Rue de Wattignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
12e arrt
Rue de Wattignies
La rue de Wattignies en direction de la rue de Charenton
La rue de Wattignies en direction de la rue de Charenton
Situation
Arrondissement 12e
Quartier Picpus
Début Rue de Charenton, 243
Fin Rue Claude-Decaen, 19 ; et avenue du Général-Michel-Bizot, 43
Morphologie
Longueur 700 m
Largeur 15 m
Historique
Création 1862
Dénomination Arrêté du 16 août 1879
Ancien(s) nom(s) Rue Marceau
Géocodification
Ville de Paris 9935
DGI 9952

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Wattignies
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

48° 50′ 09″ N 2° 23′ 45″ E / 48.835911, 2.395817 ()

La rue de Wattignies est une voie située dans le 12e arrondissement de Paris, en France.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue est ouverte en 1866[1]. La voie porte le nom de la bataille de Wattignies, remportée en 1793 par les troupes françaises contre les troupes autrichiennes. Elle porte ce nom depuis l’arrêté du 16 août 1879 et portait auparavant celui de rue Marceau.

Cette voie du 12e arrondissement a pu sembler par trop modeste aux yeux des fondateurs de la Troisième République pour célébrer François Séverin Marceau (1769-1796), général français de la Révolution : mais il existait une avenue Joséphine (portant le nom de Joséphine de Beauharnais), voie des 8e et 16e arrondissements débouchant sur la place de l’Étoile et son arc de triomphe, qui a reçu le nom d’avenue Marceau, toujours par arrêté du 16 août 1879.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

  • no 48 : adresse d’un ancien square Diémer portant le nom de Louis Diémer (1843-1919), fondateur de la Société des instruments anciens et auteur d’œuvres pour pianos et clavecins. Violette Nozière se cacha dans ce square le soir du crime[2] (en 1933).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p.671
  2. Véronique Chalmet, Violette Nozière, la fille aux poisons, chez Flammarion (2004) : page 175.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]