São Paulo (porte-avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
porte-avion naviguant vers le premier plan de la photo
Le São Paulo en mer en 2005.

Le NAe [note 1] São Paulo (numéro de coque A12) était un porte-avions de la classe (française) Clemenceau, en service dans la marine brésilienne. Le São Paulo fut initialement construit en 1963 pour la marine française sous le nom de Foch, puis fut transféré en 2000 au Brésil, où il est devenu le nouveau capital ship de la marine brésilienne. Selon la publication Jane's Fighting Ships[1] au cours de sa carrière dans la marine brésilienne, le São Paulo a souffert de problèmes de maintenance et n'a jamais réussi à fonctionner plus de trois mois à la suite sans avoir besoin de réparations et d'entretien[2]. Le , la marine a annoncé la désactivation du bâtiment et son désarmement ultérieur, ce qui fut finalement effectué le .

Contexte[modifier | modifier le code]

Le porte-avions São Paulo a été construit en France entre 1957 et 1963, et a servi dans la marine française sous le nom de Foch pendant trente-sept ans. En , il a été acheté par le Brésil pour 30 millions de dollars (US) - aucun avion n'étant inclus dans ce prix - pour remplacer l'ancien porte-avions Minas Gerais qui datait de la Seconde Guerre mondiale, et qui était en service au Brésil depuis plus de 40 ans. Le Brésil avait déjà approché d'autres pays, comme l'Espagne, qui lui proposaient de construire un porte-avions, au prix de 500 millions de dollars (US)[3]. Le gouvernement avait déjà acheté une flottille de 23 avions de combat A-4 Skyhawk d'occasion au Koweït pour 70 $ millions[4] ; ces avions, ainsi que les hélicoptères existants déjà dans l'inventaire de la défense nationale, devaient composer le groupe aérien du São Paulo. Ces A-4 (désignés AF-1) sont capables de délivrer des armements, notamment des roquettes, des bombes non guidées et des missiles air-air Sidewinder .

Les porte-avions de la classe Clemenceau, dont le São Paulo était l'ultime membre survivant, sont de conception conventionnelle (CATOBAR). Le pont d'envol mesure 265,5 mètres ( ?) de long sur 29,5 mètres ( ?) de large ; la zone d'appontage est inclinée à 8 degrés par rapport à l'axe du navire. L'ascenseur avant est situé dans l'axe du porte-avions et l'ascenseur arrière est positionné à tribord du pont, ce qui permet de gagner de l'espace dans le hangar. L'une des deux catapultes (de 52 mètres ( ?) est située à bâbord avant du pont d'envol ; la seconde catapulte est plus en arrière, sur la piste oblique. Les dimensions du pont du hangar sont de 152 mètres ( ?) de long sur 22 à 24 mètres de large, et 7 mètres ( ?) de clair en hauteur[5].

En , le São Paulo a été acheté alors qu'il était encore opérationnel[4] ; une situation inhabituelle pour un si gros bâtiment. Il a été reçu par la marine brésilienne et a été mis en service au Brésil le . L'incorporation du São Paulo et du groupe de chasseurs AF-1 a marqué la réalisation de l'objectif de longue date du Brésil de pouvoir mener la défense aérienne de ses forces navales avec des avions à voilure fixe.

Le président Fernando Henrique Cardoso a noté lors de la cérémonie de transfert que:

Depuis sa construction, le São Paulo a reçu plusieurs améliorations, lui laissant une gamme diversifiée de technologies.

Le porte-avions est arrivé à Rio de Janeiro le [4].

Service au Brésil[modifier | modifier le code]

Un AF-1 Skyhawk (A-4KU) à bord du São Paulo

Au cours de ses trois premières années de service à São Paulo, le bâtiment a effectué plusieurs missions, certaines dans des eaux étrangères, en particulier les opérations ARAEX, PASSEX et TEMPEREX qui sont pratiquées chaque année pour qualifier et former les flottilles de Super Étendard et de S-2T Turbo Tracker de la marine argentine.

Vers la fin de sa durée de vie active, le São Paulo a principalement servi à former des pilotes pour mener des opérations de porte-avions. Il a été activement utilisé pour la qualification et la requalification des pilotes d'hélicoptères et d'appareils à voilure fixe (avec environ 500 lancements de catapultes) [pas clair], et il a été utilisé lors des premiers exercices brésiliens pour pratiquer des missions d'attaque basées sur des porte-avions.

Incendie de 2005[modifier | modifier le code]

Le , une explosion a eu lieu dans le réseau de vapeur de la salle des machines[6]. L'explosion a initialement tué un membre d'équipage et blessé dix autres. Toutes les victimes ont été transportées par hélicoptère à l' hôpital naval Marcilio Dias de Rio de Janeiro . Deux des membres d'équipage blessés sont décédés à l'hôpital des suites de leurs blessures. La cause de l'explosion était une rupture de la canalisation de vapeur. Après cet accident, la Marine a décidé d'entreprendre une vaste révision pour réparer et moderniser le navire[7].

Vue du pont d'envol avant du porte-avions brésilien São Paulo en 2003. Quatre chasseurs Skyhawk (McDonnell Douglas AF-1 (A-4)) et un chasseur de sous-marins Grumman S-2T de la marine argentine sont visibles.

