Ruffian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ruffian
Image illustrative de l'article Ruffian

Père Reviewer
Mère Shenanigans
Père de mère Native Dancer
Sexe Pouliche
Naissance 17 avril 1972
Pays de naissance Drapeau des États-Unis États-Unis
Mort 7 juillet 1975
Pays d'entraînement Drapeau des États-Unis États-Unis
Éleveur Stuart & Barbara Janney
Propriétaire Stuart & Barbara Janney
Entraîneur Frank Y. Whiteley Jr.
Jockey Jacinto Vazquez
Nombre de courses 11
Nombre de victoires 10
Gains en courses $ 313 428
Distinction Meilleure pouliche de l'année aux États-Unis (1975)
Principales victoires Spinaway Stakes
Sorority Stakes
Acorn Stakes
Mother Goose Stakes
Coaching Club American Oaks

Ruffian (1972-1975) est un cheval de course américain. Phénomène sur les pistes, sa mort tragique en course suscita une vive émotion.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

Née à Claiborne Farm dans le Kentucky, Ruffian a été élevée par Stuart S. Janney Jr. et Barbara Phipps Janney puis confiée à l'entraîneur Frank Y. Whiteley Jr. et au jockey panaméen Jacinto Vazquez. Dès ses débuts, cette pouliche au physique hors normes, mesurant 165 cm au garrot, laissa une impression exceptionnelle : elle remporta son maiden à Belmont Park, le 22 mai 1974, de 15 longueurs, record de la piste à la clé, de la même manière qu'elle allait remporter toutes ses courses par la suite, tête et corde, sans attendre ses adversaires, incapables de toute façon de suivre son rythme. Bis repetita dans sa deuxième course, les Fashion Stakes, encore à Belmont Park et encore sur 1100 mètres : une victoire par 7 longueurs, et un chrono quasiment identique. Fin juillet, Ruffian se mesure pour la première fois à l'élite dans les Sorority Stakes, un groupe 1, notamment face à Hot'n Nasty, une pouliche réputée. Elle devance celle-ci de 2 12 longueurs, reléguant la troisième à 22 longueurs. Mais pour la première et dernière fois de sa carrière, la pouliche a dû être sollicitée à la cravache par son jockey : il s'avéra qu'elle était légèrement malade, toussant au lendemain de la course. Après une hésitation, Whiteley confirma son engagement dans les Spinaway Stakes, un autre groupe 1 disputé à Saratoga Springs. Nouvelle démonstration : victoire par 12 34 longueurs, dans un temps exceptionnel, 1'08"60 sur 1200 mètres. Mais le lendemain, nouvelle alerte, cette fois la pouliche semble souffrir d'une jambe, et un examen vétérinaire diagnostique une fêlure. Jacinto Vazquez confirmera par la suite que l'incident s'était produit pendant la course. Cette blessure laisse Ruffian sur le carreau pour le reste de la saison, mais ses cinq brillantes victoires lui assurent le titre de Meilleure pouliche de 2 ans aux États-Unis.

En 1975, Ruffian fait son retour par une victoire facile dans une petite course, puis une autre dans les Comely Stakes, une nouvelle fois en signant le record du parcours. Ruffian a 3 ans, et son style dévastateur n'est en rien élimé. Elle s'attaque à la triple couronne new-yorkaise des pouliches, constituée des Acorn Stakes, des Mother Goose Stakes et des Coaching Club American Oaks. À chaque fois, c'est une démonstration : victoire par 8 12 longueurs et record (1'34"40 sur le mile) dans les Acorn Stakes[1] ; victoire par 13 12 longueurs et record dans les Mother Goose Stakes[2] ; victoire par 2 34 longueurs et record dans les American Oaks (2'27"80 sur 2400 mètres)[3]. 10 courses, 10 victoires, sur des distances allant de 1100 m à 2400 m, avec une marge moyenne de 8 longueurs sur ses adversaires ; huit "stakes" et autant de records battus : ce dragster surpuissant semble venir d'une autre planète. Mais celle dont Lucien Laurin, l'entraineur du légendaire Secretariat, déclara à la presse qu'elle était "peut-être meilleure que Secretariat"[4], doit encore tout affronter les mâles.

