Ruth Dreifuss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ruth Dreifuss
Illustration.
Ruth Dreifuss, en 2014.
Fonctions
Conseillère fédérale
Département fédéral de l'intérieur
Élection 10 mars 1993
Réélection 13 décembre 1995
15 décembre 1999
Prédécesseur René Felber
Successeur Micheline Calmy-Rey
Présidente de la Confédération
Élection 9 décembre 1998
Membre du Conseil de ville (législatif) de la ville de Berne
Biographie
Date de naissance (82 ans)
Lieu de naissance Saint-Gall
Origine Genève
Endingen (AG)
Nationalité Suisse
Parti politique PS
Diplômée de Université de Genève
Profession Journaliste
Religion Juive

Ruth Dreifuss, née le à Saint-Gall et originaire d'Endingen, est une femme politique suisse, membre du Parti socialiste suisse et ancienne conseillère fédérale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licenciée en sciences économiques de l'Université de Genève, elle est journaliste à Coopération de 1961 à 1964, puis assistante-sociologue au Centre psycho-universitaire de Genève de 1965 à 1968 et assistante à l'Université de Genève de 1970 à 1972.

Elle est ensuite adjointe scientifique à la direction de la coopération et de l'aide humanitaire du Département fédéral des affaires étrangères de 1972 à 1981, puis secrétaire de l'Union syndicale suisse du au . Sur le plan politique, elle est membre du Conseil de Ville (législatif) de la Ville de Berne de 1989 à 1992. En 1991, elle échoue à se faire élire conseillère nationale.

Ruth Dreifuss et Christiane Brunner le 8 mars 1993.

Le , Christiane Brunner est présentée par le Parti socialiste suisse pour succéder à son conseiller fédéral René Felber. Refusant cette proposition, la majorité bourgeoise de l'assemblée élit le socialiste neuchâtelois Francis Matthey. Ce dernier, n'ayant pas l'agrément des organes de son parti, renonce à son élection, ce qui provoque une crise inédite dans l'histoire politique suisse. Un second scrutin est organisé le pour lequel le parti présente un duo formé à nouveau de Christiane Brunner, mais accompagnée de Ruth Dreifuss. Celle-ci est élue au 3e tour de scrutin avec 144 voix après avoir distancé Christiane Brunner, devenant le 100e membre du Conseil fédéral de l'histoire[1]. Elle est ainsi la troisième personne, et la dernière à ce jour, à être élue au Conseil fédéral sans avoir été auparavant membre du Conseil national, du Conseil des États ou d'un exécutif cantonal.

Seconde femme élue au Conseil fédéral après Elisabeth Kopp en 1984, elle dirige le département fédéral de l'intérieur du au avec la charge de réformer les assurances sociales. Elle réussit notamment à faire accepter par le peuple lors de votations une révision de l'assurance maladie (), la 10e révision de l'assurance-vieillesse et survivants () ainsi qu'une nouvelle politique de la drogue fondée sur le principe des 4 piliers (prévention, thérapie, aide à la survie et répression).

Le [2], elle est la première femme à devenir présidente de la Confédération. Il faudra attendre 2007 pour en voir une deuxième, Micheline Calmy-Rey. Elle est également le premier membre juif du gouvernement suisse.

Activité après le Conseil fédéral[modifier | modifier le code]

Après son départ du gouvernement, elle appuie notamment l'introduction de l'assurance-maternité, votée lors du référendum du , et la libre circulation des personnes avec l'Union européenne et s'oppose aux restrictions des droits des étrangers et des requérants d'asile. Elle assure notamment des permanences pour les sans-papiers auprès d'un syndicat genevois (le SIT). Elle intervient régulièrement dans le débat public, notamment lorsque les assurances sociales sont menacées.

Ruth Dreifuss compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique.

En 2011, elle crée l'ONG Global Commission on Drug Policy (Commission globale de politique en matière de drogues), qui œuvre sur les politiques liées aux drogues. Elle en est la présidente de 2016 à 2020[3],[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Isabella Maria Fischli, Dreifuss ist unser Name, Pendo, (ISBN 3-85842-487-0).

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Pauchard, « Parcours d'une combattante », sur swissinfo.ch, (consulté le )
  2. La Documentation française, Notes et études documentaires, n°5097 à 5100.
  3. (en) « Former Swiss president challenges Trump’s drug action plan », sur SWI swissinfo.ch,
  4. (en) « Mission And History », sur le site de la Commission globale de politique en matière de drogues

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]