Rue des Hannetons (Strasbourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rue des Hannetons
Image illustrative de l’article Rue des Hannetons (Strasbourg)
Perspective en direction de la rue du Bouclier et de l'église réformée du Bouclier.
Situation
Coordonnées 48° 34′ 51″ nord, 7° 44′ 41″ est
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Grand Est
Ville Strasbourg
Début rue Salzmann
Fin rue du Bouclier

La rue des Hannetons (en alsacien : Maikäfergässel) est une voie de Strasbourg, rattachée administrativement au Quartier Gare - Kléber, qui va du no 3 de la rue Salzmann à la rue du Bouclier[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plaque bilingue, en français et en alsacien.

Au fil des siècles, les dénominations se sont succédé, en allemand ou en français : Bückinggesselin (1285), Zwerchgesselin, Querchgesselin (1310), Bückinsgesselin (1464), Bickinggesselin (1587), Maikäfergässlein (1673 et XVIIIe siècle), rue de la Guirlande (1794), Maykäfer-Gässlein (1817), Maikäfergässchen (1872, 1940), rue des Hannetons (1823, 1918, 1945[1]).

Adolphe Seyboth observe que jusqu'à l'apparition du thème des hannetons au milieu du XVIIe siècle, les appellations font le plus souvent référence à un type de hareng saur (Bücking[2]), mais il n'avance pas d'explication.

Des plaques de rues bilingues, à la fois en français et en alsacien, ont été mises en place par la municipalité à partir de 1995[3]. C'est le cas du Maikäfergässel.

Bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

no 1
Les signes lapidaires sur la porte Renaissance permettent de le dater du XVIe siècle, mais la face arrière de l'église réformée du Bouclier, qui donne sur la rue des Hannetons[4], a été construite à la fin du XVIIIe siècle[1].
no 4
Reconstruite au XVIIIe siècle[1] à l'angle du no 5 de la rue Salzmann, la maison a été habitée en 1789 par le pasteur Jean-Georges Stuber, puis en 1795 par l'écrivain autrichien Johann Rautenstrauch, auteur d'un poème à la gloire de Strasbourg, Das beglückte Straßburg[5]. En 1822 le facteur de pianos Philippe Nérée Jauch y a vécu également[6].
La bâtisse, dont l'entrée se trouve dans la rue des Hannetons, abrite désormais la villa Wilhelmitana, un foyer d'étudiants rattaché au Stift. La Wilhelmitana est une ancienne corporation d'étudiants en théologie protestante fondée en 1855. Elle tient son nom du couvent Saint-Guillaume, où se trouvait le Collegium Wilhelmitanum, détruit en 1860 par un incendie[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Maurice Moszberger (dir.), « Hannetons (rue des) », in Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Le Verger, Barr, 2012 (nouvelle éd. révisée), p. 79 (ISBN 9782845741393)
  2. Adolphe Seyboth, Strasbourg historique et pittoresque depuis son origine jusqu'en 1870, Imprimerie alsacienne, 1894, p. 463
  3. « L'alsacien a droit de rue à Strasbourg », Libération, 31 mars 1995, [lire en ligne]
  4. « 4, rue du Bouclier », Maisons de Strasbourg. Étude historique sur les maisons de Strasbourg entre le XVIe et le XXe siècle [1]
  5. Adolphe Seyboth, Strasbourg historique et pittoresque, op. cit., p. 463
  6. Dictionnaire des facteurs, luthiers, marchands de musique de l'est de la France [2]
  7. Bernard Wittmann, Une histoire de l'Alsace, autrement : E G'schicht zuem uewerläwe !, Morsbronn-les-Bains, Ed. Rhyn un Mosel, 2000, p. 219 (ISBN 9782951435902)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Moszberger (dir.), « Hannetons (rue des) », in Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, Le Verger, Barr, 2012 (nouvelle éd. révisée), p. 79 (ISBN 9782845741393)
  • (de) Adolphe Seyboth, « Maikäfergässchen. Rue des Hannetons », in Das alte Strassburg, vom 13. Jahrhundert bis zum Jahre 1870 ; geschichtliche Topographie nach den Urkunden und Chroniken, Strasbourg, 1890, p. 106-107

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]