Rue de l'Union (Nantes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de l'Union.

Rue de l'Union
Situation
Coordonnées 47° 12′ 57″ nord, 1° 33′ 03″ ouest
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Ville Nantes
Quartier(s) Centre-ville
Commençant Rue des États
Aboutissant Rue de Strasbourg
Morphologie
Type Rue
Histoire
Création Moyen Âge
Anciens noms Rue des Bonnes-Sœurs
Monuments Château des ducs de Bretagne

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Rue de l'Union

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue de l'Union

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Rue de l'Union

La rue de l'Union est une voie qui débouche sur le château des ducs de Bretagne, dans le centre-ville de Nantes, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de l'Union, qui relie la rue des États, devant le château, à la rue de Strasbourg. Elle est bitumée, ouverte à la circulation automobile, et ne rencontre aucune autre voie.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Selon Édouard Pied, le nom de la rue pourrait rappeler le traité d'union de la Bretagne à la France, ou encore de la Ligue, également appelée « Sainte-Union »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le couvent des Jacobins est installé en 1228, à l'origine dans les bâtiments de l'« ancienne monnaie », à l'est de la place du Bouffay. Le couvent et son église sont détruits par un incendie en 1410. Une nouvelle église est achevée en 1413, et est dotée d'une façade à l'est qui n'est achevée qu'en 1688.

Après avoir été appelée « rue des Bonnes-Sœurs », elle prend le nom de « rue de l'Union », et longe par l'église sur l'intégralité de son côté sud[2].

Le , la poudrière située dans la « tour des Espagnols » du château des ducs explose. La rue de l'Union, est l'une des voies touchées, six maisons y sont endommagées[3].

Le couvent est démantelé au cours du XIXe siècle. Lors de la Révolution, les religieux sont expulsés. L'église, utilisée à d'autres fins puis désaffectée, est coupée en deux pour permettre le percement de la rue de Strasbourg en 1868[4], qui sépare également la rue de l'Union en deux ; seule la partie est conservera ce nom, l'extrémité ouest étant rattachée à la rue de l'Emery.

Le bâtiment situé à l'angle nord formé avec la rue de Strasbourg est inauguré en mai 1869. Il abrite alors la Caisse d'épargne, dont les bureaux étaient précédemment installés rue du Moulin[1], dans un immeuble dressé au niveau de l'actuel « parking Decré/Bouffay », au sud de l'actuel site de l'École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pied 1906, p. 304-305.
  2. de Berranger 1975, p. 147.
  3. Jean-Charles Renoul, Explosion de la poudrière au château de Nantes, Nantes, Mme veuve Mellinet, (notice BnF no FRBNF31199344, lire en ligne).
  4. de Berranger 1975, p. 148.
  5. Plan de Nantes, Louis Amouroux, 1849, archives municipales de Nantes, cote 1Fi32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :