Rue de Dantzig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

15e arrt
Rue de Dantzig
Image illustrative de l’article Rue de Dantzig
Rue de Dantzig en direction du sud.
Situation
Arrondissement 15e
Quartier Saint-Lambert
Début 238, rue de la Convention
Fin 91, boulevard Lefebvre
Morphologie
Longueur 745 m
Largeur 22 m
Historique
Dénomination Arrêté du 8 juin 1946, partie A ; arrêté du 1er février 1877, partie B
Géocodification
Ville de Paris 2546
DGI 2554
Géolocalisation sur la carte : 15e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 15e arrondissement de Paris)
Rue de Dantzig
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Dantzig
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Dantzig est une rue du 15e arrondissement de Paris, située dans le quartier Saint-Lambert. Elle relie la rue de la Convention au boulevard Lefebvre. Elle est située à proximité du parc Georges-Brassens.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Dantzig débouche sur le boulevard Lefebvre, l’un des boulevards des Maréchaux.

Elle est desservie par le métro à la station Convention (ligne (M)(12)), par les lignes de bus RATP 62 88 89, ainsi que par la ligne de tramway (T)(3a), à la station Georges Brassens.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue porte le nom de l'ancienne ville de Prusse de Dantzig, en hommage à la prise de cette ville en 1807 par l’armée française commandée par le maréchal François Joseph Lefebvre (1755-1820) à la suite du siège de Dantzig.

Annexée par la Pologne après la Deuxième Guerre mondiale, la ville est maintenant connue en français sous son nom polonais de Gdańsk. Le caractère « ń » du polonais note la consonne occlusive nasale palatale voisée, notée par le bigramme « gn » en français et par le caractère [ɲ] en phonétique. On se contente souvent d’écrire simplement « Gdansk » en français. Au moment de cette annexion, elle était connue en français sous le nom de Dantzig et en allemand sous le nom de Danzig.

Historique[modifier | modifier le code]

La section sud de cette voie est une ancienne sente des communes de Vaugirard et de Vanves, la sente de Neullard ou chemin de Vaugirard à Issy. Le tronçon entre la rue Dombasle et le passage de Dantzig est présent sur le plan de Roussel (1730) et faisait partie du chemin du Moulin qui reliait la rue de Vaugirard (au lieu-dit la Croix, à la hauteur de l'actuelle rue Dalou) à la porte de Plaisance où s'élevait autrefois un moulin à vent[1]. La section sud a intégré la nomenclature des rues de Paris par décret du . Le tronçon entre la rue des Morillons et le boulevard Lefebvre était élargi en 1897 lors de la construction des abattoirs de Vaugirard.

La section nord (entre les rues de la Convention et Dombasle) occupe une partie du passage des Acacias, devenu plus tard le passage Dombasle, absorbé en 1928 par le prolongement de la rue de Dantzig.

La partie méridionale de la rue a été ainsi nommée par arrêté du  ; la partie septentrionale, au-delà de la rue Dombasle, en 1946. Longue de 745 mètres, sa largeur atteint 22 mètres[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Au niveau du no 7, se situe le square Marcel-Toussaint, voie privée créée en 1935 par La France Mutualiste.
  • Le no 20-22 abrite la caisse de congés payés (1950-1951), œuvre architecturale de Bernard Zehrfuss.
  • Au niveau du no 21, se situe le square Léon-Guillot, voie privée créée en 1934 par La France Mutualiste.
  • Le no 27 accueille l'église Notre-Dame de La Salette.
  • Le no 39 accueille la fourrière municipale et le bureau des objets trouvés.
  • Le no 41 abritait les anciens abattoirs de Vaugirard, devenus depuis le parc Georges-Brassens[3].
  • Le no 52 accueille le café Le Dantzig, dont le propriétaire a fait fortune avec la clientèle d'artistes de La Ruche et de bouchers des abattoirs et a dirigé par la suite la brasserie La Coupole[1].
  • Le n°62 fut le domicile de Georges Cochon, un syndicaliste qui se barricada avec sa famille dans son appartement en 1912 pour protester contre son expulsion. Connu comme le "président des sans-pognon", il fut une figure syndicale populaire des locataires parisiens.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brigitte Hermann et Sophie-Marguerite, Paris 15e. Balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 37.
  2. « Rue de Dantzig », www.v2asp.paris.fr
  3. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, 1963, t. I, p. 411.