Ruspina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ruspina est une ville antique d'Afrique du Nord fondée par des Phéniciens originaires de Tyr au IVe siècle av. J.-C.. Le nom Rous Penna signifie en phénicien « cap »[1] ou plus précisément « presqu'île ».

Ruspina sur la table de Peutinger

Elle s'étend sur plus de huit hectares sur un site stratégique à l'abri des incursions extérieures. Elle correspond aujourd'hui au site de la ville de Monastir.

La ville de Ruspina aide le général carthaginois Hannibal Barca au cours de la Deuxième Guerre punique au IIIe siècle av. J.-C.. Malgré la présence romaine, après la chute de Carthage en 146 av. J.-C., la civilisation punique continue d'exister jusqu'au milieu du Ier siècle av. J.-C..

À cette époque, Ruspina a un statut de ville libre dotée d'un conseil municipal et dispose d'un grand port. C'est ici que les partisans de Pompée, menés par Titus Labienus, sortent victorieux de Jules César à la bataille de Ruspina le 4 janvier 46 av. J.-C.. Ruspina, en tant que première ville africaine alliée à Jules César, connaît rapidement la prospérité après la victoire de ce dernier.

Le site archéologique a été localisé par le docteur Nabil Kallala, originaire de la ville de Monastir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Académie des inscriptions et belles-lettres, Mémoires de l'Institut national de France, éd. Imprimerie royale, Paris, 1884, p. 11

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nabil Kallala, La localisation du site de Ruspina d'après une prospection récente dans la presqu'île de Monastir, IVe colloque international sur l'histoire et l'archéologie de l'Afrique du Nord, Strasbourg, 1988 [1991], tome II, pp. 525-533
  • Nabil Kallala, « Borne milliaire inédite de Monastir (Ruspina) », XIVe colloque L'Africa Romana, Sassari, 2000 [2002], pp. 1701-1714
  • Nabil Kallala, « Essai d'histoire sur Ruspina à l'époque punique et sous la République romaine », Reppal, n°13, 2004, pp. 1-18