Rue de Navarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
9e arrt
Rue de Navarin
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Début 37 rue des Martyrs
Fin 16 bis rue Henry-Monnier
Morphologie
Longueur 190 m
Largeur 11,69 m
Géocodification
Ville de Paris 6640
DGI 6700

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Navarin

La rue de Navarin est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Navarin est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 37 rue des Martyrs et se termine au 16 bis rue Henry-Monnier.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de cette rue rappelle la victoire navale remportée le 20 octobre 1827 par les escadres française, anglaise et russe sur la flotte turco-égyptienne durant la Guerre d'indépendance grecque.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est ouverte, par M Mesnard, par ordonnance royale du 7 octobre 1830 et prend sa dénomination la même année :

« Louis-Philippe, roi des Français, à tous présents et à venir, salut :
Sur le rapport de notre ministre secrétaire d'État au département de l'intérieur,
Vu la demande faite par le sieur Mesnard à l'effet d'être autorisé à ouvrir sur des terrains qui lui appartiennent, situés faubourg Montmartre, à Paris, deux rues : l'une (la rue de Navarin) de 11,69 mètres de largeur, qui communiquerait de la rue Breda à la rue des Martyrs; l'autre[1] de 12 mètres de largeur, qui s'embrancherait avec la première, et irait déboucher sur la rue Laval;
Vu le plan d'alignement des dites rues,
Vu la délibération du Conseil municipal du 28 mars 1830;
Vu l'avis du préfet du département; Le comité de l'intérieur de notre Conseil d'État entendu, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :
  • Article 1 : Le sieur Mesnard est autorisé à ouvrir sur les terrains à lui appartenant, faubourg Montmartre, à Paris, deux rues :
    • l'une de 11,69 mètres, et l'autre de 12 mètres mètres de largeur, conformément au tracé au plan ci-annexé.
  • Article 2 : Cette autorisation est accordée à la charge par l'impétrant :
  • Article 3 : Notre ministre secrétaire d’État au département de l'intérieur est chargé de l'exécution de la présente ordonnance.
Donné à Paris, le 7 octobre 1830.
Signé : LOUIS-PHILIPPE »

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no  9 : emplacement de Madame Christine, une ancienne maison close spécialisée dans les pratiques sado-masochistes. La façade néo-gothique existe toujours[2].
  • no  12 : siège de l'Union des maisons de la culture créée en 1935 par Louis Aragon.
  • no  16 : le peintre Paul Vayson (1841-1911) y avait son atelier parisien[3].
  • nos  18-20 : emplacement de l'ancienne villa Bothorel où ont vécu Théophile Gautier et Gérard de Nerval.
  • no  22 : Charles Aznavour y vécut pendant la Seconde Guerre mondiale chez ses parents, Micha et Knar Aznavourian, et ils y hébergèrent Missak et Mélinée Manouchian, dirigeants FTP-MOI dénoncés par l'Affiche Rouge, affiche de propagande[4].
  • no  24 : Étienne Daho y a vécu quand il est arrivé depuis Rennes à Paris[réf. nécessaire].
  • no  33 : François Truffaut y a vécu avec ses parents à partir de janvier 1944, une plaque a été posée par la mairie de Paris en 2014[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette voie n'a pas été construite
  2. Beaux-Arts hors série, Splendeurs et misères , images de la prostitution, 2015, p.26.
  3. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, p.576.
  4. Charles Aznavour dans divers entretiens dont pour l'Humanité.[réf. incomplète]
  5. Antoine de Baecque et Serge Toubiana, François Truffaut, Éditions Gallimard, , p. 36

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]