Rue du Château-des-Rentiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

13e arrt
Rue du Château-des-Rentiers
Image illustrative de l’article Rue du Château-des-Rentiers
Situation
Arrondissement 13e
Quartier Gare
Début 52, boulevard Masséna
Fin 171, boulevard Vincent-Auriol, ex boulevard de la Gare
Morphologie
Longueur 1 415 m
Largeur 15 m
Historique
Création Arrêté du (classement dans la voirie de la commune d’Ivry)
Dénomination Décret du (classement dans la voirie parisienne)
Ancien nom Vieux chemin d’Ivry
Géocodification
Ville de Paris 1911
DGI 1918

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue du Château-des-Rentiers
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue du Château-des-Rentiers est une voie située dans le quartier de la Gare du 13e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle tient son nom d'un lieu-dit de la commune d'Ivry-sur-Seine, situé autrefois au confluent des actuelles rue de la Porte-d'Ivry et avenue Maurice-Thorez, à Ivry [1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le numéro 204 de la rue en 1925 (photo Eugène Atget).

Cette voie est une ancienne rue de la commune d'Ivry-sur-Seine, présente à l'état de chemin sur les plans d'Albert Jouvin de Rochefort (1672) et de Roussel (1730). Elle sera rattachée au territoire de la ville de Paris le 1er janvier 1860, par la loi de juin 1859.

À partir d'août 1827, l'état civil d'Ivry mentionne des naissances « au Château des rentiers de cette commune », parfois précisé « route d'Ivry » ou « vieux chemin de Paris ». Ce lieu-dit avait probablement pour origine le sobriquet donné aux deux grandes maisons de rapport de François Aublé dont chacune donnait sur une des deux voies en question tracées au milieu des champs.

Le 29 juin 1836, la municipalité d'Ivry reçoit un « Devis estimatif des travaux de Terrasse et de Pavage, à exécuter dans la rue du Château des Rentiers, ou dit du Vieux Chemin de Paris, pour l'assainissement et la viabilité de ladite rue, depuis le pavé actuel de la route départementale d'Ivry à Paris jusqu'aux dernières maisons près le vieux chemin de Paris » (Arch. Ivry, cote 10 5-8). D'autres actes suivront. Entre 1841 et 1844, l'enceinte fortifiée de Thiers tranche en deux le Vieux chemin (la route militaire deviendra plus tard le boulevard Masséna).

Le maire d'Ivry aura à se plaindre de la coupure du « chemin vicinal Vieux d'Ivry » et de la suppression de « cette partie de la commune, connue sous le nom de Petit Ivry ou rue du Château des Rentiers » (Arch. Ivry, 2 H2). Lors de l'annexion de 1860, le nom de « rue du Château-des-Rentiers » sera alors attribué officiellement à la partie nord du « vieux chemin ».

On évoque souvent comme origine du nom une « luxueuse propriété de Mme Vieillard » (veuve d'Olivier Vieillard, qui l'avait acquise en 1779 du duc de Grammont de Caderousse). Mais cette propriété (le château) se trouvait dans le centre d'Ivry, et les héritiers Vieillard la revendirent en 1800. Cette origine n'est donc pas à retenir.

Une proposition d'explication de l'origine du nom figure dans un article du Journal des débats politiques et littéraires du 26 août 1823 qui relate une audience à la cour d'assises de Paris. C'est le propriétaire du château (au moment des faits, M. Mezeaux, entrepreneur de bâtiments) qui lui aurait attribué son nom en raison de sa destination : un lieu d'habitation au calme pour des personnes à revenu modeste[2].

Ce lieu-dit disparut en grande partie dans le creusement du périphérique. La place du Docteur-Yersin en est le vestige actuel.

À l'angle avec le boulevard Vincent-Auriol, le square de la Raffinerie-Say est à l'emplacement de l'ancienne usine Say qui était vers 1900 la plus importante raffinerie de sucre de canne du monde. Cette usine qui fonctionna de 1832 à 1968 était également avant 1914 la plus importante entreprise de l'arrondissement[3]

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rue du Château-des-Rentiers… Quel château ?… Quels rentiers ?, A. Demouzon, 2016. Consultable aux Archives municipales d'Ivry-sur-Seine.
  2. [1], « Cour d’assises de Paris. Accusation de tentative d’assassinat ». Journal des débats politiques et littéraires, 26 août 1823, p. 2.
  3. Gilles-Antoine Langlois, 13e arrondissement. Une ville dans Paris, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, , 254 p. (ISBN 2905118474), p. 171.
  4. Bernard Marrey « Copie archivée » (version du 1 février 2014 sur l'Internet Archive), La Mosaïque dans l'architecture à Paris aux XIXe et XXe siècles.
  5. « Plaque en hommage à Charles Dehant et Marcel Martel », museedelaresistanceenligne.org.