Rue de Paris (Lille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de Paris.
Rue de Paris
Image illustrative de l'article Rue de Paris (Lille)
La rue de Paris à la hauteur de l'église Saint-Maurice
Situation
Coordonnées 50° 38′ 00″ nord, 3° 04′ 04″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Ville Lille
Quartier(s) Lille-Centre
Tenant Place du Théâtre
Aboutissant Place Simon-Vollant
Morphologie
Type Rue
Longueur 900 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rue de Paris

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Rue de Paris

La rue de Paris est une voie publique urbaine de la commune de Lille, dans le département français du Nord. Il s'agit de l'une des rues les plus anciennes de la ville, dans le quartier de Lille-Centre ; elle permet de relier la place du Théâtre à la porte de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de Lille en 1580.
La première carte de Lille est celle de Deventer en 1560[1] ou de Guichardain en 1580[2]. La rue de Paris part de la grand-place au centre du plan vers la porte la plus en bas.

La rue de Paris est une voie ancienne de Lille qui emprunte le tracé de l'ancienne route de France, déjà mentionnée au XIe siècle[3]. Au XIIIe siècle, la rue joignait la Grand'Place au faubourg des malades et portait le nom de rue des malades. Jusqu'en 1858, c'est l'axe principal qui permet de rejoindre le centre à la commune de Moulins-Lille. Elle est alors un haut lieu du commerce du lin, des toiles et des sarraus[3].

Sur sa plus grande partie, la rue a été élargie dans l’entre-deux-guerres dans le quartier Saint-Maurice, dans les années 1960 dans le quartier Saint-Sauveur.

Les immeubles des numéros impairs de la place du Théâtre à la rue du Molinel détruits par les bombardements de la première guerre mondiale ont été reconstruits au cours des années 1920 dans un style néoflamand et placés en recul par rapport à l'alignement antérieur, particulièrement au sud du parvis St-Maurice.

Par exception, la rue a conservé son gabarit originel sur une cinquantaine de mètres entre la rue du Molinel et la rue Gustave-Delory, les immeubles anciens ayant été préservés mètres des deux côtés.

Au-delà, la rue de Paris parcourt le quartier Saint-Sauveur reconstruit vers 1960 longeant cependant le seul îlot préservé de cette opération d’urbanisme (numéros 145 à 181), comprenant des maisons des XVIIe siècle et XVIIIe siècle peu mises en valeur et un immeuble rouge d’une esthétique contestable récemment construit à côté du porche d'entrée de l’hôtel de Marchiennes.

La rue devrait prendre le nom de l'ancien maire Pierre Mauroy au .

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Paris est orientée nord-sud. Elle part de la place du Théâtre, à la jonction de la rue Faidherbe, se poursuit en ligne droite jusqu'à la rue du Molinel, puis s'infléchit au sud vers la place Simon-Vollant où se tient la porte de Paris.

En partant de la place du Théâtre, la rue de Paris est rejoint par la rue Saint-Nicolas à droite, puis la rue des Ponts-de-Comines à gauche, ensuite à la droite par la rue du Sec-Arembault et par la gauche par le parvis de Saint-Maurice, où se situe l'église Saint-Maurice. La rue est ensuite traversée successivement par les rues du Molinel, Gustave-Delory, puis par l'avenue du Président-Kennedy. Après l'hospice Gantois, la rue est rejointe par la droite de la rue Malpart. Au bout de la rue se tient la place Simon-Vollant.

La rue de Paris est desservie par les stations de métro Rihour (en traversant la place du Général-de-Gaulle), Gare Lille-Flandres (en traversant la rue du Molinel) et Mairie de Lille (en traversant l'avenue du Président-Kennedy)

Dénomination[modifier | modifier le code]

Après la révolution, la rue, comme la porte à laquelle elle aboutit, prennent le nom de « de Paris »[4].

Sa première dénomination est la « rue de la Cordwannerie »[4]. Ce nom sera conservé jusqu'à la construction d'une léproserie, nommée la Bonne Maison des Ladres Bourgeois, qui se dressait près de la porte des Malades[5]. Elle devient alors la « rue des Malades »[4].

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Maurice fait partie des 934 premiers édifices protégés par les monuments historiques en 1840[6].

L'hospice Gantois est classé par arrêté du 8 août 1923, puis les immeubles aux nos 228, 230 et 232 entourant l'hospice et les façades et toitures sont classés par arrêté du 31 août 1967[7]. La bâtisse a été transformée en hôtel haut de gamme de soixante-sept chambres[8] et est classé cinq étoiles[9].

L'hôtel Carlton Lille se situe au no 3 de la rue. L'hôtel classé quatre étoiles compte cinquante-neuf chambres[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Maisons, immeubles et hôtels[modifier | modifier le code]

Deux maisons font partie des monuments historiques de Lille. Celle au no 34 est inscrite aux monuments historiques depuis le 15 mars 1988[10]. Celle au no 36, qui est également au no 33 rue Saint-Nicolas a sa toiture et son élévation inscrits au monuments historiques depuis le 12 février 1927[11].

Quatre lots d'immeubles ont leur toiture et leur élévation inscrites aux monuments historiques de Lille. Ceux aux nos 72 et 74 y sont depuis le 4 octobre 1944[12]. Ceux aux nos 100, 102, 104, 106, 108 et 108 bis[13], aux nos 112, 114 et 116[14] et aux no 120 et 122[15] le sont depuis 14 mars 1944.

L'Hôtel de Marchiennes au 191 est classée par arrêté du 3 novembre 1958 aux monuments historiques de Lille[16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Blieck, « Lille : Place du Général-de-Gaulle », Archéologie de la France - Informations,‎ , p. 210 (lire en ligne).
  2. Jean-Denis Clabaut, Les caves médiévales de Lille, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », , 222 p. (lire en ligne), p. 15.
  3. a et b Lille - Rue de Paris sur le site Lille d'antan
  4. a, b et c Derode 1848, p. 105.
  5. Hervé Lépée, Histoires et Familles du Nord : De Louis XIV à la Terreur, t. 1, Éditions Publi-Nord, , « Les trois faubourgs de Wazemmes ».
  6. « Église Saint-Maurice », notice no PA00107582, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Hospice Ganthois », notice no PA00107587, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. a et b Dominique Auzias, Voyages d'affaires en France, Petit Futé, , 335 p. (lire en ligne), p. 134.
  9. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Lille Métropole 2014, Petit Futé, (lire en ligne), p. 127.
  10. « Maison », notice no PA00107703, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Maison », notice no PA00107704, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Immeubles », notice no PA00107646, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Immeubles », notice no PA00107647, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Immeubles », notice no PA00107648, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Immeubles », notice no PA00107649, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Hôtel de Marchiennes », notice no PA00107603, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Derode 1848] Victor Derode, « Rue de Paris », dans Histoire de Lille et de la Flandre Wallonne, Librairie de Vanackere, (lire en ligne), p. 105. Document utilisé pour la rédaction de l’article