Sébastian Danchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Danchin.

Sébastian Danchin est un écrivain et producteur de musique[1] né à Nancy, en Lorraine, en 1957.

Sa découverte des musiques populaires afro-américaines (blues, jazz, gospel, soul) au moment de l'enfance, par le biais des émissions de Sim Copans sur Radio France, l'incite à partir aux États-Unis où il est guitariste à Chicago au sein de diverses formations (Son Seals, Lacy Gibson, Junior Wells…) au cours de la seconde moitié des années 1970s. Sa présence au quotidien dans le ghetto su South Side lui permet parallèlement de mener des recherches d'ethno-sociologie à la suite desquelles il rédige et soutient un doctorat d'état à son retour en France (Earl Hooker - Vie et mort d'un héros du ghetto, 1985).

À la suite d'un emploi de producteur à FR3 Lorraine de 1980 à 1982, il dirige la filiale française d'un éditeur suisse (1983-1984) avant d'intégrer la station de service public de Radio France Nancy en qualité de directeur des programmes (1985-1989) où Stéphane Munier était animateur de radio de la tranche « matinalière » en 1986.

Producteur indépendant, il signe plusieurs séries d'émissions pour le compte des Ateliers de Création de Radio France[2] (en particulier De Gaulle à Colombey, également publié en 1990 par les éditions Serpenoise) comme pour France Culture avant de travailler comme producteur à France Inter (1996 à 1999) où il écrit notamment, avec François Jenny, un feuilleton radiophonique, Les Fantastiques Aventures de madame Muller (publié simultanément aux éditions Mille et Une Nuits).

Dans le même temps, Danchin publie divers ouvrages consacrés à la musique afro-américaine et entame une carrière de producteur pour le disque en prenant la direction du label Miss You (Bobby Few, Jean-Pierre Catoul, Steve Houben, Francis Lockwood). Sa carrière de directeur artistique prend son envol en 2000 par le biais de sa collaboration avec Jean-Jacques Milteau qu'il fait signer chez Universal Jazz. Leur première réalisation commune, l'album Memphis (2001), est récompensée par une Victoire de la musique.

Tout en continuant à travailler aux côtés de Milteau[3] comme avec divers artistes de blues et de soul (Mighty Mo Rodgers, Joe Louis Walker, Demi Evans), il publie une Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul (Fayard, 2002) qui fait depuis référence, signe une étude consacrée à Elvis (Elvis Presley ou la revanche du Sud, Fayard, 2004), et prend la direction artistique du Nice Jazz Festival auprès de la productrice Viviane Sicnasi de 2001 à 2007. Il retrouve ainsi l’univers des festivals, connu au milieu des années 1970 à Nancy où il assurait la programmation des concerts blues et gospel (Son Seals, Buddy Guy & Junior Wells, B.B. King, Otis Rush, Marion Williams, Bessie Griffin).

Programmateur des concerts de blues à la Cité de la Musique en 2005, il assure parallèlement la direction artistique du festival de blues de Sochaux (2005-2008), avant de prendre la direction artistique du Paris Jazz Festival auprès de Pierrette Devineau en 2009. Constamment renouvelé depuis à la tête du premier festival de jazz français par sa fréquentation (plus de 100 000 spectateurs annuels)[4], le tandem qu’il forme avec Pierrette Devineau [5] s’est enrichi en 2015 avec l’arrivée du fondateur de la manifestation, Franck Marchal.

Historien, spécialiste du monde noir[6], Danchin a écrit abondamment dans les revues spécialisées (Living Blues, Soul Bag, Jazzman, Jazz News…) tout en publiant de nombreux ouvrages[7] en France comme aux États-Unis, pour certains traduits au Brésil, au Portugal, en Russie… Son expérience lui a permis de collaborer en tant que conseiller à la série The Blues de Martin Scorsese (2003) et d’écrire plusieurs documentaires pour la télévision, en particulier une étude consacrée au premier Congrès des Artistes et Écrivains Noirs de 1956 intitulée Lumières noires (France 2, 2007), ou encore une étude de l’influence de l’Amérique sur la société française de l’après-guerre (La France Made in USA, Arte, 2007) en collaboration avec le réalisateur Bob Swaim.

Traducteur, il a adapté de l’américain plus de cinquante romans.

Publications[modifier | modifier le code]

  • De Gaulle à Colombey. Refuge d'un romantique, éditions Serpenoise, 1990 (avec François Jenny)
  • Voyage au Pays du Blues, éditions Clarb, 1994 (introduction)
  • Les Dieux du Blues, éditions Atlas, 1995 (avec Philippe Margotin)
  • Blues. Les Incontournables, Hachette Filipacchi, 1995 (collectif)
  • Blues Boy, University Press of Mississippi, 1998
  • Musiques de Louisiane. Cajun Zydeco et Blues, éditions du Layeur, 1999
  • Les Couleurs du blues, éditions du Layeur, 2000
  • Earl Hooker. Blues Master, University Press of Mississippi, 2001
  • Encyclopédie du Rhythm & Blues et de la Soul, éditions Fayard, 2002
  • B.B. King, éditions Fayard, 2003
  • Elvis Presley ou la Revanche du Sud, éditions Fayard, 2004
  • Musique et Société, éditions Cité de la Musique, 2004 (collectif)
  • Aretha Franklin. Portrait d’une Natural Woman, éditions Buchet Chastel, 2005
  • Memphis Blues, éditions du Chêne, 2005 (avec JJ Milteau)
  • Muscle Shoals, capitale secrète du rock et de la soul, éditions Autour du Livre, 2007
  • Connaissez-vous Elvis ?, éditions Marabout, 2007
  • Billie Holiday - Le Roman d’une rebelle, Sony/Actes Sud, 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]