Rue de l'Amiral-Mouchez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

13e, 14e arrts
Rue de l'Amiral-Mouchez
Image illustrative de l’article Rue de l'Amiral-Mouchez
La rue de l'Amiral-Mouchez, vue vers le nord depuis le carrefour avec la rue Lemaignan.
Situation
Arrondissements 13e
14e
Quartiers Maison-Blanche
Parc-de-Montsouris
Début Place Coluche
Fin 108, boulevard Kellermann et 2, boulevard Jourdan
Morphologie
Longueur 810 m
Largeur 24 m
Historique
Création Début XVIIe siècle
Dénomination
Ancien nom Rue Payen
Rue de la Barrière
Rue de la Glacière (1863)
Géocodification
Ville de Paris 0285
DGI 0289
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de l'Amiral-Mouchez
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de l'Amiral-Mouchez est une voie des 13e et 14e arrondissements de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Elle est située respectivement dans le quartier de la Maison-Blanche (13e) pour ses numéros impairs et dans le quartier du Parc-de-Montsouris (14e) pour ses numéros pairs.

La rue de l'Amiral-Mouchez est desservie à proximité par la ligne de tramway (T)(3) et par les lignes de bus RATP 21 67 62.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ernest Mouchez, en 1883.

Cette rue rend hommage à l'amiral et astronome français Ernest Mouchez (1821-1892), qui fut le directeur de l'Observatoire de Paris auquel est rattaché l'observatoire du parc Montsouris voisin.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien chemin de la commune de Gentilly, connu depuis le début du XVIIe siècle sous le nom de « rue de la Barrière » puis de « rue Payen[1] », la voie est rattachée à la ville de Paris par le décret du sous le nom de « rue de la Glacière » qu'elle prolonge pour arriver à la porte de Gentilly et même dans cette dernière ville ou une rue portait aussi ce nom. La portion extrême de la rue de la Glacière située au-delà de la rue de Tolbiac prend son nom actuel en 1894.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, fac-similé de l'édition de 1844, p. 261.
  2. Annie Kriegel, « Le dossier de Trotski à la préfecture de Police de Paris », Cahiers du monde russe et soviétique, vol. 4, no 3, juillet-septembre 1963, p. 264-300.