Rue de Jouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Rue Barbet-de-Jouy.

4e arrt
Rue de Jouy
Image illustrative de l’article Rue de Jouy
Rue de Jouy vue de la rue des Nonnains-d'Hyères.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Gervais
Début Rue des Nonnains-d'Hyères et rue de Fourcy
Fin Rue François-Miron
Morphologie
Longueur 131 m
Largeur Minimum : 5,8 m
Géocodification
Ville de Paris 4923
DGI 5044

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Jouy
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Jouy est une voie, ancienne, au sud du quartier du Marais du 4e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Actuellement, la rue de Jouy d'une longueur de 131 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartier Saint-Gervais, et commence au 13, rue des Nonnains-d'Hyères et au 1, rue de Fourcy et finit aux 50-58, rue François-Miron.

Ce site est desservi par la ligne (M)(1) à la station de métro Saint-Paul et par la ligne (M)(7) à la station Pont Marie.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ainsi nommée parce que l'abbé de Jouy possédait, au XIIIe siècle, un hôtel particulier dans cette rue.

Historique[modifier | modifier le code]

L'hôtel particulier que l'abbé de Jouy possédait dans cette rue au XIIIe siècle, lui fit donner le nom de « rue de l'abbé de Jouy » ou « rue de l'abbé de Joy ». Cet hôtel fut occupé par les abbés de Jouy de 1297 à 1658.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous le nom de « rue de Joy ».

En 1366, l'enceinte de Philippe Auguste l'ayant coupée en deux, sa partie intra-muros se situant depuis la rue Saint-Antoine jusqu'au couvent des Béguines, était désignée sous le nom de « rue de Jouy » ou « rue de l'Abbé-de-Jouy ». La seconde partie, jusqu'à la rue Saint-Paul, était appelée « rue de la Fausse-Poterne-Saint-Paul », en raison qu'elle était terminée par une fausse porte ou « petite-porte-de-Paris ».

Une décision ministérielle du 8 prairial an VII () signée François de Neufchâteau, fixe la largeur de cette voie publique à 9 mètres. Cette largeur est portée à 11 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du 12 juillet 1837.

Au XIXe siècle, cette rue d'une longueur de 131 mètres, qui était située dans l'ancien 9e arrondissement, quartier de l'Hôtel-de-Ville, commençait au 37, rue des Nonnains-d'Hyères et au 1, rue de Fourcy et finissait aux 48-50, rue Saint-Antoine[1].

Les numéros de la rue étaient rouges[2]. Le dernier numéro impair était le no 33 et le dernier numéro pair était le no 20.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Au no 7 : hôtel d'Aumont, où étaient établis les bureaux de la mairie de l'ancien 9e arrondissement devenu, actuellement, le tribunal administratif de Paris.
  • Au no 9 : Lycée Sophie-Germain, fondé par le Ville de Paris en 1882, qui porte son nom actuel depuis 1888. Il s'élève à l'emplacement de l'ancien hôtel de Fourcy[3], précédemment hôtel de Mancy et plus anciennement partie de la résidence parisienne de l'abbaye de Jouy-de-Châtel (voir nos 13 à 17).
    Cet ancien hôtel particulier parisien a été de 1479 à 1601 la demeure de plusieurs membres de la famille Olivier, notamment de Gaston Olivier (?-1552), seigneur de Mancy, aumonier d'Henri II[4] et de son cousin François Olivier (1487-1560), chancelier de France. De 1601 à 1798, la famille de Fourcy en a été propriétaire. Jean de Fourcy (1558-1625), membre du conseil du roi et intendant, puis surintendant des Bâtiments (1621) et son fils Henri Ier de Fourcy (vers 1590-1638) y moururent tous deux. Henri Ier de Fourcy eut la charge de surintendant des bâtiments du roi en survivance (1625). Il recueillit également le château de Chessy en héritage. Il le transmit à Henri II de Fourcy (1626-1708) qui obtint en 1672 un titre comtal[5]. L'hôtel de la rue de Jouy, vendu en 1798 par les héritiers de la famille Fourcy à un marchand de vin, fut loué au XIXe siècle à différents institutions éducatives. En 1963 quelques vestiges de l'hôtel Fourcy subsistaient dans le lycée Sophie-Germain[6].
  • Au no 14 : emplacement de l'ancien hôtel des abbés de Chaalis.
  • Des nos 13 à 17 : emplacement du pied-à-terre de l'abbaye de Jouy-le-Châtel.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 34e quartier « Hôtel de Ville », îlot no 1, F/31/89/18, îlot no 2, F/31/89/19, îlot no 8, F/31/89/09.
  2. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  3. L'hôtel de Fourcy de la rue de Jouy, paroisse Saint-Paul ne doit pas être confondu avec l'hôtel de Fourcy situé place des Vosges, à Paris.
  4. Compte rendu par Jacques Guignard de la thèse de doctorat de Françoise Lehoux : Gaston Olivier, aumônier du roi Henri II (1552). Bibliothèque parisienne et mobilier du XVIe siècle, Paris, l'auteur, rue Vaneau, publié par la Bibliothèque de l'école des Chartes, année 1958, pp. 263-269 (voir en ligne).
  5. Gabriele Quaranta : Deux générations à côté du pouvoir : quelques remarques sur les arts chez les de Fourcy, thèse de doctorat, In Livraisons d'Histoire de l'Architecture pp. 105-122 (voir en ligne).
  6. Jacques Hillairet : Dictionnaire historique des rues de Paris, volume 1, Paris, Les Éditions de Minuit, 1963, pp. 690.

Bibliographie[modifier | modifier le code]