Rufus (logiciel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rufus
Description de l'image Rufus-logo.png.
Description de cette image, également commentée ci-après
Capture d'écran de Rufus en version 2.11 (allemand)
Informations
Créateur Pete Batard
Fichier(s) exécutable(s) rufus-3.0.exe
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version 3.1 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
État du projet en développement
Écrit en C[1]
Environnement Microsoft Windows (à partir de Windows XP)
Langues multilingue (39 incluses)
Type utilitaire de disque, préparation de Live USB, formatage
Politique de distribution gratuit
Licence GNU GPLv3[2]
Site web https://rufus.akeo.ie

Rufus, acronyme de « the Reliable USB Formatting Utility (with Source) » (en français : l'utilitaire fiable de formatage USB (avec les (codes) sources), est un Logiciel libre et, par conséquent, open-source sous licence licence publique générale GNU. Il permet de créer des supports bootable (live USB) sur un périphérique externe comme une clé USB.

Il est développé par Pete Batard d'Akeo Consulting, à titre personnel.

Présentation[modifier | modifier le code]

Disponible sous Windows, son objectif premier est de permettre au plus grand nombre de créer des live USB sur un périphérique externe en une seule opération, sans connaissances particulières, minimisant les erreurs humaines et s'assurant également de l'intégrité du support et de la fiabilité des opérations effectués (pendant l'écriture). Ça permet de minimiser les instabilités de l'installation d'une image disque sur un périphérique, afin de maximiser les chances de démarrage dans des cas de figures non anticipés.

Rufus s'appuie, pour sa conception, sur d'autres logiciels libres bien connu, dont notamment :

  • E2fsprogs (pour sa vérification de blocs défectueux) ;
  • Syslinux (gestionnaire d'amorces (bootloader) en ext, BTRFS, FFS, UFS, FAT, vFAT, et NTFS)[3] ;
  • GRUB 2 (gestionnaire d'amorces (bootloader) en ext, BTRFS, UDF, FAT, vFAT, NTFS...) ;
  • ms-sys (pour la création/modification de secteurs de boot Windows).

Historique[modifier | modifier le code]

Rufus était à l'origine conçu[4] pour remplacer HP USB Disk Storage Format Tool for Windows[5], qui était utilisé principalement pour créer des live USB DOS, constatant que Windows n'incluait aucun autre outil natif pour ce besoin. Entre-temps, Windows USB/DVD Download Tool (WUDT), un outil de Microsoft, fût diffusé (sous la licence libre GPLv2 depuis [6]), mais reste cependant rudimentaire et limité comparativement à Rufus.

Les versions marquantes[modifier | modifier le code]

  • v1.0.3 : la première version distribué de Rufus (les précédentes étant uniquement interne : alpha[7]), sorti le . Elle supportait uniquement MS-DOS.
  • v1.0.4 - introduction du support de FreeDOS.
  • v1.1.0 - support d'image ISO.
  • v1.2.0 - Jusqu'à la v1.2.0, deux version distinctes étaient fournies : une pour MS-DOS et une pour FreeDOS[8].
  • v1.3.0 - support du formatage de périphériques en FAT32 supérieur à 32 Go.
  • v1.3.2 - support de boot UEFI et introduction de l'interdiction d'opérer sur le lecteur C:
  • v1.4.0 - Internationalisation et localisation.
  • v1.4.2 - support du protocole USB UAS (ou UASP, 'P' pour protocole) : il permet de se rapprocher du débit théorique maximum de l'USB, alors que le protocole habituel (BOT) ne permet en pratique qu'un dixième de ce débit.
  • v2.0 - support de Windows To Go[9], et des images basé sur GRUB4DOS ou GRUB 2.
  • v2.3 - permet de choisir, lors d'utilisation d'une image hybride, la manière de l'installer (il demandera s'il convient de l'installer en BIOS, en UEFI, ou les deux à la fois).
  • v2.13 - Lorsque Rufus opère sur le périphérique, il en a l'accès exclusif : cela permet de se prémunir de certaines collisions/corruptions.
  • v2.18 - dernière version à supporter Windows XP et Vista.
  • v3.0 - refonte graphique de l'application afin d'améliorer l'ergonomie.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

  • diversité des images : Rufus supporte beaucoup de fichiers .iso, incluant de nombreuses distributions Linux et des .iso d'installation Windows, ainsi que des images disques brutes (y compris compressées). Si nécessaire, il installera un bootloader (une amorce) comme Syslinux ou GRUB sur le périphérique pour le rendre bootable[10].
  • diversité des supports de stockages : il permet aussi l’installation de MS-DOS et de FreeDOS sur des supports externes, comme la création d'un média Windows To Go sur une clé USB. Il prend en charge le formatage des systèmes de fichiers suivant : FAT, FAT32, NTFS, exFAT, UDF, ReFS[11].
  • calcul d'une signature numérique : Rufus peut calculer la signature (hash) MD5, SHA-1 et SHA-256 de l'image sélectionné.
  • protection contre l'erreur humaine : certaines action ou certains choix de l'utilisateurs peuvent amener à l'échec de la création du live USB, à un formatage erroné ou à un PC inopérant. Des sécurité sont donc mise en œuvre pour s'en prémunir comme de créer son live USB sur C: (l'emplacement de Windows sur le disque dur actif), par exemple.
  • contre-mesures : Rufus permet de contourner certains problèmes apparaissant généralement sur de vielles architectures, à travers des coches ✓ (« Options avancées »).
  • portabilité : l'ajout d'un « p » au nom de l'exécutable permet d'exporter les paramétrages dans un fichier, et de rendre ainsi l'état de l'interface indépendante du PC sur lequel il est lancé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Code source de Rufus », sur GitHub (consulté le 17 juillet 2016)
  2. « License de Rufus », sur GitHub (consulté le 9 juillet 2016)
  3. (en) « Notes de versions de Syslinux », sur www.syslinux.org, (consulté le 30 mars 2018)
  4. (en) « Rufus introduction post » (consulté le 9 juillet 2016)
  5. (en) « HP USB Disk Storage Format Tool on Softpedia » (consulté le 9 juillet 2016)
  6. (en) « Update on the Windows 7 USB/DVD Tool », ...à l’entrée du week-end, la firme de Redmond a bien confirmé que du code protégé par la licence GPL v2 avait été utilisé dans son application. À ce niveau-là, Microsoft n’avait guère d’option : soit retirer définitivement le logiciel, soit le publier à nouveau, mais sous licence GPL v2 cette fois. Microsoft a choisi finalement la deuxième solution., sur Port25 (blogs.technet.microsoft.com), (consulté le 3 février 2018)
  7. « Rufus Changelog », sur GitHub (consulté le 9 juillet 2016)
  8. (en) « List of Rufus downloads » (consulté le 9 juillet 2016)
  9. (en) « Using Rufus To Create Windows To Go USB Drive » (consulté le 9 juillet 2016)
  10. Tim Mackey, XenServer Administration Handbook: Practical Recipes for Successful Deployments, O'Reilly Media, Inc, (lire en ligne)
  11. Vishal Gupta, « Rufus: Free Portable Utility to Write Bootable ISO or IMG Files to USB Drives », sur AskVG (consulté le 29 juin 2016)