Rue des Dervallières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rue des Dervallières
Situation
Coordonnées 47° 13′ 20″ nord, 1° 34′ 47″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Dervallières - Zola
Hauts-Pavés - Saint-Félix
Tenant Rue de la Bastille
Aboutissant Place Raymond-Poincaré
Morphologie
Type Rue

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue des Dervallières

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue des Dervallières

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue des Dervallières

La rue des Dervallières est une voie nantaise dans la limite des quartiers Dervallières - Zola et Hauts-Pavés - Saint-Félix.

Présentation[modifier | modifier le code]

La rue des Dervallières est une artère bitumée, ouverte à la circulation automobile, longue de près d'un 1 km, reliant la rue de la Bastille au niveau de la rue Octave-Feuillet, à la Place Raymond-Poincaré.

À la mi-parcours de son tracé, elle traverse la place Paul-Doumer, à l'ouest de laquelle elle longe le parc de Procé sur son côté nord et le val de Chézine sur une partie de son côté sud. Elle franchit également la Chézine sur cette section, via un pont.

Dénomination[modifier | modifier le code]

La rue porte le nom des terres de la seigneurie qu'elle traverse[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Françoise de Dinan, comtesse de Laval, cède, en 1494, sa maison de Derval (actuel hôtel de ville), ainsi que les terres et les seigneuries de Grillaud et des Dervallières. Les seigneurs de Derval y possèdent donc de vastes terrains.

En 1820, les terres de Grillaud et des Dervallières passent entre les mains de deux propriétaires différents : pour la première, la famille de la Brosse ; pour la seconde, un certain M. Chaillou, notaire à Nantes. Ce dernier y fit construire de nombreuses maisons avec jardin, dans un but spéculatif. L'affaire le conduisit à la ruine, d'où le nom qu'on a donné à ce lotissement au nord de la rue, les « Folies-Chaillou »[1].

Architecture et bâtiments remarquables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pied 1906, p. 89

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]