Rue des Poulies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anc. 4e arrt
Rue des Poulies
(supprimée vers 1888)
Plan de la rue des Poulies et de la voirie avoisinante à la fin du XVIIIe siècle avec, en superposition, le tracé des rues actuelles
Plan de la rue des Poulies et de la voirie avoisinante à la fin du XVIIIe siècle avec, en superposition, le tracé des rues actuelles
Situation
Arrondissement Ancien 4e
Quartier Quartier Saint-Honoré
Début Rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois
puis Rue d'Angiviller
Fin Rue Saint-Honoré
Morphologie
Longueur 84 m
Largeur 10 m
Historique
Création avant 1205
Disparition vers 1888
Ancien nom Rue des Poulies
Rue Jehan d'Évront
Rue du Noyer
Rue de Nouier
Rue de Bourbon
Rue du Petit-Bourbon

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Poulies(supprimée vers 1888)
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Poulies est une ancienne voie publique de l'ancien 4e arrondissement de Paris, devenu 1er arrondissement. Cette rue a disparu lors du percement de la rue du Louvre.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses ont été émises sur l'origine de son nom :

  • Selon Sauval et Edgar Mareuse[1], le nom de la rue viendrait d'un jeu, le jeu dit des Poulies, jeu à la mode au début du Moyen Âge, qui était pratiqué à l'hôtel d'Alençon qui était encore en usage en 1343[2],[3] ;
  • selon l'historien Jaillot, la rue doit son nom à Edmond de Poulie qui y aurait possédé une grande maison avec un grand jardin dans cette rue, qu'il aurait vendu à Alphonse comte de Poitiers[2],[3] ;
  • Jacques Hillairet considère les hypothèses précédentes comme peu vraisemblables et préfère comme origine les poulies à draps qui servaient à effectuer le « ramage » des tissus[3].

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans l'ancien 4e arrondissement de Paris, quartier Saint-Honoré, cette voie commençait, en 1817, au no 2 rue d'Angiviller et se terminait aux nos 133-135 rue Saint-Honoré. Le côté impair situé entre la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois et la rue d'Angiviller ayant déjà été absorbé par la place d'Iéna et le côté pair ayant pris la numérotation et le nom de cette place[4].
Les numéros de la rue étaient noirs[5]. Le dernier numéro impair était le no 17 et le dernier numéro pair était le no 18.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue des Poulies est attestée par un contrat de vente de 1205[2],[3].

Cette voie est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme rue des Poulies.

Au XIVe siècle, la rue des poulies reliait la rue Saint-Honoré aux quais de la Seine. Cependant la partie méridionale de la rue, entre la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois et la Seine, a pris d'autres noms. Cette partie de la rue a été nommée en 1292 rue Jehan d'Évront et de 1341 à 1353 rue du Noyer ou rue de Nouier tirant ce nom l'enseigne d'une maison ; au XVe siècle cette partie de la rue devint la rue de Bourbon ou la rue du Petit-Bourbon, les jardins de l'hôtel de Bourbon donnant sur cette rue[6].

C'est dans cette rue qu'un certain Boulanger dit « Champ d'oiseau » (ou « Chantoiseau ») installe en 1765 une boutique qualifiée de « restaurat », et considérée comme le premier restaurant à prix fixe de Paris. On y servait des bouillons reconstituants d'un prix abordable. Denis Diderot y fait allusion dans sa correspondance[7],[3].

En 1770, les hôtels situés rue des Poulies et faisant face au Louvre sont détruits pour créer la place du Louvre, qui est ensuite agrandie en 1854 en détruisant des maisons sur le côté est de la rue des Poulies[8].

Une décision ministérielle du 17 frimaire an XI (8 décembre 1802), signée Chaptal, fixe la largeur de cette voie à 10 mètres.

Après le prolongement de la rue de Rivoli décidée en 1848[9], la rue des Poulies commence désormais au niveau des numéros 154 et 156 de la rue de Rivoli et se termine rue Saint-Honoré, au niveau des numéros 133 et 135, le dernier numéro impair de la rue étant le 17 et le dernier pair le 18. Sa longueur est alors de 84 m. Peu après, dans le cadre du projet urbain décidé par le baron Haussmann, cette rue disparaît lors du percement de la rue du Louvre.

Le photographe Charles Marville prit de nombreux clichés de cette rue que l'on retrouve entre autres dans son Album du Vieux-Paris (1865)[10].

L'hôtel de Vaucouleurs (aussi nommé hôtel de Créqui, ou de Cypières) se trouvait dans cette rue. En face de cet hôtel habitait le compositeur Jean-Baptiste Barrière.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillot de Paris : Le Dit des rues de Paris avec préface, notes et glossaire par Edgar Mareuse.
  2. a, b et c F. & L. Lazare (1844).
  3. a, b, c, d et e Baurit et Hillairet 1955, « Rue des Poulies », p. 250 et 251
  4. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 13e quartier « Saint-Honoré », îlot no 10, F/31/79/33, îlot no 11, F/31/79/34, îlot no 12, F/31/79/35, îlot no 13, F/31/79/36
  5. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris (1817)
  6. Baurit et Hillairet 1955, « Rue du Petit-Bourbon », p. 250
  7. cf. Patrice Gélinet, 2000 ans d'histoire gourmande, Perrin, 2008, p. 235-236 d'apr. Rebecca Spang, The Invention of the Restaurant: Paris and Modern Gastronomic Culture, Harvard Historical Studies, 2000.
  8. Baurit et Hillairet 1955, « Place du Louvre », p. 197
  9. Baurit et Hillairet 1955, « Rue de Rivoli », p. 212
  10. Marie de Thézy, Marville, Paris, Paris, Hazan, 1994, (ISBN 2-85025-374-X).