Rue du Chat-qui-Pêche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Rue du Chat qui Danse.
5e arrt
Rue du Chat-qui-Pêche
Vue à partir quai Saint-Michel.
Vue à partir quai Saint-Michel.
Situation
Arrondissement 5e
Quartier Sorbonne
Début 9, quai Saint-Michel
Fin 12, rue de la Huchette
Morphologie
Longueur 29 m
Largeur 1,80 (maximum) m
Historique
Création 1540
Ancien nom Ruelle des Étuves
rue du Renard
rue des Bouticles
Géocodification
Ville de Paris 1926
DGI 1935

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Chat-qui-Pêche
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Chat-qui-Pêche est une voie située dans le quartier de la Sorbonne du 5e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Avec une largeur maximale de 1,80 mètre, elle est parfois présentée comme la rue la plus étroite de la capitale. Ce titre est toutefois en compétition avec le sentier des Merisiers (large de 90 cm) dans le 12e arrondissement. Elle part du no 9, quai Saint-Michel et se termine à hauteur du no 12 de la rue de la Huchette, pour une longueur de 29 mètres.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom à l’enseigne d’un ancien commerce qui s’y trouvait[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La rue du Chat-qui-Pêche vers 1868 ; photo de Charles Marville.

La rue du Chat-qui-Pêche a été ouverte en 1540. Elle débouchait alors directement sur le lit de la Seine. D'abord « rue des Étuves », ou « ruelle des Étuves[2],[1] », puis « rue du Renard » (à distinguer donc de l'actuelle rue du Renard située de l'autre côté de la Seine), ou encore « rue des Bouticles[3] », elle reçut ensuite son nom actuel.

« Aller voir pêcher les chats,
Se laisser persuader facilement.
À ce proverbe se rapportait une vieille enseigne, qui a donné le nom de rue du Chat qui pêche à une rue de Paris. Cette rue, aujourd'hui fermée par une barrière, aboutissait d'un côté à la rue de la Huchette, et se dirigeait de l'autre vers la rivière[4]. »

— Pierre de La Mésangère, Dictionnaire des proverbes français, 1823.

En 1832, une grille en fermait les deux extrémités[1].

Elle a donné son nom au récit La Rue du Chat-qui-Pêche de Jolán Földes, auteure hongroise ayant habité cette rue dans les années 1930. Son titre original est la traduction littérale en hongrois du nom de la rue : A halászó macska utcája[5].

Dans El Botanico, poème de l'auteur argentin Juan Gelman (1930-2014), la rue du Chat-qui-pêche est nommée deux fois, comme le lieu qu'évoque à l'imagination du botaniste français Aimé Bonpland (1773-1858) ses amours imaginaires avec l’Indienne Nunu, aux bouches de l'Orénoque. Ce poème est connu en France par l'intermédiaire de sa mise en musique par Juan Cedron (Cuarteto Cedron, Chansons d'amour d’Occitanie et autres histoires, Polydor, 1975).

Orthotypographie[modifier | modifier le code]

Les codes typographiques indiquent que les noms, adjectifs et verbes réunis par des traits d'union dans les noms de rue prennent la majuscule. Le cas de la rue du Chat-qui-Pêche est souvent pris en exemple dans les ouvrages typographiques[6].

Mais les formes verbales sont rares dans les noms de rue, et Charles Gouriou indique pour sa part la graphie « rue du Chat-qui-pêche[7] ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La rue du Chat-qui-Pêche est accessible par la ligne (M)(4) à la station Saint-Michel, ainsi que par les lignes de bus RATP 68 70 96.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments par Félix Lazare… et Louis Lazare… 1844-1849, p. 131.
  2. Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris : contenant les noms anciens et nouveaux des rues, ruelles, culs-de-sac, passages, places, quais, ports, ponts, avenues, boulevards, etc., et la désignation des arrondissemens dans lesquels ils sont situés ; accompagné d'un plan de Paris, 1812, p. 100 lire (consulté le 23 décembre 2009).
  3. Du mot grec apotheke, devenu apotheca en latin puis botica en provençal. Ce mot a été repris en vieux français sous les formes « boticle » puis « bouticle » et est devenu « boutique » en français moderne.
  4. Pierre de La Mésangère, Dictionnaire des proverbes français, 1823, p. 143.
  5. Jolán Földes (trad. Denise Van Moppès), La Rue du Chat-qui-Pêche, éd. Albin Michel, 1936 et 1937.
  6. Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, , 196 p. (ISBN 2-11-081075-0), chap. s. v. Rues (noms de), p. 156.
  7. Charles Gouriou, Mémento typographique, Paris, éd. Cercle de la Librairie, , 121 p. (ISBN 2-7654-0447-X), chap. § 105, p. 41.