Rue des Ursins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e arrt
Rue des Ursins
Image illustrative de l’article Rue des Ursins
Rue des Ursins.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Notre-Dame
Début 2, rue des Chantres et quai aux Fleurs
Fin 1, rue de la Colombe
Morphologie
Longueur 113 m
Largeur m
Historique
Dénomination Arrêté du 24 janvier 1881
Ancien nom Rue Saint-Landry
Rue du port Saint-Landry
Grand'rue Saint-Landry-sur-l'Yaue
Rue Basse-du-Port-Saint-Landry
Via Inferior
Rue d'Enfer
Rue Basse-des-Ursins
Géocodification
Ville de Paris 9575
DGI 9531

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Ursins
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Ursins est une rue de l’île de la Cité, au centre de Paris, dans le 4e arrondissement.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1860, la rue débute 2, rue des Chantres et quai aux Fleurs pour se terminer 1, rue de la Colombe.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue était habitée autrefois par Jean Jouvenel des Ursins, prévôt des marchands de Paris, qui y avait son hôtel[1].

Historique[modifier | modifier le code]

De 1300 à 1321, la rue faisait partie du port Saint-Landry[2] et était appelée « rue Saint-Landry » et « rue du port Saint-Landry », étant donné qu'elle était à proximité de l'église Saint-Landry[1]. Elle s'est ensuite appelée via Inferior, « rue d'Enfer », car elle était très basse.

Au XVIe siècle, elle est nommée « rue Basse-du-Port-Saint-Landry[1] ».

Au Moyen Âge et à l'époque moderne, la rue reliait le port Saint-Landry à la rue de Glatigny[2].

Sur des plans du XVIIIe siècle (comme le plan de Turgot ou le plan de Junié), elle est appelée « rue d'Enfer » (déformation de via Inferior) à l'est de la rue du Chevet-Saint-Landry et « rue Basse-des-Ursins » (en référence à l'hôtel des Ursins) à l'ouest de cette rue jusqu'à la rue de Glatigny[3]. Elle passe alors au nord de l'église Saint-Landry où sont entreposées les reliques de saint Landry à partir du IXe siècle}[4].

En 1702, la « rue d'Enfer », qui fait partie du quartier de la Cité, possède 4 maisons et 1 lanterne et la « rue Basse-des-Ursins » 10 maisons et 1 lanterne[5].

En 1769, il est prévu d'ouvrir un quai à l'emplacement d'une partie de la rue. Le projet n'est pas réalisé, mais le 29 vendémiaire an XII (22 octobre 1803), un arrêté prescrit à nouveau l'ouverture de ce quai qui prend successivement le nom de « quai Napoléon », « de la Cité » et à nouveau « Napoléon » (actuellement quai de la Corse et quai aux Fleurs). La rue qui prend le nom de « rue Basse-des-Ursins » ne relie plus que la rue des Chantres à la rue du Chevet-Saint-Landry (rue d'Arcole après 1837)[6].

Lors de l'élargissement de la rue d'Arcole dans la seconde moitié des années 1830, la rue est rehaussée. La rue Basse-des-Ursins se finit alors en impasse contre un mur de soutènement[7].

Dans le cadre de la reconstruction de l'Hôtel-Dieu, la rue d'Arcole est reconstruite selon un nouvel axe[8]. La section finale au-delà de la rue de la Colombe est alors supprimée. Après la suppression de la rue Haute-des-Ursins et de la rue Moyenne-des-Ursins pour la construction de l'Hôtel-Dieu, le nom de la rue est simplifié en 1881 pour prendre sa forme actuelle[9].

Dans la première partie du XIXe siècle, cette rue commençait quai Napoléon du côté du pont de la Cité et finissait sur le même quai du côté du pont Notre-Dame[1],[2].

À cette époque, les numéros de la rue étaient rouges[1]. Le dernier numéro impair était le no 25. Il n'y avait aucun numéro pair, cette partie ayant été abattue pour la construction du quai Napoléon.

Lors de la crue de la Seine de 1910, la rue a été submergée par plus de 1,5 m d'eau.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le film Sous le ciel de Paris de Julien Duvivier, tourné en 1951, y situe l'instant décisif qui, au bout de la journée au cours de laquelle se déroule l'histoire, les destins individuels vont se croiser soudainement et se dénouer…[pas clair]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, Paris, 1812, p. 461-462.
  2. a b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 651 [lire en ligne].
  3. Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent dressé par J. Junié, ingénieur géographe de Monseigneur l’Archevêque et géomètre des Eaux et forêts de France en 1786, Service des Travaux historiques de la ville de Paris, 1904 [lire en ligne].
  4. Albert Lenoir et Adolphe Berty, Histoire topographique et archéologique de l'ancien Paris. Plan de restitution, feuille X, Paris, Martin et Fontet [lire en ligne].
  5. Jean de la Caille, Description de la ville de Paris.
  6. Félix et Louis Lazare, op. cit., p. 481-482.
  7. « Rue Basse-des-Ursins », vergue.com.
  8. Reconstruction de l'Hôtel-Dieu. Réduction du plan exposé à la mairie du 4e arrondissement, Paris, impr. de Fourmage [lire en ligne].
  9. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), , « Arrêté du 24 janvier 1881 », p. 454.
  10. « Jean Racine La Ferté-Milon et Paris », www.terresdecrivains.com.