Rupes Recta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rupes Recta et les cratères Birt, Alpetragius et Thebit (vision renversée à l'oculaire d'un télescope).
Rupes Recta et Rima Birt (vision renversée à l'oculaire d'un télescope).

Le Rupes Recta, appelé également « l'épée dans la Lune », est une falaise lunaire située dans la partie sud-est de la Mare Nubium sur la face visible de la Lune. C'est une des formations lunaires les plus connues et la faille la plus célèbre de la Lune. Elle résulte d'un glissement de terrain et présente en fait une pente assez douce (7°) et un faible dénivelé[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le Rupes Recta est une longue crête qui mesure 120 kilomètres de longueur, une largeur moyenne de 2 à 3 km, et une hauteur de 240300 m. Cette faille s'élève à l'intérieur de la Mare Nubium. Ses coordonnées sélénographiques sont 22.1°S et 7.8°W. Le Rupes Recta qui n'est tout à fait rectiligne, s'étend dans la direction du Nord depuis le nord-est du cratère Alpetragius et passe entre les cratères Birt et Thebit[2].

Cet escarpement a été découvert en 1686 par l'astronome Christian Huygens qui lui donne le nom d'« épée dans la Lune », les montagnes basses dans le sud de la faille correspondant à la garde et à la poignée de l'épée[3]. Son nom de Rupes Recta a été adopté par l'Union astronomique internationale et signifie Mur droit en latin[2].

À l'ouest, les astronomes peuvent observer le cratère Birt et Rima Birt (de). Cette rainure de 1,5 km de large et 50 km de long prend naissance à partir du cratère Birt E au nord (Birt E étant en réalité un dôme volcanique), et correspond probablement à un tunnel de lave[4].

Formation[modifier | modifier le code]

La faille s'est formée il y a environ 3,2 milliards d'années dans un ancien cratère prénectarien de 200 km de diamètre. Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer sa formation, depuis la réactivation d'une faille jusqu'à la subsidence thermique[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Beaudoin, 101 merveilles du ciel, Dunod, , p. 42.
  2. a b et c (en) T. Platz, M. Massironi, P.K. Byrne, H. Hiesinger, Volcanism and Tectonism Across the Inner Solar System, Geological Society of London, , p. 377.
  3. (en) Charles A. Wood, The Modern Moon, Sky Publishing Corporation, , p. 147.
  4. (en) Antonín Rükl, T. W. Rackham, Atlas of the moon, Hamlyn, , p. 201.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]