Rue de Lancry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lancry.

10e arrt
Rue de Lancry
Image illustrative de l’article Rue de Lancry
Rue de Lancry vue du boulevard de Magenta.
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Porte-Saint-Martin
Début 50, rue René-Boulanger
Fin 83, quai de Valmy
Voies desservies Rue du Château-d'Eau
boulevard de Magenta
place Jacques-Bonsergent
rue Albert-Thomas
rue Yves-Toudic
rue Legouvé
rue Jean-Poulmarch
Morphologie
Longueur 540 m
Largeur 10 m

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Lancry
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Lancry est une rue du 10e arrondissement de Paris. Elle commence 50, rue René-Boulanger et finit 83, quai de Valmy. Longueur : 540 m ; largeur : 10 m.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom à celui d'un ancien propriétaire local, le sieur Lancry.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue résulte de la réunion, en 1852, de la rue de Lancry sur lesquels elle avait été ouverte, en 1777, entre la rue de Bondy (actuelle rue René-Boulanger) et la rue des Marais (actuellement rue de Nancy, partie nord de la place Jacques-Bonsergent et rue Albert-Thomas, absorbée ici par le boulevard de Magenta), avec la section de la rue de la Grange-aux-Belles comprise depuis 1872 entre les rues des Marais et des Vinaigriers (dont cette partie s'appelle actuellement rue Jean-Poulmarch).

L'intersection de la rue de Lancry avec le boulevard Magenta fut en 2009 l'une des zones les plus dangereuses de Paris en termes d'accidents de la route[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 2 : ancien bureau de Désiré Guilmard de 1852 à 1862, qui fut directeur-fondateur du journal d'ameublement Le Garde-meuble ancien et moderne et dessinateur spécialisé dans l'ameublement. Son ouvrage, Les Maîtres ornemanistes, aura une influence importante dans l'histoire de l'art et de l'ornement[2].
  • N°4 : la fonderie d'ornement Savanne, l'une des plus précoces à Paris, était installée au numéro 4bis (vers 1836-1840) selon les planches de catalogue conservées à l'INHA, Institut national de l'Histoire de l'Art
  • No 5 (ou no 10) : immeuble de rapport d'époque Louis-Philippe au très beau décor sculpté. Ici habita M. Thirion de Montauban, dont la mort devant sa porte pendant le coup d'État de 1851 scandalisa Victor Hugo dans son livre Napoléon le Petit.
  • No 7 : ici habita le graveur Jean-Pierre-Marie Jazet (1788-1871)[3], qui, selon le Grand Larousse du XIXe siècle, « s'attacha à reproduire particulièrement les faits d'armes de la République et de l'Empire, les souvenirs patriotiques, et à populariser, à l'aide d'un genre de gravure qu'on avait cru jusque-là ne convenir qu'au paysage, les plus célèbres tableaux de David, de Gros, de Carie et d'Horace Vernet, de Grenier, de Steuben, etc. ».
  • No 10 : emplacement du théâtre Lancry, inauguré dans les années 1880 et fermé en 1953, où fut créé entre autres Les Chaises d'Eugène Ionesco. Le club de boxe le Premierland s’installe 10, rue de Lancry en 1921[4].
  • No 17 : hôtel particulier construit probablement en 1777[5] au fronton de porte sculpté de putti et cornes d'abondance, monogrammé A.H. En fond de cour, un pavillon a été ajouté en 1852. C'est un bel exemple de lotissements en profondeur caractéristique du quartier. À cette adresse habita Stanislas Baudry (1777-1830), inventeur en 1827 de l’Entreprise générale des omnibus.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le boulevard de Magenta toujours aussi décrié et dangereux », 20minutes.fr, 16 juin 2010.
  2. Olivia Tolede, « Guilmard, Désiré », dans Philippe Sénéchal et Claire Barbillon (dir.), Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, Paris, site web de l’INHA, (présentation en ligne, lire en ligne).
  3. Google Books.
  4. « Le Journal » du 2 avril 1921 disponible sur Gallica.
  5. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Paris, Paris, Direction du Patrimoine CNMHS, Conseil régional d'Île-de-France, Hachette, coll. « Hachette Pratiques / Le guide du patrimoine », , 587 p. (OCLC 30973704), p. 273.
  6. Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'école française, au XIXe siècle, Paris, Madame Vergne, , 709 p. (lire en ligne), p. 556.
  7. Google Books.
  8. Notice no PA00086498, base Mérimée, ministère français de la Culture.