Rue du Bœuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rue du Bœuf
Image illustrative de l'article Rue du Bœuf
Façades de la rue du Bœuf
Situation
Coordonnées 45° 45′ 45″ nord, 4° 49′ 37″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Saint-Jean (5e arr.)
Tenant Place du Petit-Collège
Aboutissant Montée du Chemin-Neuf
Morphologie
Type Rue
Longueur 188 m
Largeur 4,5 m
Histoire
Création 2e moitié IIIe siècle
XVIe-XVIIe siècles
Anciens noms Rue Tramassac
Monuments Statue du bœuf
Cour des Loges
Protection Site du patrimoine mondial (Vieux Lyon)

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Rue du Bœuf

La rue du Bœuf est une rue piétonne pavée du quartier du Vieux Lyon, dans le 5e arrondissement de Lyon. Représentative de l'architecture Renaissance du quartier, elle n'est bordée que de maisons anciennes, du XVIe ou du XVIIe siècle. La rue relie la rue de Gadagne qu'elle prolonge après la place du Petit-Collège et le croisement de la Montée du Chemin-Neuf, de la rue de la Bombarde et de la rue Tramassac qui la continue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Statue du bœuf, à l'angle de la rue et de la Place Neuve Saint-Jean

La rue du Bœuf, comme la rue Saint-Jean, a été tracée à la fin du IIIe siècle après que les habitants de Fourvière, la ville haute de Lugdunum, se sont vus privés de leur alimentation en eau et contraints de descendre vers la Saône pour bâtir peu à peu tout un quartier, où se trouve l'actuel Vieux Lyon.

Article détaillé : Le déclin de Lugdunum

La rue faisait anciennement partie de la rue Tramassac qu'elle prolonge et s'appelait la rue Port-du-Temple. C'est au XVIe siècle, que fut sculptée la statue de bœuf (nom actuel)[1], située dans la niche qui fait l’angle avec la place Neuve Saint Jean et Le vieux pont, qui était repérable immédiatement dans le paysage en raison des masures médiévales qui, outre les deux tours, le surmontaient au-dessus de l’Arc des Merveilles.  Les anciennes chroniques appelaient la première arche de ce pont (du côté de Saint-Nizier), l’Arc Merveilleux, en raison de l’antique fête des Merveilles, durant laquelle des bœufs ou des taureaux étaient projetés dans la Saône, puis récupérés par des mariniers qui les abattaient, à l’endroit même qui donna son nom à la rue Ecorche-Bœuf[1].

En 1650, la rue a été prolongée au nord à la rue de Gadagne, offrant une meilleure circulation dans le quartier, traçant ainsi une parallèle à la rue Saint-Jean.

Les maisons et sites remarquables[modifier | modifier le code]

  • Au no 6 : La cour des loges, vaste demeure de Claude de Beaumont ; (voir ci-dessous)
  • Au no 12 : maison de Pierre Bullioud, procureur général. Il y donna en 1589 un festin demeuré célèbre sous le nom de Festin des sept sages ;
  • Au no 14 : maison Croppet, famille de magistrats. En 1562, Jean Croppet cacha dans le puits de sa maison une partie du trésor de la cathédrale Saint-Jean pour éviter qu'elle ne soit pillée par le baron des Adrets pendant les guerres de religion ;
  • Au no 16 : la célèbre Tour rose construite sur les plans de l'architecte Sertio ; (voir ci-dessous)
  • Au no 19 : maison de L'outarde d'or, à l'origine, enseigne d'un volailler ;
  • Montée des Chazeaux : coupe la rue de bœuf vers la rue de la Bombarde, appelée autrefois tire-cul à cause de ses 228 marches. Elle tient son nom d'un monastère bénédictin dont la maison principale se trouvait à Chazeaux dans le département de la Loire.

Traboules[modifier | modifier le code]

La rue possède de très nombreuses traboules, toutes n'étant pas ouvertes au public. La plus remarquable et la plus longue du Vieux Lyon part du no 27. Elle permet de traverser quatre maisons pour rejoindre la rue Saint-Jean, au no 54.

La cour des Loges[modifier | modifier le code]

Situé au no 6, cet ensemble architectural composé de quatre bâtisses Renaissance (XVIe, XVIIe et XVIIe siècles) restaurées abrite aujourd'hui un hôtel cinq étoiles et un restaurant.

La Tour Rose[modifier | modifier le code]

Situé au no 22 et devant son nom à la traboule de la Tour Rose toute proche (no 16), cette bâtisse du XVIe siècle abrite aujourd'hui un hôtel quatre étoiles et un restaurant. Elle s'appelait à l'origine la maison du crible.

Dans la cour, la tour ronde possède un escalier à vis avec en face une terrasse et un jardin. Au fond, se trouve un puits à coquille près de la porte cloutée de l'institut des sciences clavologiques. À l'étage on trouve de belles fresques du XVIIe siècle.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par la station de métro Vieux Lyon - Cathédrale Saint-Jean.

  • Lignes de bus 29-30-31-44-184
  • Navette Presqu'île : N4 (Romain Rolland)
  • Stations Vélo'v : Saint-Jean (Cathédrale - Funiculaire) - Quai Romain Rolland (Ancien Palais de Justice) - Rue de la Baleine (Angle quai Romain Rolland)

Notes et références[modifier | modifier le code]