Et ce sera un mâle, un seul, Foolish Pleasure, dans une créée à Belmont Park. L'idée avait été d'inviter les gagnants des épreuves de la Triple Couronne à se mesurer à Ruffian. Mais de Master Derby (Preakness Stakes), Avatar (Belmont Stakes) et Foolish Pleasure, seul ce dernier, lauréat du Kentucky Derby , releva le défi[5]. C'est donc à un mano à mano qu'assistent 50 000 spectateurs et 20 millions de téléspectateurs, ce 6 juillet 1975. Ruffian, sous la selle de Jacinto Vazquez (qui avait monté Foolish Pleasure dans le Derby, mais décide cette fois de s'associer à la pouliche, le poulain étant monté par son compatriote Braulio Baeza) s'élance et prend l'avantage comme à son habitude. Mais au bout de 600 mètres, elle mais se relève brutalement : les deux os sésamoïde de son antérieur droit viennent de se briser[6]. Jacinto Vasquez a toutes les peines du monde à stopper sa pouliche, ce qui aggrave encore sa blessure. Ruffian est envoyée à un hôpital vétérinaire pour y être aussitôt opérée durant trois heures. Mais la pouliche connait un réveil très agité et brise son plâtre[7], anéantissant le travail des chirurgiens. Le 7 juillet, l'équipe médicale n'a d'autre choix que de l'euthanasier. Ainsi mourut celle qui fut élue, à titre posthume, meilleure pouliche de 3 ans, le titre de cheval de l'année revenant à l'insubmersible Forego.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Astoria Stakes (1974)
  • Spinaway Stakes (Gr.1, 1974)
  • Sorority Stakes (Gr.1, 1974)
  • Acorn Stakes (Gr.1, 1975)
  • Mother Goose Stakes (Gr.1, 1975)
  • Coaching Club American Oaks (Gr.1, 1975)

Tableau de bord[modifier | modifier le code]

  • 11 courses, 10 victoires
  • Gains : $ 313 428

Postérité[modifier | modifier le code]

Ruffian, fut enterrée sur l'hippodrome de Belmont Park, le bout de son nez dirigé vers la ligne d'arrivée[4]. Sa mort suscita une vive réaction du public et créa une polémique sur la santé des pur-sang. Elle permit certains progrès dans le domaine vétérinaire, notamment le traitement post-opératoire. Pour éviter aux chevaux de briser leur plâtre, comme le fit Ruffian et comme ils le font spontanément, la "recovery pool" a été inventée, qui permet à l'équidé de se réveiller après l'anesthésie suspendu dans une piscine d'eau chaude[8]. Par ailleurs, certaines pratiques d'élevage fut remises en question. Le père comme la mère de Ruffian avaient des membres fragiles, et tous deux moururent de blessures aux jambes[9]. L'omniprésence de Native Dancer, le père de mère de Ruffian, soupçonné de transmettre sa fragilité osseuse, fut également relevé. En 2008, la mort d'une autre championne, Eight Belles, relança le débat : celle-ci était inbred 6x5x5x6 sur Native Dancer, c'est-à-dire que l'étalon revenait quatre fois dans son pedigree, notamment via son fils Raise A Native, présent deux fois et lui aussi fragile des jambes.

Ruffian est très connue aux États-Unis, où le centre vétérinaire de Belmont Park porte son nom. De nombreux livres lui ont été consacrés (Ruffian, Burning from the Start ; Ruffian, A Racetrack Romance ; Ruffian: Horse Racing's Black Beauty ; ou le recueil de la poétesse Lyn Lifshin, The Licorice Daughter, My Year with Ruffian) et un téléfilm, Ruffian, réalisé en 2007 par Yves Simoneau avec Sam Shepard, retrace son histoire. À l'été 1975, Joan Baez lui rendit hommage en lui dédiant son interprétation de la chanson traditionnelle "Stewball".

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Ruffian
Père
Reviewer
Bold Ruler Nasrullah Nearco
Mumtaz Begum
Miss Disco Discovery
Outdone
Broadway Hasty Road Roman
Traffic Court
Flitabout Challedon
Bird Flower
Mère
Shenanigans
Native Dancer Polynesian Unbreakable
Black Polly
Geisha Discovery
Miyako
Bold Irish Fighting Fox Sir Gallahad
Marguerite
Erin Transmute
Rosie O'Grady

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ocala Star-Banner - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 28 octobre 2016)
  2. « Ocala Star-Banner - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 28 octobre 2016)
  3. « The Spokesman-Review - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 28 octobre 2016)
  4. a et b « Ten great racehorses who truly transcended the sport », sur Thoroughbred Racing Commentary (consulté le 28 octobre 2016)
  5. « Thoroughbred Champions -- Championing the Horse & the Sport »,‎ (consulté le 28 octobre 2016)
  6. « Gadsden Times - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 28 octobre 2016)
  7. (en) Jane Schwartz, Ruffian: Burning From the Start, New York, Ballantine Books, (ISBN 0-345-38602-7)
  8. « Post Surgery Horse Recovery Pool Systems - HydroHorse », sur www.horsetreadmills.com (consulté le 28 octobre 2016)
  9. « Thoroughbred Champions -- Championing the Horse & the Sport »,‎ (consulté le 28 octobre 2016)