En 2005-2010, le São Paulo a subi une modernisation poussée. La mise à niveau comprenait l'inspection et la réparation des turbines à vapeur ; l'entretien des condenseurs de surface ; le retubage de chaudières ; la réparation de deux compresseurs haute pression; la révision du générateur électrique AC ; achat de pièces détachées ; entretien des pompes, vannes et éléments de structure ; ajout de deux séparateurs API eau-huile ; installation de deux unités de refroidissement par eau ; modernisation du générateur chimique d'oxygène ; réparation et traitement de réservoirs d'huile; substitution du Naval Tactical Data System ; installation d'un système de télévision en circuit fermé ; installation d'un transpondeur IFF ; installation d'un système MAGE ( ESM) ; inspection, réparation et peinture du poste de pilotage ; mise à niveau de l'unité de traitement du système d'atterrissage optique ; et révision des catapultes du porte-avions. La mise à niveau a été achevée en et le São Paulo devait initialement être pleinement opérationnel en .

Douze Skyhawks de la marine brésilienne A-4 devaient également être mis à niveau par Embraer pour un coût de 140 millions de dollars. La mise à niveau était similaire à celles effectuées pour les avions AMX et F-5EM de l'armée de l'air brésilienne. Le programme comprenait la restauration de la cellule et de ses systèmes actuels, ainsi que la mise en œuvre d'une nouvelle avionique, d'un radar (en particulier le système radar Elta 2032 ), de la production d'énergie et de systèmes autonomes de génération d'oxygène. Les armes pouvant être incluses dans la mise à niveau étaient le MAA-1B, Python 4 et le Derby AAMS.

La marine brésilienne a passé un contrat avec Marsh Aviation pour convertir quatre S-2T Turbo Tracker en une configuration d'alerte avancée aéroportée (AEW), et quatre autres pour le ravitaillement en vol et pour les livraisons à bord du porte-avions (COD).

Selon un article du numéro d' du Air Forces Monthly, [réf. nécessaire] il a été confirmé que le Brésil a acheté d'anciens avions C-1 Trader ex-australiens et ex-uruguayens, pour les convertir en avions AEW et en avions ravitailleurs. Tous les avions devaient être mis à niveau vers la configuration S-2T Turbo Tracker avec des moteurs Honeywell TPE 331-14GR. L'achat comprenait neuf cellules, dont deux pour la conversion en ravitailleur en vol (au profit des Skyhawks AF-1), et trois pour le rôle de veille aérienne (AEW). Les autres ont été achetés pour servir de pièces de rechange ou pour le transport de fret. Le radar AEW devait avoir une portée de 250 milles à 25 000 pieds. La durée de vie opérationnelle des cellules devait être de 10 ans. Ils devaient être prêts en 2011 et 2012.

La flottille d'hélicoptère SH-3 du Sao Paulo devait être remplacée par six hélicoptères S-70B Seahawk. Ils ont été achetés en 2008, mis à niveau et remis à neuf pour livraison. Les hélicoptères et un ensemble de moteurs et d'équipements de soutien devaient être livrés en 2009.

Fin 2010, les essais en mer ont commencé et, à partir de 2011, le São Paulo a été évalué par la CIASA (Commission d'inspection et avis de formation).

Rénovation et déclassement (2012-2021)[modifier | modifier le code]

Le São Paulo devait rejoindre la flotte fin 2013, mais il a subi un autre incendie majeur en 2012. En , il a continué de subir des réparations ; le commandant de la marine brésilienne, l'amiral Eduardo Leal Ferreira, a déclaré avoir planifié la rénovation du système de propulsion du porte-avions. Les catapultes du bâtiment auraient également des problèmes. Le , la Marine a annoncé que le navire serait démobilisé puis désarmé, invoquant le coût économique excessif de nouvelles réparations[8]. Le la marine brésilienne a officiellement retiré du service le porte-avions NAe São Paulo. Depuis , un effort est fait pour le transformer en musée[9].

Équipage[modifier | modifier le code]

L' effectif du São Paulo est de 1 920 hommes (64 officiers et 1 274 marins, dont 582 supplémentaires dans le groupe aérien).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]

Remarques[modifier | modifier le code]

  1. Navio-Aeródromo, "navire aérodrome" (lit : "porte-avions").

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jane's (groupe IHS Markit)
  2. Brazil seeking to modernise Sao Paulo aircraft carrier, extend life to 2039, janes.com, 8 December 2014
  3. « Brazilian Navy seeks aircraft carrier » [archive du ], South American Business Information, sur HighBeam Research, (consulté le 15 août 2015)
  4. a b et c Schleiffert et Rodenburg, « Sao Paulo rules the waves » [archive du ], Naval Aviation News, sur HighBeam Research, (consulté le 24 juin 2015)
  5. Pike, « Clemenceau Aircraft Carrier », Global security (consulté le 19 septembre 2013)
  6. "Explosion kills one in Brazilian aircraft carrier". « Archived copy » [archive du ] (consulté le 8 septembre 2015) Xinhua.net. 18 May 2005
  7. Operti, Carlos Filipe, Pg. 36, Combat Aircraft Monthly, US Edition, Vol. 12, No. 12, December 2011
  8. (en) « Brazilian Navy retires Sao Paulo carrier », Mönch Publishing Group News,‎ (lire en ligne)
  9. (en-US) « Sao Paulo/Foch Institute in Brazil wants to save warship from destruction », Naval Today,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • NAe São Paulo, Machtres, archived from the original on 25 September 2010.
  • "NAe São Paulo", Maps, Google, anchored in Rio de Janeiro.
  • "The Brazilian navy 'new' aircraft-carrier", Poder Naval Online, archived from the original on 20 March 2007