Rue de Médicis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
6e arrt
Rue de Médicis
Rue de Médicis vue du passage de l'Odéon
Rue de Médicis vue du passage de l'Odéon
Situation
Arrondissement 6e arrondissement
Quartier Odéon
Début place Paul-Claudel
Fin 6, place Edmond-Rostand
Morphologie
Longueur 170 m
Largeur 26 m
Historique
Création Décret du 8 septembre 1860
Dénomination
Géocodification
Ville de Paris 6159
DGI 6244

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Médicis
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Médicis est une voie située dans le quartier de l'Odéon du 6e arrondissement de Paris.

Odonymie[modifier | modifier le code]

La voie tire son nom du voisinage du palais du Luxembourg, construit pour Marie de Médicis. En 1924, la partie de la rue débouchant sur le boulevard Saint-Michel est renommée place Edmond-Rostand[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette voie a été percée en 1860, dans le cadre des travaux d'urbanisme effectués par le préfet Haussmann. Cet aménagement a entraîné le déplacement de la fontaine Médicis, qui se trouve désormais adossée à la rue. La rue est, depuis lors, bordée par les grilles de Gabriel Davioud sur tout son côté sud-ouest. Le trottoir nord-est a été loti et bâti dès l'ouverture de la rue, faisant de la rue un ensemble homogène d'immeubles haussmanniens.

Se trouvant sur les contreforts de la montagne Sainte-Geneviève, la rue a vu s'installer éditeurs et libraires.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Quelques lieux particuliers
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p. 118.
  2. Manuel Cornejo & Dimitra Diamantopoulou, Une Grecque à Paris et Antony. Une cantatrice et artiste oubliée, texte en ligne
  3. Assemblée Générale des Concerts Colonne, le 20 avril 1918
  4. Claude Martin, André Gide ou la Vocation du bonheur , tome 1, éditions Fayard, p. 37.
  5. D'après la plaque apposée sur l'immeuble.