Rue de Logelbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

17e arrt
Rue de Logelbach
Image illustrative de l’article Rue de Logelbach
Rue de Logelbach vue de la place de la République-Dominicaine.
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Plaine-de-Monceaux
Début 1, rue de Phalsbourg
Fin 18, rue Henri-Rochefort
Morphologie
Longueur 160 m
Largeur 12 m
Géocodification
Ville de Paris 5665
DGI 5726
Géolocalisation sur la carte : 17e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 17e arrondissement de Paris)
Rue de Logelbach
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Logelbach

La rue de Logelbach est une voie du 17e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Logelbach est une voie publique située dans le 17e arrondissement de Paris. Elle débute au 1, rue de Phalsbourg et se termine au 18, rue Henri-Rochefort.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Conformément aux intentions du propriétaire, Antoine Herzog, d'origine alsacienne, celui-ci a donné à cette voie le nom de la ville de Logelbach, village manufacturier des environs de Colmar et commune où il était né, en souvenir de l'Alsace-Lorraine, à l'époque territoire allemand annexé, et dont il était originaire. Antoine Herzog a donné aux rues des noms de villes d'Alsace et de Moselle comme la rue de Thann, la rue de Phalsbourg ou la rue de Logelbach.

Historique[modifier | modifier le code]

Les frères Pereire ont commencé à acheter des terrains au sein de la Plaine-Monceau. L'ancien château de Monceaux avait changé plusieurs fois de propriétaire depuis la Révolution. En 1828, il était acheté par le notaire de Monceaux, Élie Deguingand (1787-1867). Sur le terrain du château ont été ouverts progressivement : en 1840, la rue de Tocqueville ; en 1850, l'avenue de Neuilly, actuelle avenue de Villiers ; vers 1860, la rue Legendre ; en 1861, le boulevard Malesherbes ; en 1862, la place Malesherbes, actuelle place du Général-Catroux ; en 1866, la rue de Prony et enfin, lors de l'année 1876, la rue Montchanin, actuelle rue Jacques-Bingen.

En 1874, un spéculateur d'origine alsacienne, Antoine Herzog, achète quatorze hectares de terrain entre le parc Monceau, la rue d'Offémont et la place Malesherbes. Il regroupe ses terrains avec ceux de madame Deguingand et écrit au préfet de la Seine pour obtenir l'autorisation de percer trois nouvelles voies pour bâtir ces terrains :

« Propriétaire de terrains situés boulevard de Courcelles et place Malesherbes et d'accord avec madame Deguingand, propriétaire de divers terrains dans le même quartier, j'ai le projet d'ouvrir sur l'ensemble de ces terrains trois rues dont l'une de 16 mètres de large allant de la rotonde du parc Monceau à l'angle formé par la place Malesherbes et la rue d'Offémont […] M'engageant tant en mon nom qu'au nom de madame Deguingand à céder gratuitement à la Ville de Paris, le sol de nos voies, notre propriété exclusive d'un bout à l'autre. Je m'engage à faire exécuter, dans le courant de l'année 1878, à mes frais, tous les travaux de viabilité, d'assainissement, d'égout, de conduites d'eau et d'appareils d'éclairage nécessaires à ces trois rues conformément aux projets qui seraient dressés par les agents du service municipal […] Je m'engage à déposer d'avance la somme nécessaire à ces travaux en demandant à la Ville de vouloir bien se charger de les faire exécuter. Nous demandons en échange que la Ville veuille bien classer les voies et les recevoir. »

Cette rue est classée dans la voirie de Paris et prend sa dénomination par décret du  :

« Le président de la République française,
sur le rapport du ministre de l'Intérieur et des Cultes,
vu la délibération du Conseil municipal de Paris en date du 4 mai 1878 ;
l'arrêté du préfet de la Seine du 16 janvier 1879, portant approbation du traité intervenu entre la ville de Paris et les consorts Herzog et Deguingaud, relativement à la cession de trois rues et d'un carrefour établis par ces propriétaires sur leurs terrains, dans le 17e arrondissement ;
le plan des lieux et le procès-verbal d'enquête ;
l'avis du préfet et les autres pièces de l'affaire ;
la loi du 16 septembre 1807, le décret du 26 mars 1852 et l'ordonnance du 23 août 1835 ;
le Conseil d’État entendu, décrète :
  • Article 1 : sont classées comme rues de Paris les trois voies publiques ouvertes dans le 17e arrondissement de cette ville, sous le nom des rues de Phalsbourg, de Logelbach et de Thann, ainsi que le carrefour établi à leur débouché sur le boulevard de Courcelles.
    Les alignements de ces rues et de ce carrefour sont arrêtés conformément aux lisérés bleus du plan ci-annexé.
    Les cotes de nivellement en sont fixées telles qu'elles sont figurées au même plan par des chiffres rouges.
  • Article 2 : le ministre de l'Intérieur et des Cultes est chargé de l'exécution du présent décret.
Fait à Mont-sous-Vaudrey, le 25 septembre 1879.
Signé : Jules Grévy. »

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]