Rue de la Manutention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

16e arrt
Rue de la Manutention
Image illustrative de l’article Rue de la Manutention
Rue de la Manutention vue de l’avenue de New-York.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Chaillot
Début 24, avenue de New-York
Fin 15, avenue du Président-Wilson
Morphologie
Longueur 145 m
Largeur 12 m
Historique
Création 2 octobre 1866
Dénomination 26 février 1867
Ancien nom Rue Basse-Saint-Pierre
Rue de la Manutention
Rue Gabriel-d’Annunzio
Géocodification
Ville de Paris 5910
DGI 5983
Géolocalisation sur la carte : 16e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 16e arrondissement de Paris)
Rue de la Manutention
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Manutention
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Manutention est une voie du quartier de Chaillot du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La passerelle Debilly qui traverse la Seine est située à peu près dans l’axe de la rue de la Manutention.

Extrémité nord de la rue de la Manutention ; escalier permettant de gagner l'avenue du Président-Wilson (août 2011).

La rue de la Manutention est une voie publique située dans le quartier de Chaillot du 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 24, avenue de New-York et se termine au 15, avenue du Président-Wilson. Elle présente la particularité de se terminer, à partir de la rue Fresnel, par un escalier montant vers l’avenue du Président-Wilson.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom parce qu’elle longeait les bâtiments de la Manutention militaire[1]. La Manutention militaire disparut lors de la construction du palais de Tokyo.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue est en bordure du site de l'ancienne manufacture de tapis de la Savonnerie ainsi nommée parce qu'elle s'était installée en 1627 dans un orphelinat dont les pensionnaires fabriquaient du savon. La manufacture fut transférée en 1826 dans l'enceinte de la manufacture des Gobelins et le site fut utilisé par la Manutention militaire ou dépôt des vivres militaires dans des bâtiments reconstruits en 1836. Ces bâtiments incendiés en 1855 et pendant la Grande guerre furent reconstruits à deux reprises[2]. La manutention fut remplacée en 1936 par le Palais de Tokyo.

Cette voie a été ouverte sous le nom de « rue Basse-Saint-Pierre » à la suite d’une convention en date du intervenue entre l’État et la Ville de Paris pour former les abords de la Manutention[1]. Cette création a supprimé l'ancienne rue Basse-Saint-Pierre ou rue Basse-de-Chaillot qui avait porté le nom de rue Saint-Pierre.

Cette régularisation d'une rue sinueuse s'inscrit dans le cadre des travaux haussmanniens des années 1860 d'ouverture de larges voies à proximité, avenue d'Iéna et avenue du Trocadéro actuelle avenue du Président-Wilson.

Elle prend sa dénomination actuelle par arrêté du .

Du côté opposé à la Manutention, la rue était située le long de l'usine de la Société Ch.Derosne et Cail ensuite société Cail qui s'étendait jusqu'au quai Debilly. Cette usine qui construisait du matériel pour les sucreries, des machines-outils puis, à partir de 1844, des locomotives, dont les célèbres Crampton, était la plus importante entreprise industrielle de Paris, employant 1500 ouvriers dans les années 1850.

L'usine fut détruite par un incendie en 1865 et les ateliers transférés à l'usine de Grenelle. L'usine de Chaillot ne fut pas reconstruite et les rues Fresnel et Foucault furent tracées en 1877 sur le lotissement du terrain des installations abandonnées[3],[4].

Un arrêté du a attribué le nom de « rue Gabriel-d’Annunzio » à la rue de la Manutention en l’honneur de Gabriele D’Annunzio, écrivain italien et héros de la Première Guerre mondiale, né en 1863 et mort le . Une note du préfet de la Seine en date du a décidé de ne pas en poursuivre l'exécution[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Jardin des habitants, créé en 2002.
  • En 2002, le palais de Tokyo propose à l’artiste Robert Milin d’aménager un espace abandonné le long du musée. Un Jardin des habitants voit alors le jour.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Rue de la Manutention », site de la mairie de Paris, www.v2asp.paris.fr (consulté le 17 octobre 2012).
  2. Marie-Laure Crosnier Leconte, Le promeneur du 16è arrondissement, Parigramme, , 275 p. (ISBN 2 84096 036 2), p. 118
  3. « Les établissements Cail de Chaillot », sur mapage.noos.fr/hubert.demory (consulté le 27 septembre 2018)
  4. Hubert Demory, Auteuil et Passy de l'annexion à la Grande Guerre, , 288 p. (ISBN 978-2-296-09870-1), p. 50

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]