Rufius Antonius Agrypnius Volusianus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rufius Antonius Agrypnius Volusianus
Inscription de Rufius Antonius Agrypnius Volusianus, dédiée à Flavius Honorius, sur le forum romanum.
Inscription de Rufius Antonius Agrypnius Volusianus, dédiée à Flavius Honorius, sur le forum romanum.

Titre Proconsul d'Afrique
Préfet du prétoire d'Italie
Autre titre Préfet urbain de Rome puis de Constantinople
Comes rerum privatorum (408)
Biographie
Dynastie gens Ceionia
Naissance
Rome (Empire romain)
Décès
Constantinople
Père Ceionius Rufius Albinus
Mère (mère inconnue)
Enfants Volusiana (415)

Rufius Antonius Agrypnius Volusianus (né en 370 à Rome - mort , à Constantinople) est un proconsul d'Afrique (413/4), préfet du prétoire d'Italie, préfet urbain de Rome (417-418) puis de Constantinople, grand dignitaire de l'empire romain tardif, païen qui fut un célèbre correspondant de Saint Augustin.

Famille[modifier | modifier le code]

Rufius Antonius est le fils de Ceionius Rufius Albinus (345 - 391)[1]. Sa famille, dont un palais subsiste à Ostie[2], a déjà été honorée de plusieurs prétures urbaines et préfectures du prétoire (Ceionius Rufius Volusianus Lampadius, praefectus praetorii, 355 et praefectus urbis, 365/6), à sa naissance, ainsi que de nombreux consulats dès le Haut-Empire (35, 73, 101). En outre l'empereur Lucius Verus (130-169), co-auguste de Marc Aurèle et dont Ceionius était le nom gentilice, était l'un de ses prestigieux ancêtres[3].

Il a une sœur nommée Ceionia Albina, femme de Valerius Poplicola, fils de Valerius Maximus Basilius et de sa femme Sainte Mélanie l'Ancienne.

En 415, lui naît une fille, Volusiana. Celle-ci épouse comme sa deuxième femme le sénateur et futur empereur Pétrone Maxime.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord questeur, en 408, il est comes rerum privatorum, c'est-à-dire, ministre des finances personnelles de l'empereur Honorius.

En 412/3 il est mis à la tête des légions chargées de conquérir l'Afrique au main d'un usurpateur qui s'est proclamé Auguste et empereur des Romains, le comes Africae Héraclien. Rufius Antonius Agrypnius s'acquitte de sa mission avec succès et reçoit de Rome le titre de proconsul d'Afrique, gouverneur de l'Afrique romaine, avec Carthage comme capitale (412/3). Païen, il entretient une correspondance fameuse et fournie avec Augustin d'Hippone[4].

Il est aussi connu pour être l'ami du poète Rutilius Namatianus[5]. Dans une lettre, Rufius Antonius attribue le déclin de l'Empire à sa christianisation. Rentré d'Afrique, il est peut-être nommé préfet du prétoire d'Italie. Refusant le baptême, il écrit à Augustin pour lui faire part de ses raisons. Cet épisode est narré dans La Cité de Dieu.

Il est préteur urbain de Rome pour l'année 416-417, date à laquelle il négocie un mariage pour la famille impériale, et préfet de l'urbe de Rome en 417-418. Dans les années qui suivent, Rufius Antonius est à nouveau préfet urbain, mais de Constantinople cette fois. Peu de temps avant sa mort, il embrasse finalement la religion chrétienne. Sa conversion tardive est assurément le fait de sa femme et de sa nièce Mélania, chrétiennes[2]. Il a eté baptisé sur son lit de mort en 436.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.geni.com
  2. a et b Archéomatériaux, par Max Schvoerer, p.148
  3. http://www.mauriceboddy.org.uk/Caeionius.htm
  4. Religion and society in the age of Saint Augustine, de Peter Robert Lamont Brown
  5. ausonius.blogspot.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l'époque impériale, Oxford University (R.-U.), Linacre College, coll. « Prosopographica & Genealogica », 597 p., 2000 (ISBN 1-900934-02-7).

Liens internes[modifier | modifier le code]