Sébastien Balibar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balibar.
Sébastien Balibar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
ToursVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions

Sébastien Balibar, né le à Tours, est un physicien français[1] membre de l'Académie des Sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

  • 1957-1966 - Lycée Descartes, Tours, France.
  • 1966-1968 - École Polytechnique, Paris.
  • 1969 - DEA de Physique Atomique et Statistique, ENS, Paris.
  • 1971 - Thèse de troisième cycle (Direction: A.Libchaber, ENS, Paris).
  • 1976 - Thèse de Doctorat (Direction: A.Libchaber, ENS, Paris).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Directeur de recherche du CNRS au laboratoire de physique statistique de l'École normale supérieure, il a enseigné à Constance (Allemagne), à Kyoto (Japon), à l'Université Harvard (États-Unis) comme Loeb Lecturer, à Kevo (Finlande) et à l'Institut Weizman (Rehovot, Israël).

Ses thèmes de recherche ont évolué de la physique des métaux à celle de la superfluidité, des surfaces liquides aux surfaces cristallines, des phénomènes critiques à la physique de la croissance cristalline, de la thermodynamique hors d'équilibre aux transitions de phases, aux problèmes d'instabilités, de mouillage, d'élasticité, d'acoustique non-linéaire, de nucléation (cavitation et cristallisation), à la structure de l'eau, à l'énigme de la supersolidité, à la plasticité géante des cristaux d'hélium, etc.

Il est élu membre de l'Académie des sciences le 11 mars 2011.

5 jours avant Fukushima, il déclare : « Dire que la fission est sale et dangereuse est une rumeur qui comme beaucoup de rumeur est fausse (…) Depuis l’époque de Tchernobyl la technologie des réacteurs à fission a très bien évolué, et en particulier ça n’explose pas et ça ne s’emballe pas non plus (…) Le nucléaire de fission est à la fois durable et propre. » En 2015, il a précisé dans son livre "Climat: y voir clair pour agir" (Le Pommier ed., p. 173) qu'en effet le réacteur de Tchernobyl était un réacteur instable où la réaction nucléaire s'est emballée à la suite d'une erreur humaine, mais qu'à Fukushima les réacteurs étaient stables, qu'ils ont été arrêtés au moment du tremblement de terre puis noyés 51 minutes plus tard par un tsunami qui a coupé le circuit de refroidissement, qu'il n'y a pas eu d'emballement de la réaction nucléaire mais une explosion de gaz (de l'hydrogène) qui n'a conduit heureusement à aucun décès par irradiation, même si la population alentour a dû être temporairement évacuée par précaution.

Communications personnelles[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plus de deux cent publications scientifiques et de cinq livres (voir bibliographie ci-dessous). Il a en outre été invité à prononcer une centaine de communications dans des conférences internationales ainsi qu'une autre centaine de conférences dans des universités situées dans dix-huit pays étrangers différents, en plus de nombreuses conférences en France. Dans son livre "Climat: y voir clair pour agir" (Le Pommier ed. 2015) il défend le nucléaire comme moyen de produire de l'électricité sans émettre de gaz à effet de serre, particulièrement en France.

Le , il signe avec d'autres scientifiques un texte appelant à voter en faveur d'Emmanuel Macron lors du second tour de l'élection présidentielle de 2017, afin de « barrer la route au pire », représenté par Marine Le Pen[2],[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1978 - Prix Brelot de la Société Française de Physique
  • 1988 - Prix Paul Langevin de l'Académie des Sciences
  • 1989 - "Photographic Award", conférence ICCG9, Sendai, Japon (avec E.Rolley).
  • 1994 - Grand Prix du Bicentenaire de l'École Polytechnique (Prix Dargelos)
  • 1999 - Professeur Invité, Konstanz Universität, Allemagne
  • 1999 - Senior Fellow of the Japan Society for the Promotion of Science
  • 1999 - Professeur invité, Kyoto University, Japon.
  • 1999-2000 - Loeb lecturer, Harvard University, USA
  • 2003 - Professeur invité, Kyoto University, Japon.
  • 2005 - Fritz London memorial prize [avec J.C. Seamus Davis (Cornell) et R.E. Packard (Berkeley)]
  • 2005 - Fellow of the American Physical Society (voir le site de l'APS)
  • 2007 - Prix des 3 Physiciens, ENS (Paris).
  • 2009 - Lauréat de l'European Research Council (ERC Advanced grants).
  • 2012 - Grand Prix Jean-Ricard de la Société Française de Physique

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Demain, la physique, par Alain Aspect, Roger Balian, Sébastien Balibar, Edouard Brézin et al., éditions Odile Jacob, Paris 2004
  • La Pomme et l'atome, Douze histoires de physique contemporaine, par Sébastien Balibar, éditions Odile Jacob, Paris 2005
  • Je casse de l'eau, et autres rêveries scientifiques, par Sébastien Balibar (dessins de Jean Kerleroux), éditions Le Pommier, Paris 2008
  • Chercheur au quotidien, par Sébastien Balibar, éditions du Seuil et Raconter la vie, Paris 2014
  • Climat: y voir clair pour agir, par Sébastien Balibar, éditions Le Pommier, Paris 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]