Rue de la Verrerie (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de la Verrerie.

4e arrt
Rue de la Verrerie
Image illustrative de l’article Rue de la Verrerie (Paris)
Partie occidentale de la rue.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Merri
Saint-Gervais
Début 13, rue du Bourg-Tibourg
Fin 26, rue Saint-Martin
Morphologie
Longueur 452 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination XIIe siècle
Ancien nom Rue de la Verrerie
rue Saint-Merri
rue de la Voirerie
rue de la Varerie
rue de la Voirie
Géocodification
Ville de Paris 9727
DGI 9704

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Verrerie
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Verrerie est une voie, ancienne, située dans les quartiers Saint-Merri et Saint-Gervais du 4e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de la Verrerie, d'une longueur de 452 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartiers Saint-Gervais et Saint-Merri, et commence au 13, rue du Bourg-Tibourg et finit au 26, rue Saint-Martin.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle tire son nom d'une verrerie qui existait en 1185 dans cette rue[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Vue de la rue en 1981.

On croit[Qui ?] qu'un certain Guy, le Verrier, ou le Vitrier, possédait, en 1185, un terrain dans cette rue. Elle existait sous son nom actuel dès le XIIe siècle, toutefois la partie de cette voie publique qui avoisine l'église Saint-Merri portait, en 1380, le nom de « rue Saint-Merri ».

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme « rue de la Verrerie ».

Elle porta par la suite plusieurs noms variés tels que « rue de la Voirerie », « rue de la Varerie », « rue de la Voirie », etc.

Une communauté d'émailleurs et peintres sur verre s'y installa, et Jacquemin Gringonneur y habitait sous le règne de Charles VI. Le XVIIe siècle remplaça l'usage de vitraux par celui du verre, et, peu à peu, cette communauté déclina par manque de travail.

Deux arrêts du conseil des et , ordonnèrent l'élargissement de cette voie publique :

« Sa Majesté désirant procurer la décoration de sa bonne ville de Paris, et la commodité pour le passage dans les rues d'icelle, principalement en celle “de la Verrie”, qui est le passage ordinaire pour aller de son chasteau du Louvre en celuy de Vincennes, et le chemin par lequel se font les entrées des ambassadeurs des princes étrangers. »

Une décision ministérielle du 18 vendémiaire an VI () signée Letourneux fixe la moindre largeur de cette voie publique à 10 mètres. Cette largeur est portée à 12 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du .

Au XIXe siècle, la rue de la Verrerie, d'une longueur de 452 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement commençait au 39, place du Marché-Saint-Jean et au 1, rue du Bourg-Tibourg et finissait au 64, rue des Arcis et 2, rue Saint-Martin. Les numéros impairs, de 1 à 41 et les numéros pairs, de 2 à 42 étaient du quartier du Marché-Saint-Jean[1]. Les numéros impairs, de 43 à la fin étaient du quartier des Arcis[2] et les numéros pairs, de 44 à la fin étaient du quartier Sainte-Avoye[3].

Début 2019, le maire du 4e arrondissement Ariel Weil annonce la transformation de la rue en « plateau piétonnier »[4].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Lieux, non localisés[modifier | modifier le code]

  • À l'enseigne de L'Image Notre-Dame , en 1676[6].
  • Louis Brumant maître tapissier, 29 mai 1724 [7]
  • Pierre Salival, maître tourneur en bois, 11 août 1732[8]
  • Jean Cuvillier, maître tourneur en bois Mariage de.. et de la veuve de Pierre Sauval maître tourneur en bois 5 septembre 1732[9]
  • Jacques Mercier, marchand tapissier. Déclaration de propriété de sa maison rue de la Verrerie 7 septembre 1747 [10]

Institutions publiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 27e quartier « Marché Saint-Jean », îlot no 6, F/31/85/07, îlot no 7, F/31/85/08, îlot no 8, F/31/85/09, îlot no 9, F/31/85/10, îlot no 10, F/31/85/11, îlot no 11, F/31/85/12.
  2. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 28e quartier « Arcis », îlot no 1, F/31/86/02, îlot no 2, F/31/86/03, îlot no 6, F/31/86/07.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 25e quartier « Sainte-Avoie », îlot no 1, F/31/86/16, îlot no 19, F/31/86/34, îlot no 20, F/31/86/35.
  4. Philippe Baverel, « Paris : la rue de la Verrerie se transforme en "plateau piétonnier" », leparisien.fr, 28 avril 2019.
  5. Étienne Pattou, 2010, Famille(s) Chevalier
  6. Archives nationales de France : du 21 août 1676,fol. 582, Notice n° 700. Joseph Michelin, marchand de la ville de Troyes, actuellement logé à Paris, aux Trois Serpettes, rue de la Mortellerie, paroisse Saint-Gervais : donation sous certaines conditions à Pierre Paillot, conseiller du Roi, contrôleur au grenier à tel dudit Troyes, y demeurant et logé actuellement à Paris, en la maison de l'Image Notre-Dame, rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean en Grêve, de portion d'une maison audit Troyes, rue du Temple, au coin de la rue de la Montée des Changes et de vignes et de terres
  7. Minutier Central, Archives nationales de France MC/ET/LXVIII/359; Quittance29, étude Pierre-Yves de Bougainville (1688-1756), notaire du 30/01/1720 au 16 décembre 1754, père du navigateur
  8. Minutier Central, Archives nationales de France MC/ET/LXVIII/386; Quittance29, étude Pierre-Yves de Bougainville (1688-1756), notaire. Inventaire après décès estimation des outils & marchandises par les m/es/ tourneurs anciens jurés : Charles Lecreux rue du mail paroisse Saint-Eustache et Louis Peurier rue Montmartre.11 août 1732
  9. Minutier Central, Archives nationales de France MC/ET/LXVIII/387; , étude Pierre-Yves de Bougainville (1688-1756), notaire
  10. Minutier Central, Archives nationales de France MC/ET/LXVIII/435, étude Bougainville
  11. « Histoire de la Cour nationale du droit d'asile », sur www.cnda.fr.
  12. François Sureau, Le Chemin des morts.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]