de GMI[4]. À 16 ans, il devient alors l'un des plus jeunes GMI français en activité[5].

En 2010, il remporte le championnat de France de blitz et le championnat de Paris[6].

Sélectionné en équipe de France à l'occasion de l'olympiade 2010, il remporte la médaille d'or au cinquième échiquier[7]. Il est ensuite convaincu de triche dans cette compétition avec la complicité d'Arnaud Hauchard, entraîneur et sélectionneur national, et de Cyril Marzolo.

En avril 2011, il termine 7e au championnat d'Europe individuel à Aix-les-Bains, ce qui le qualifie théoriquement pour la coupe du monde 2011 qui se déroule entre le et le à Khanty-Mansiïsk en Russie. Il a réalisé une performance à 2766 Elo.

Il perd au deuxième tour de la coupe du monde 2011 face à Aleksandr Grichtchouk.

Son exclusion de la FIDE pendant 5 ans se termine le [8]. Il reprend la compétition[9].

Procédure judiciaire pour tricherie[modifier | modifier le code]

Le , la Fédération française des échecs (FFE) publie un communiqué sur son site Internet indiquant que le grand maître international Arnaud Hauchard, ainsi que le grand maître international Sébastien Feller et le maître international Cyril Marzolo, sont soupçonnés de « tricherie organisée, manquement grave à l'éthique sportive, atteinte portée à l'image de l'équipe nationale olympique, dans le cadre du championnat du monde d'échecs par équipes qui s'est déroulé à Khanty-Mansiïsk (Russie), du 21 septembre au  », et qu'elle saisit sa Commission de discipline à ce sujet[10]. Le , Sébastien Feller dément les accusations portées contre lui[11].

Feller et Hauchard auraient reconnu avoir triché lors d'une réunion en devant des cadres de la FFE mais refusent de signer ces aveux. Feller aurait eu besoin de rembourser des dettes de jeu à Marzolo. Hauchard aurait aussi avoué avoir participé à la triche devant d'autres joueurs en 2011 mais nie par la suite. Ils vont s'engager dans de longues procédures judiciaire et administratives visant à nier les faits[7].

Suite à l'Olympiade d'échecs à Khanty-Mansiïsk, Cyril Marzolo est en effet accusé d'avoir analysé les parties sur ordinateur et envoyé les coups à jouer par SMS à Arnaud Hauchard, le capitaine de l'équipe de France, ou Feller, de manière codée (sous forme de numéros de téléphone, certains chiffres représentant le numéro des coups, d'autres les cases de départ et d'arrivée). Arnaud Hauchard les transmettait ensuite à Sébastien Feller. Pour ce faire, il se déplaçait dans la salle et sa position indiquait le coup à jouer (chaque joueur de l'équipe de France ou de l'équipe adverse représentait un chiffre ou une lettre, en s'arrêtant un moment derrière lui, Hauchard le désignait à Feller)[12],[7]. Sébastien Feller a accompli dans cette Olympiade « une performance hors du commun », lui valant une médaille olympique[13],[7].

Le , la Commission fédérale de discipline de la Fédération française des échecs a reconnu Sébastien Feller, Arnaud Hauchard et Cyril Marzolo coupables d'atteinte à l'éthique sportive pour avoir triché lors du championnat du monde par équipe à Khanty-Mansiïsk.

Cette décision est alourdie par la commission d'appel, Sébastien Feller et la fédération ayant fait appel : Feller et Marzolo sont condamés à 5 ans de suspension et Hauchard à 3 ans[7]. La conciliation du devant le comité national olympique et sportif français a proposé à Sébastien Feller d'accepter la décision de la commission car le dossier ne semble laisser « aucun doute ». Marzolo se désolidarise alors de Feller et Hauchard et avoue sa participation à la tricherie[14],[7].

Son avocat dépose ensuite un référé devant le tribunal de Versailles. Sébastien Feller n'a pas pu jouer le Top 12 avec son équipe d'Évry Grand Roque[15].

Le , la Cour d'appel de Versailles a suspendu les sanctions à leur encontre dans l'attente d'un jugement au fond se prononçant sur la légalité de cette sanction[16]. La Cour refuse la transcription des SMS envoyés par Marzolo en raison du secret de la correspondance[7].

La commission d'éthique de la Fédération internationale des échecs a, par un jugement du , déclaré Sébastien Feller coupable de triche durant l'Olympiade de Khanty-Mansiïsk, une compétition officielle (violation du paragraphe 2.2.5 du code d'éthique de la FIDE) et l'a, en conséquence, condamné à une exclusion de tout tournoi homologué par la FIDE pour une durée de 2 ans et 9 mois, à compter du [17].

Par une ordonnance du , le juge des référés du Tribunal de grande instance de Versailles l'a débouté de sa demande de suspension de la sanction prononcée par la FIDE[18]. Cette décision a été confirmée par la Cour d'appel de Versailles dans un arrêt du [1].

Le , Feller est condamné par le tribunal correctionnel de Thionville à 6 mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir triché lors de l'Olympiade de Khanty-Mansiïsk, faits qualifiés d'« escroquerie ». Arnaud Hauchard et Cyril Marzolo sont condamnés à la même peine. Chacun des trois accusés doit aussi verser 1 euro de dommages et intérêts à la FFE[19].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Son palmarès est le suivant[20] :

  • Champion de France (2010) de Blitz
  • Champion de France junior en 2007
  • Vice-champion d'Europe des moins de seize ans
  • Cinq fois vice-champion de France dans les catégories jeune
  • Vainqueur de l'open du Touquet
  • Vice-champion de Belgique par équipe
  • Vice-champion du Luxembourg par équipe
  • Vainqueur du Championnat de Paris 2010[21]

Sébastien Feller évolue au club de Metz, après être passé par Thionville, Vandœuvre-lès-Nancy, Nice et Évry[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dossier: Triche présumée aux Olympiades Sanctions sportives confirmées en appel », Europe Échecs,
  2. « Interview de Sébastien Feller, GMI », Le cavalier de l'Amazone blanche
  3. « Sébastien Feller, l'espoir des échiquiers », Le Républicain lorrain, mis en ligne le 23 février 2009
  4. (en) Fiche de Sébastien Feller sur le site de la Fédération internationale des échecs
  5. Échiquier-berrichon.org
  6. la grille américaine du tournoi sur le site de la ligue d'Île-de-France des échecs.
  7. a b c d e f et g Jean-Marie Pottier, « L'affaire de triche qui empoisonne le jeu d'échecs français », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « GM Sebastian Feller », sur FIDE, (consulté le )
  9. (en) « Sébastien Feller de retour », sur 20 minutes, (consulté le )
  10. Communiqué publié sur le site Internet de la FFE.
  11. « Message de Sébastien Feller », Europe Échecs
  12. « Compte-rendu de la commission de discipline », sur Europe Échecs,
  13. Jean-Pierre Mercier, « L’affaire de la triche organisée aux échecs », sur Tour à tour,
  14. « Nouveau revers pour le grand maître Feller », Le Républicain lorrain, .
  15. « Feller, Hauchard et Marzolo suspendus pour le top 12 ! », Europe Échecs, .
  16. « Hauchard et Feller récupèrent leur licence ! », Europe Échecs,
  17. « Sanctions confirmées par la FIDE », Europe Échecs,
  18. « Nouveau jugement, nouvelle polémique », Europe Échecs,
  19. « Prison avec sursis pour avoir triché aux échecs », AFP et 20 minutes.ch,
  20. a et b Communiqué de presse de la Foire de Châlons-en-Champagne
  21. Grille américaine après la ronde 9 de l'Open FIDE 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]