Rue de la Folie-Méricourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

11e arrt
Rue de la Folie-Méricourt
Image illustrative de l’article Rue de la Folie-Méricourt
Rue de la Folie-Méricourt vue depuis son début
à l'est, rue du Faubourg-du-Temple (mars 2013).
Situation
Arrondissement 11e
Quartier Folie-Méricourt
Saint-Ambroise
Début 71, boulevard Voltaire et 1, rue Saint-Ambroise
Fin 2, rue de la Fontaine-au-Roi et 30, rue du Faubourg-du-Temple
Morphologie
Longueur 990 m
Largeur 10 m
Historique
Création Avant 1652 (en partie)
Dénomination 2 avril 1868
Ancien nom Rue Popincourt
Rue du Bas-Pincourt
Rue Pincourt
Rue de la Folie-Marcaut
Rue de la Folie-Mauricaut
Rue de la Folie-Mauricaute
Rue de la Folie-Mauricourt
Rue de la Folie-Moricourt
Géocodification
Ville de Paris 3716
DGI 3700
Géolocalisation sur la carte : 11e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 11e arrondissement de Paris)
Rue de la Folie-Méricourt
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Folie-Méricourt
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Folie-Méricourt est une voie du 11e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La rue porte le nom d'un propriétaire appelé « Marcaut », devenu « Moricaud », puis « Méricourt », qui y possédait une folie — c'est-à-dire une maison de campagne[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie indiquée sur le plan de Gomboust, de 1652, est l'ancienne rue principale du hameau de Popincourt.

La rue, qui était le prolongement de la rue Carême-Prenant, s'arrêtait jadis à la rue de Ménilmontant (partie devenue rue Oberkampf) au-delà de laquelle elle se continuait jusqu'à la rue du Faubourg-Saint-Antoine sous le nom de rue Popincourt, rue Bas-Froid et rue Saint-Bernard.

Par arrêté du , elle prend la dénomination de rue de la Folie-Méricourt par réunion de :

  • un tronçon de la rue Popincourt, entre la rue Saint-Ambroise et la rue Oberkampf, qui s'est appelée rue du Bas-Pincourt puis rue Pincourt.
  • de la rue de la Folie-Marcaut de la rue Oberkampf à la rue du Faubourg-du-Temple, qui s'est appelée rue de la Folie-Mauricaut, rue de la Folie-Mauricaute, rue de la Folie-Mauricourt, rue de la Folie-Moricourt et rue de la Folie-Méricourt.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No  22 : le portail passé, un corridor enchaîne une succession de cours, chacune reliée à l'autre par une arcade traversant un immeuble. Il s'agit de l'ancien hôpital de Nicolas de Blégny. En 1689, Nicolas de Blégny (1652-1722), chirurgien, apothicaire et chimiste, ouvre dans cette rue une clinique où il soigne les tumeurs, la goutte et l'asthme. Un jardin médicinal lui fournit les plantes destinées à la fabrication de ses remèdes. Auteur de nombreux ouvrages sur les vertus thérapeutiques du thé, du café et du chocolat, il publie en 1692, sous le pseudonyme d'« Abraham du Pradel », Le Livre commode des adresses de Paris, mine de renseignements sur la vie quotidienne au XVIIe siècle[1]. Au sol, la longue voie pavée est aménagée avec des dalles qui ont été apposées pour amortir les cahots des charrettes amenant les malades. L'ensemble possède un charme certain.
  • No  32 : à partir de 1979, siège des Éditions du Triangle Rose, qui gérait le magazine Le Gai Pied.
  • No  96 : Plaque en mémoire du résistant Charles Wolmark fusillé par les Nazis le 30 juillet 1944.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Pierre Gripari a publié en 1983 un recueil de contes intitulé : Les Contes de la Folie Méricourt. En voici le préambule :

« La sorcière de la rue Mouffetard, bien connue des lecteurs des Contes de la rue Broca, décida un beau jour de changer de quartier. Elle s'installa donc sur la rive droite de la Seine, rue de la Folie-Méricourt (elle l'avait choisie à cause de son nom) et se crut désormais bien tranquille. Mais les petits enfants de son nouveau quartier ne tardèrent pas à la détecter, à la dépister, à la chahuter, à exiger enfin qu'elle leur écrive un second recueil de contes. La sorcière s'est assise à sa table, elle a poussé un gros soupir, elle a rassemblé ses souvenirs, puis elle s'est mise à la tâche et… voilà le résultat ! »

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Plaque d'information Philippe Starck de la mairie de Paris située à hauteur du no 22.
  2. Quartier Saint-Ambroise.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]